Un pilote coincé hors du cockpit lors du crash de l’A320 : baisse de pression dans le cockpit provoquant une incapacité du pilote ou suicide ?

L’enquête concernant le crash de l’A320 qui s’est écrasé mardi dans le sud des Alpes continue. Après analyse de la première boîte noire retrouvée sur les lieux de l’accident, il semblerait que l’un des deux pilotes n’était pas dans le cockpit au moment du crash. Il aurait ensuite essayé de revenir à l’intérieur sans succès. Deux hypothèses se dessinent alors. Un évènement soudain comme une baisse de pression dans le cockpit aurait par exemple pu provoquer une incapacité du pilote. La thèse du suicide est également envisagée.

Autres articles

35 Commentaires

  • Charles , 26 Mar 2015 à 13:19 @ 13 h 19 min

    Le copilote est resté à l’intérieur du cockpit.
    C’est le pilote senior qui voulait rentrer.

    L’un des deux était un Allemand pur beurre.
    L’autre ne l’était pas, devinez le quel.

    De plus, en France,le contrôleur aérien de service pour ce vol
    avait reniflé de suite l’embrouille et donné l’alerte “TERRORISTE”.
    qui est prévue à cet effet dans toutes les tours de contrôle.

    Ils savent que c’est à la mode.

    En conséquence, 2 avions de chasse ont décollé de suite,
    pour voir et “accompagner” l’avion qui avait coupé la liaison radio..

    Ceci sachant que tout bon terroriste cherche à faire d’une pierre deux coups.
    A savoir que mourir pour mourir, il fait faire mourir
    le plus de gens possible en même temps.
    Donc pour vraiment réussir sa vie, l’idéal est de viser une ville avec l’avion.
    On tue à la fois les passagers et les habitants. bingo.

    En conséquence, les pilotes savent qu’ils sont susceptibles
    de recevoir l’ordre d’abattre l’avion si celui ci s’approche d’une ville “cible”.
    Ils savent que un ordre est un ordre.

  • Pascal , 26 Mar 2015 à 13:30 @ 13 h 30 min

    Andreas G. Lubitz, ça sonne pourtant bien allemand !

  • hermeneias , 26 Mar 2015 à 13:33 @ 13 h 33 min

    l’hypothèse du malaise du pilote enfermé tout seul n’est PAS PLAUSIBLE

    selon tout les avis d’experts car il existe des sécurités et ce cas est prévu .
    Celui qui est sorti peut rentrer ds cockpit avec un code .

    L’autre explication qui tient la route , par contre , c’est le pilote qui s’enferme volontairement et verrouille la porte pour être tranquille et faire ce qu’il a prévu de faire……

    Redescendons sur terre si j’ose dire car il y a beaucoup d’enfumage jusque là dans cette affaire et c’est “marrant” de voir que le New-York Times a balancé l’info…..
    Heureusement qu’il y a la presse américaine !!! ( même si je n’aime pas le NYT )

  • hermeneias , 26 Mar 2015 à 13:43 @ 13 h 43 min

    C’est ça l’hibi scusse à son fn

    et mooooon qul …

    On dirait que ça vous gênerait “qqe part” ?
    La marine nationale a donné des ordres ? Tous à plat ventre ! Padamalgames !

    Des preuves peut être pas mais des indices sérieux et concordants ….peut être ben qu’oui .

    On ne le saura “jamais” dites vous ? Cela dépend si l’enquête est bidon et étouffée ….. Hein ? C’est pas possible dans notre ré-publique républicaine laique et obligatoire et démocratique et blablabla ?

    Vous oubliez de dire que mhollande aussi serait bien emmmberdé et peut être aussi la marine nouvelle madone laique du vivrensemble , jeanne d’Arc revisitée assimilationiste

  • Trahi , 26 Mar 2015 à 13:48 @ 13 h 48 min

    Apparemment, pas sur ce type d’appareil. La porte est blindée sans possibilité d’ouverture de l’extérieur ( extérieur du cockpit bien sûr) et pourquoi des mirages de l’armée ont-ils décolés pour suivre cet avion?

  • hermeneias , 26 Mar 2015 à 13:59 @ 13 h 59 min

    Ce n’est pas ce qu’on dit tout les pilotes interviewés !

    C’est une sécurité élémentaire . Il y a un code à la porte et celui qui est sorti ou l’équipage peut entrer en cas de problème SAUF si l’autre se vérouille VOLONTAIREMENT

  • hibiscus , 26 Mar 2015 à 17:01 @ 17 h 01 min

    ah, bonjour hermanéias, je commençais à m’ennuyer.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen