Clandestins et logés depuis cinq ans à l’hôtel, pour 5 300 euros par mois… aux frais des contribuables français !

Une famille de neuf clandestins roumains vit depuis plus de cinq ans dans une résidence hôtelière : 5 300 euros par mois payés par le Samu social, donc le contribuable. Au plus grand bénéfice du propriétaire. Extrait d’Envoyé spécial du 25 février.

Autres articles

9 Commentaires

  • Catholique & Français , 26 Fév 2016 à 16:48 @ 16 h 48 min

    Où c’est qu’y-a d’la gêne, y-a pas d’plaisir ! Et moi, j’va partir passer mes prochaines vacances en Roumanie avec bobonne et les gosses, aux frais du contribuables roumain; bains dans la Mer Noire, visite guidée du château de Dracula et du palais de Ceausescu et tout le toutim. Et pis en partant, j’leur crach’rai à la gue..e ! C’est ça l’Europe de demain ! Tant qu-y-a des coui..ons pour payer…

  • KAMISAN , 26 Fév 2016 à 17:17 @ 17 h 17 min

    “neuf” clandestins,? mdr …j’habite dans une grande ville où quasi tous les hôtels sont pleins….à nos frais et depuis plus de dix ans….

  • Damien , 26 Fév 2016 à 19:29 @ 19 h 29 min

    Vous aurez bien raison!

  • pauledesbaux , 27 Fév 2016 à 9:59 @ 9 h 59 min

    et nos SDF meurent chaque jour dans la rue de faim et de froid en hiver OU EST LA JUSTICE DE SAINT LOUIS ,

  • KAMISAN , 27 Fév 2016 à 11:22 @ 11 h 22 min

    Morte avec Saint Louis…il n’y aura pas de miracles !

  • sitonia83 , 27 Fév 2016 à 13:04 @ 13 h 04 min

    Vu comment ils votent, les Français ne savent toujours pas où vont leurs impôts……

  • Faustine , 27 Fév 2016 à 15:16 @ 15 h 16 min

    “Clandestins”, certes, mais en aucun cas “réfugiés” : La Roumanie n’est pas un pays en guerre, que je sache !
    Alors pourquoi ne les renvoie-t-on pas chez eux, alors que nos sdf sont sans abri et les vrais réfugiés (familles de chrétiens syriens, par exemple), très mal lotis du fait de l’iniquité de nos autorités française et européennes qui n’ont jamais voulu faire le tri en djihadistes, profiteurs et réels réfugiés ?
    Quelle injustice !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen