Le médicament miracle pour éliminer les poux existe… mais on n’a pas le droit de l’utiliser !

Dans Le Point, le Professeur Didier Raoult l’affirme : “il existe un traitement parfaitement efficace, sans échec connu à ce jour, et extrêmement facile à mettre en œuvre” contre les poux. Intéressant, non, alors qu’à Paris, “plus de 30 % des poux sont résistants aux insecticides les plus couramment utilisés” ? Ce traitement “consiste en la prise unique, par voie orale, d’un médicament antiparasitaire (l’ivermectine), avec un nombre de comprimés déterminé en fonction de l’âge et du poids. Il a 100 % d’efficacité, il est bien connu, car il est commercialisé depuis 1981 pour d’autres maladies, et il ne présente pas de complications connues ; celles-ci sont d’autant plus rares et peu probables que l’on prend un seul jour ce traitement.”

Mais “ce médicament n’est pas disponible pour lutter contre les poux, car il n’a pas d’autorisation dans cette indication. Il est bien disponible en pharmacie, mais pour le traitement de la gale et d’un certain nombre de parasitoses tropicales.” Autrement dit, si le médecin le prescrit, c’est de sa responsabilité totale. Quant à Merck, le laboratoire qui l’a mis au point, il ne souhaite pas décrocher l’agrément d’une indication nouvelle pour son médicament car il s’agit d’un processus très coûteux et insuffisamment rentable. En effet, “ce médicament ancien peut être utilisé comme générique, et dans ces conditions, les études de mise sur le marché ne seront jamais rentabilisées pour le laboratoire.” Quand la règlementation tue le progrès…

Autres articles

18 Commentaires

  • François Desvignes , 25 Sep 2013 à 11:17 @ 11 h 17 min

    Mais voyons, ce ‘est pas pour des questions de retour sur R&D que le médicament n’a pas été validé comme pouxicide !

    C’est parce que tout médicament antiparisitaire est par lui même taubiracide laquelle est une mutante guadeloupéenne de poux socialiste.

    Il existe d’autres sous variétés de poux parasites tout aussi rebelles à la prophylaxie politique, comme les poux pastèques, ses cousins, eux mêmes triès selon leur nocivité pour la santé publique, par exemple les verts-rouges dits poux Evajolistes ou encore les rouges-verts plus connus sous le nom de conbendistes.

    La caractéristique principale de tous ces parasites de la famille des pediculus est de marquer une prédilection pour les enfants soit qu’ils les détruisent dès leur conception par le biais de leur programme dit “du planning familial”, soit qu’ils les martyrisent en leur imposant des monstres pour parents, soit enfin qu’ils les violent dès leur plus jeune âge.

    Nous avons demandé aux usines IG Farben en Allemagne de nous fournir un puissant insecticide pour venir à bout de la solution finale de la question pediculienne en politique mais il nous a été répondu que les laboratoires avaient dû fermer pour avoir omis de préciser sur leurs emballages que leur utilisation était strictement réservée aux parasites et non aux humains.

    Nous pensons donc mettre en oeuvre une solution encore plus radicale à cette infestation en votant massivement aux prochaines élections pour des partis non compromis par l’exercice du pouvoir et donc non contaminés par les poux infantivores alias les poux socialistes.

  • Trucker , 25 Sep 2013 à 12:12 @ 12 h 12 min

    Même sans être signé, on reconnaitrait la verve de l’auteur ! Il est bien le seul sur ce blog à s’exprimer de la sorte.

  • champoiseau , 25 Sep 2013 à 13:00 @ 13 h 00 min

    Excellent, Monsieur! Il y a aussi la solution; tous à la pouxbelle.

  • monhugo , 25 Sep 2013 à 14:02 @ 14 h 02 min

    Contre les poux, on peut préférer quelque chose de 100 % naturel, et très efficace.
    C’est l’huile essentielle de lavande. Une goutte derrière chaque oreille, et sur la nuque, tous les matins : effet répulsif garanti. J’ai appliqué cette recette quand mon fils était à l’école primaire, puisque les poux avaient alors fait leur (triste) retour en milieu scolaire – à mon époque, il n’en était plus question. Il n’a jamais eu le moindre pou !

  • monhugo , 25 Sep 2013 à 15:22 @ 15 h 22 min

    La Taubira est non pas un “pou” (on pourrait y voir une attaque inappropriée sur son physique, du genre “laide comme un …”), mais bien sûr une taupe : Mme Taub(p)ira – un patronyme prédestiné.
    La taupe est un mammifère insectivore fouisseur, sans oreilles apparentes et quasiment aveugle : la ressemblance est d’évidence – la Taupe, “Garde des Sceaux”, n’entend rien et ne voit rien. Guidée par la seule idéologie, elle creuse des galeries, minant la société avec dextérité et détermination.
    Chaque citoyen français majeur est un taupier potentiel. Le seul taupicide à disposition est le bulletin de vote – encore faut-il jouer utile, et ne voter que pour ceux qui, clairement, s’opposent à l’infestation (la Taupe a de multiples agents, une capacité de nuisance sans limites apparentes, et n’est que le modèle préposé à la Justice – bien qu’emblématique, elle est seulement un maillon de la chaîne maléfique qui emprisonne de plus en plus le “bon peuple”).
    On ne fera confiance qu’aux taupiers “amateurs” – les Français lambda (les électeurs). Les taupiers “professionnels” (les partis politiques) étant soit à disqualifier d’office (l’entreprise PS/UMP, et ses filiales), soit à qualifier avec précautions – et plus en fait par défaut que par adhésion (le FN, et ses éventuels alliés “populistes”).

  • Frédérique , 25 Sep 2013 à 16:39 @ 16 h 39 min

    Si je comprends bien, pour se débarrasser des poux, faut attraper la gale…

  • Cygne noir , 26 Sep 2013 à 7:45 @ 7 h 45 min

    C’est bien comme cela que Normal 1er a été élu

Les commentaires sont fermés.