Libération confond « exécution » et « assassinat »

“Une ex-maire corse exécutée” titrait en fin de semaine dernière le quotidien Libération (et tant d’autres médias !) pour parler de l’assassinat de Marie-Jeanne Bozzi, ancienne élue UMP de l’Île de Beauté. “Exécuter” signifie “faire mourir quelqu’un par autorité de justice ; lui appliquer la peine de mort”. L’ancien maire de Grosseto-Prugna (de 2001 à 2008), condamnée en 2002 à une peine de prison avec sursis pour proxénétisme aggravé et en 2007 pour fraude fiscale a pourtant bien été assassinée…

Autres articles

1 Commentaire

  • SAINT MARTIN Louis , 28 Avr 2011 à 11:02 @ 11 h 02 min

    Cela fait partie intégrante de la seule bataille qui vaille et qui évite le recours aux armes, coûteux et toujours incertain : la bataille du langage.
    C’est par la bataille du langage qu’on subvertit les peuples et détruit leurs défenses.
    C’est en remplaçant le mot “patriotisme” par le mot “racisme”, “révolutionnaire enragé” par “progressiste”, “entreprise de subversion” par “forces de progrès”, “propagande” par “libération des esprits”, “invasion-colonisation” par “droits de l’homme”, “orientation naturelle” par “homophobie”, “pornographie” par “art” (merci M. Lang), “défoulement” par “épanouissement” “naufrage moral” par “liberté”, “paire” par “couple”, “inversion” par “orientation sexuelle”, “turpitude ” par “mariage”, “associés dans la turpitude” par “famille”, “immobilisme” par “défense de la fonction publique” ou “conservation de privilèges indus” par “défense de l’usager”….etc….etc, et surtout en amenant l’adversaire – c’est à dire les gens qui voudraient résister à la corruption des idées et des moeurs et sauvegarder leur civilisation – à utiliser le même vocabulaire pour s’exprimer,
    C’est par tout ce travail de sape sur le langage qu’on asservit des peuples entiers.
    Les trotkystes de “Libération” y sont passés maîtres qui feignent de confondre “exécution” et “assassinat” encore que le niveau culturel de la plupart des “folliculaires” est tellement bas, qu’on ne peut pas écarter l’idée que beaucoup d’entre eux ne savent même pas de quoi ils parlent.

Les commentaires sont fermés.