Cécile Duflot accro aux gadgets des méchantes multinationales

Cécile Duflot veut peu de croissance, mais est accro aux produits des méchantes multinationales capitalistes. Dans sa poche, pas de portable en bambou et peau de chèvre, ce sont bien des dérivés du pétrole et des terres rares transformés par des petits enfants pauvres de Chine et d’Afrique. Pour échanger, la bobo-écolo qui place le Japon dans l’hémisphère sud n’utilise pas non plus des pigeons voyageurs ni des signaux de fumée mais des réseaux sociaux inventés par des multinationales qui se nourrissent de la pub donc de l’incitation à consommer et à polluer. Et puis, vu son tour de hanche, le bio, ce n’est peut-être pas si bon que ça pour la ligne : si tout le monde consommait comme elle, il faudrait au moins 4 planètes !

Autres articles

3 Commentaires

  • Goupille , 25 Nov 2014 à 14:38 @ 14 h 38 min

    C’est vrai que, quand on a une silhouette comme cela, on ne porte pas de pantalons.
    Mais il y a fort à parier que Duflot ne mange pas bio.

    Lors de la cohabitation Chirac Mitterrand, un ministre de l’agriculture frais émoulu avait décidé de se pencher sur le problème et de promouvoir le bio. Ne sachant pas trop comment aborder le sujet, il a fait téléphoner chez les Verts.
    Réponse : “Pffft ! Vous ne croyez pas qu’on s’emmerde encore avec ces conneries-là”.

    Les Verts de 90 étaient pur gauchos depuis cinq ans déjà.
    Pure escroquerie, déjà.

  • jeanluc , 26 Nov 2014 à 10:52 @ 10 h 52 min

    Mais vous n’avez compris : ce sont des adeptes d’un système à la soviétique. La décroissance c’est pour le vulgum pecus, pas pour l’avant-garde de l’écologisme, pas pour la nomenklatura. C’est comme ça dans tous les systèmes totalitaires, non ? Et le mouvement EELV est fondamentalement totalitaire.

  • le lecteur , 26 Nov 2014 à 12:52 @ 12 h 52 min

    C’est une conne de l’espèce la plus avancée, une ethno-masochiste, une inculte, une collabo, une traitresse à son pays, son peuple, sa race. Bref, elle ne mérite aucun respect.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen