La Pologne fait le choix de la politique familiale plutôt que l’immigration de remplacement

A partir du 1er avril l’Etat polonais versera aux familles 500 zlotys (environ 120 €) par enfant et par mois à partir du deuxième enfant. Ce montant, dans un pays où le salaire net moyen est de 2800 zlotys par mois, représentera une aide non négligeable, notamment pour les familles avec 4 enfants et plus dont le quart environ vivent avec un revenu en dessous du minimum vital (statistiques de 2012). Depuis la chute du communisme en 1989-90, c’est la première fois que des allocations familiales de ce type sont mises en place en Pologne. Cette allocation ne sera pas conditionnée au niveau de revenu mais elle sera versée à partir du premier enfant pour les familles où le revenu par tête est inférieur à 800 zlotys (ou à 1200 zlotys pour les familles avec un enfant handicapé).

Cela faisait partie des promesses électorales du PiS qui souhaite mener une politique familiale volontariste pour contrer le désastre démographique. Car avec 1,3 enfants par femme, la Pologne est un des pays au monde avec le taux de fécondité le plus bas. Les contraintes financières liées au niveau des salaires encore bien inférieur à celui des pays d’Europe occidentale n’y est sans doute pas pour rien, puisque les Polonaises résidant au Royaume-Uni ont au contraire un taux de fécondité supérieur à 2,1.

Parallèlement, la nouvelle majorité conservatrice (PiS) au pouvoir depuis novembre a voté il y a quelques jours une nouvelle loi qui interdit aux tribunaux de confisquer des enfants à leurs parents au motif de l’incapacité financière de ces derniers a assurer des conditions de vie suffisantes. Jusqu’ici, il n’était malheureusement pas rare que des juges retirent la garde d’enfants à leurs parents justement pour des motifs liés au niveau de vie et aux conditions d’habitation.

 

Voir aussi :

Hongrie : politique familiale très généreuse, hostilité à l’immigration

 

Autres articles

9 Commentaires

  • Droal , 26 mars 2016 @ 18 h 35 min

    Mère Thérèsa a dit qu’un pays qui tue ses enfants n’a pas d’avenir.

    Fort heureusement le pays des Charlies n’a pas d’avenir.

    Objectivement, ça sent la fin.

  • Tonio , 26 mars 2016 @ 20 h 31 min

    Depuis Pompidou tout a été fait par chaque président pour boucher l’avenir de la France en mettant son destin dans les griffes de la finance cosmopolite américaine!
    Pas de quoi s’étonner des résultats.

  • kébir50 , 26 mars 2016 @ 21 h 01 min

    Bravo, amis Polonais c’est vous qui avez raison. En France nos politiques sont des vendus, sans honneur.

  • Nat , 27 mars 2016 @ 9 h 09 min

    Il aurait été bien plus sage de baisser les impôts de façon à ce que ces 500 PLN ne quittent pas la poche des polonais. Il aurait été bien plus judicieux de donner des coups de pouce à ceux qui fondent des écoles maternelles. Il aurait été plus intelligent de tailler dans le millefeuille administratif et bureaucratique pour délier les mains des entrepreneurs et des créateurs de richesse. Il aurait été plus efficace de rehausser les libertés individuelles, déjà bridées sous le gouvernement précédent et en passe d’être achevées par celui ci. Plus de libertés, plus de “swobody”, moins de bureaucratie, d’impôts…c’est cela la clé d’une politique nataliste.
    A la place qu’avons nous? Encore et toujours plus de redistribution. Et pour financer la redistribution, on taxe encore et toujours plus. On taxe les banques et les commerces, qui ne manqueront pas de répercuter leurs pertes sur les prix à la consommation et des services. Les gens deviendront dépendants d’un État Providence qui ne leur veut pas du bien, mais qui veut les contrôler de la naissance à la mort, en passant par leurs communications, leurs loisirs et leurs emplois. Sur le modèle français en bref. Celui que le monde entier nous envie, n’est ce pas?

  • Mas Jean-Marie , 27 mars 2016 @ 10 h 07 min

    Le salut viendra de l’Est. A l’ouest, c’est la dégénérescence assurée.

  • Babouchka , 27 mars 2016 @ 14 h 17 min

    Excellente nouvelle!
    La Hongrie, la Pologne des pays pilotes qui nous montrent l’exemple.

  • réprouvé , 27 mars 2016 @ 19 h 56 min

    Bravo, voilà le bon chemin à suivre.

Les commentaires sont fermés.