Recentrage en vue pour le CNIP ?

Lors de la réunion de son “comité directeur” samedi matin, le Centre national des indépendants et paysans a entériné un rapprochement avec la future ARES (Alliance Républicaine, Ecologiste et Sociale) qui réunit déjà le Nouveau centre d’Hervé Morin, le Parti radical valoisien de Jean-Louis Borloo, la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel et la Convention démocrate d’Hervé de Charrette. Objectif : en constituer l’aile d’une « droite assumée » selon la formule du Président du CNIP, le député de Cholet Gilles Bourdouleix. Présenté comme un simple accord technique et stratégique, il ne s’agit pas d’“un engagement tant pour la présidentielle que pour les législatives et les élections suivantes” explique sur son blog Gonzague de Chantérac, membre du comité directeur qui prévient :

“Les positions des partis centristes et de M. Borloo, sur le droit de vote des étrangers, le mariage et l’adoption par les personnes de même sexe, le renforcement de l’ISF, le « Pass Contraception », les salles de shoot… ne sont pas les miennes et ne le deviendront pas.

Elles ne sont pas celles du CNIP et n’ont pas vocation à le devenir.”

Reste qu’on se demande ce que vient faire une formation qui se réclame du libéral-conservatisme au sein d’un rassemblement des centres…

“L’Alliance ne doit pas devenir la machine à faire perdre la Majorité et s’assimiler à l’Arès de la mythologie grecque, dieu de la Guerre, de la Violence et de la Destruction” avertit quant à lui Gonzague de Chantérac qui ne soutient pas ce rapprochement.

Autres articles

2 Commentaires

  • Budelberger , 26 juin 2011 @ 19 h 19 min

    On va manquer de place, on va se serrer, dans la cabine téléphonique !

  • La preuve par l'exemple , 10 juin 2012 @ 1 h 12 min

    L’avenir a donné raison au jeune sieur de Chanterac…

Les commentaires sont fermés.