Gay pride de Tours : l’extrême-gauche s’en prend à un journaliste et à la police

Jacques Benzakoun, “militant antiraciste” et journaliste à La Nouvelle République, affirme avoir été menacé par un militant d’extrême-gauche alors qu’il filmait le défilé homosexuel tourangeau. L’individu l’aurait pris pour un militant de l’association identitaire Vox Populi Turone qui organisait à proximité une contre-manifestation pour dénoncer la tenue de la gay pride. Le militant d’extrême-gauche a tenté de se saisir de son appareil photo. “Un policier en civil est calmement intervenu pour lui demander de lâcher l’appareil et de décliner son identité. Et c’est ensuite que les choses ont dégénéré” raconte le journaliste qui a filmé les affrontements :

[media id=100 width=630 height=390]

La version de Sud Solidaires est toute autre. L’organisation d’extrême-gauche affirme dans un communiqué que lorsque “la manifestation passait devant le Cosmic Café, un café dont on sait qu’il est le repaire des fascistes de Vox Populi, un militant de cette organisation est sorti filmer le cortège tout en multipliant les signes de provocation. Un manifestant a commis le crime de demander des explications par rapport à cette provocation imbécile et des éléments de la Bac sont immédiatement intervenus et s’en sont pris à la foule qui commençait à se rassembler…”

Ni Têtu ni Yagg n’ont pour le moment évoqué ces violences en fin du cortège.

Articles liés