Procès équitable pour les activistes du Front Polisario

Vingt-quatre activistes du Front Polisario viennent d’être jugés pour leur participation dans le massacre de Gdeim Izik près de Laayoune, dans la province du Sahara occidental à l’automne 2010.

Lors du démantèlement d’un campement illégal, onze membres des forces de l’ordre marocaines ont été sauvagement assassinés et leurs cadavres ont été mutilés, suscitant l’émoi unanime des commentateurs et l’embarras d’Alger, principal soutient du Front Polisario.

Leur procès s’est tenu à Rabat du 1er février au 17 février 2013. Le tribunal a prononcé, dans la nuit de samedi à dimanche dernier, des peines allant de 2 ans de prison à la réclusion à perpétuité à l’encontre des accusés en fonction de leur degré d’implication.

Les auteurs présumés ont vainement tenté de faire du procès une vitrine des thèses séparatistes du Front Polisario qui traverse une période décisive quant à son avenir dans le climat d’instabilité régionale, de contestation interne et de ralliements de certains de ses membres à la mouvance d’AQMI.

Les observateurs internationaux qui ont assisté au procès ont présenté leur rapport et annoncé suite à cette première expérience, la création officielle de l’Association pour la Promotion des Libertés Fondamentales.

Selon les observateurs français, « les garanties d’un procès équitable que donne l’État de droit au sens notamment de l’article 10 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme » ont été pleinement remplies. « La présence de nombreux observateurs internationaux, des associations pour les droits de l’Homme, des journalistes, et même des militants étrangers anti-Marocains a démontré que les droits de l’Homme sont respectés et garantis au Maroc », ont-ils continué. Leurs conclusions ont été confirmées par leurs homologues belges et italiens. Tous soulignent le caractère équitable du procès qui a respecté le principe du contradictoire et celui de la liberté de la défense : les débats n’ont pas été écourtés, les avocats des accusés ont pu librement présenter leurs arguments de défense.

Suite à cette mission d’observation, Maitre Michel de Guillenchmidt a annoncé que le groupe de juristes français présents lors du procès lançait l’Association pour la Promotion des Libertés Fondamentales, dont le siège sera sis à son cabinet, Guillenchmidt & Associés, 6 villa Bosquet, à Paris.

Articles liés

4Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Goupille , 26 février 2013 @ 11 h 22 min

    Surréaliste, une fois de plus… Des hommes passent en procès, qui règlent les choses selon leurs coutumes vernaculaires (égorgement, énucléation, émasculation, toutes choses dont les appelés en Algérie et les Pieds-Noirs avaient eu le bonheur de prendre connaissance).
    Et une bande de pingouins parisiens va sur place vérifier que le procès se passe bien selon les lois morales édictées par nos pratiques…

    Le choc des civilisations, en quelque sorte.

    Mais le Maroc, ancien Protectorat et actuelle non-démocratie, a eu la sagesse de garder quelques traces de la mission civilisatrice de Jules Ferry envers les “races inférieures”…
    Preuve, une fois de plus, que l’islam ne prend un visage fréquentable que sous une poigne de fer.
    CQFD.

  • ranguin , 26 février 2013 @ 15 h 00 min

    Le jugement est une chose la prison en est une autre. La prison marocaine est loin de valoir la notre même dans l’état de délabrement qu’elle est aujourd’hui. La surpopulation y est monaie courante.

  • xanpur , 27 février 2013 @ 8 h 56 min

    Personnellement, pour ce genre de personnage, je suis plutôt pour un procès rapide suivi d’une exécution équitable. Equitable pour les victimes, évidemment .
    Et si certains directeurs de conscience du type de cette association veulent s’assurer qu’ils auront un traitement équitable dans l’au-delà, on pourra faire en sorte qu’ils les accompagnent.

  • tirebouchon , 27 février 2013 @ 9 h 50 min

    Quand les droits de l’homme ” Français” sont chaque jour bafoués dans notre pays la France on ne peut que se réjouir des leçon de démocratie quand elle nous sont données par un pays comme le Maroc…..Quoique dans ce cas je pense quil sagit de faiblesse de la part du gouvernement Marocain sous pression des occidentaux .

    Il est bon de rappeler ici que l Empire Chérifien (le Maroc) d avant le Protectorat sétendait de Tanger jusquau fleuve Sénégal et que la priere du vendredi était donné à Tombouctou pour le Roi du Maroc…..qu une grande partie de l Ouest Algérien et du Sahara Algérien faisait partie intégrante du royaume Alaouite du Maroc et que le découpage de ces terres ont été rattachées à l Algérie, et autres pays africains qui aujourdhui nexiste que par la France qui a morcellée toute cette partie de l Afrique du Nord et de l Afrique subsaharienne….La Mautitanie est une création du colonialisme français comme le Maroc espagnol, de la France et de l Espagne. Le Front Polissario nexiste pas et n a jamais existé ça n est qu une création récente sous la responsabilité totale de l Algérie pour des raisons d ordre géopolitique….Et le massacre des Militaires Marocains semble être le prolongement des massacres des Européens dAlgerie pendant le terrorisme “dit guerre de Libération” .Les Algériens qui recemment ont décapités les moines de Tibérine sont des spécialistes de l horreur …

    Si les massacreurs avaient eut la tête tranchée ou quils fussent pendus à des crocs de bouchers cela ne maurait guère géné…je l avoue !

Les commentaires sont clôturés.