L’IFP dans Le Monde

Le Monde consacre ce vendredi 26 juillet un article à l’Institut de formation politique, que connaissent bien nos lecteurs (nos articles). Pertinemment intitulé « À l’école française des libéraux-conservateurs » et donnant la parole à Alexandre Pesey, co-fondateur et directeur, il n’est toutefois pas exempt de raccourcis et le journaliste Samuel Laurent ne peut pas s’empêcher de donner son avis, évidemment désapprobateur, qui sonne parfois même comme un avertissement ou une invitation à se repositionner : « très à droite », « radical », « thèses ultra-libérales »« intervenants parfois ‘limite’ », etc.

Articles liés

15Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Diex Aïe ! , 26 juillet 2013 @ 16 h 24 min

    Rien que le titre qui ne veut rien dire du tout, ça sent l’enfumage total…

  • Eric Martin , 26 juillet 2013 @ 16 h 28 min

    « libéral-conservateur » signifie « attaché aux idées de liberté et de responsabilité », c’est-à-dire à la liberté au sens chrétien du terme.

  • Diex Aïe ! , 26 juillet 2013 @ 17 h 33 min

    Le libéralisme est condamné par l’Eglise…

  • Diex Aïe ! , 26 juillet 2013 @ 17 h 40 min

    La liberté au sens chrétien du terme signifie qu’on n’est libre que dans le Christ. C’est le principe même du Notre Père : Ne nous laissez pas succomber à la tentation. C’est que si on ne tend pas vers le Christ, on devient esclave du péché… Donc nous ne pouvons être libre que dans le Christ ou prisonnier du reste. Permettre l’expression, donner la parole à autre chose que ce qui se réfère au Christ est donc une fausse liberté… C’est donc sataniste… Relisez Pie XII à ce sujet et aussi J-P II sur le sens du mot « liberté » que vous trahissez en permanence en prétendant que tout le monde est libre de s’exprimer sur votre site parce que cela signifie que vous laissez s’exprimer le péché… Donc vous vous rendez esclave du péché… Alors, cessez d’affirmer que vous êtes chrétien ou cesser d’être libéraliste; mais on ne peut servir deux maîtres à la foie… Voyez Monsieur Fillon, il n’y arrive pas lui-même…

  • Charles , 26 juillet 2013 @ 18 h 32 min

    Ce que vous dites est faux et réducteur. Si la pleine et entière liberté est dans le Christ, il y a toutefois un degré de liberté, certes inférieure, mais qui existe : on n’est pas soit dans l’esclavage du péché, soit dans la liberté avec le Christ, et rien entre les deux. Si un homme de bonne volonté, non croyant, veut se laisser atteindre par Lui, il ne pourrait tout simplement pas le faire en étant totalement esclave du péché et prisonnier d’une fausse liberté.

  • Mathieu , 26 juillet 2013 @ 19 h 03 min

    Justement : si le Chrétien n’est pas confronté au Mal, comment gagne-t-il son salut ? Dieu a créé l’Homme libre. Libre de choisir le Bien (vers quoi le Chrétiens tendent) ou le Mal (de quoi le Chrétien doit s’écarter). Pour gagner son salut, il suffit de prendre Jesus Chris comme sauveur et de choisir le Bien le plus possible.

    Le libéralisme permet justement ce choix. Par exemple : Jesus nous enseigne dans les évangiles d’être généreux avec son prochain. A votre avis, qui est généreux : celui qui se fait taxer 19,6% du prix d’un bien qu’il achète, sans (ou presque) en avoir conscience, ou bien celui qui va héberger, de sa propre initiative, un sans-abris ? C’est certainement le deuxième cas.

    La solidarité socialiste est une fausse solidarité puisque, entre autres, elle est imposée et qu’elle rend les plus pauvres passifs. La solidarité libre est vraie puisqu’elle vient du fond du coeur, qu’elle provient d’une initiative individuelle : CA C’EST LE MESSAGE DU CHRIST. Dieu a-t-il dit « Vole au riche pour donner au pauvre ? » : NON.

  • Jack , 26 juillet 2013 @ 21 h 07 min

    A l’école française de socialo-libertaires. Et si on est jeune, d’une sensibilité politiquement à gauche, voire davantage, si on aime militer chez les « antifas » et faire le coup de poing… ?

Les commentaires sont clôturés.