Prise d’otages dans une église de Seine-Maritime, le prêtre égorgé, les terroristes ont crié “Allahu Akbar”

Prise d’otages dans une église de Seine-Maritime, le prêtre égorgé, les terroristes ont crié “Allahu Akbar”

Deux forcenés ont pris en otage le curé, deux sœurs et plusieurs fidèles, mardi 26 juillet, dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). La prise d’otages a commencé vers 9h45, selon France 3 Haute-Normandie, qui précise que les forcenés sont munis d’armes blanches.

Selon nos informations, la Brigade de recherche et d’intervention est sur place et le Raid est en route. Les motivations des forcenés sont, pour l’heure, inconnues. Le correspondant de RTL fait état sur Twitter de “nombreux tirs entendus sur place” et de “plusieurs blessés”.

Source.

Selon BFM TV, les deux preneurs d’otages ont été neutralisés et un otage aurait été tué. Le journaliste envoyé sur place dit qu’il “(a) des informations qu’il ne peut pas donner à l’antenne”…

11h30. Selon LeFigaro.fr, le prêtre a été égorgé. Un(e) otage a été grièvement blessé(e).

12h30. Le prêtre, le Père Jacques Hamel, était octogénaire (86 ans).

12h40. Les deux terroristes ont crié “Allahu Akbar !” avant d’être abattu.

Autres articles

9 Commentaires

  • Chevalier- de Moncaire , 26 Juil 2016 à 15:11 @ 15 h 11 min

    Comme il s’agit de chrétiens et de prêtres cela a aucune importance. Mais bon sang qu’est ce que l’on attend? Que tout le monde soit au Paradi ou purge ses péchés éternellement dans le feu de l’Enfer ?

  • Catholique & Français , 26 Juil 2016 à 16:13 @ 16 h 13 min

    Lettre du Bienheureux Charles de Foucauld au Commandant Duclos : « Jesus ! Caritas ! Tamanrasset, le 1er septembre 1916. Je suis entièrement de votre avis sur tous les points. Sur la nécessité absolue d’une répression sévère des crimes commis, des désertions, des dissidences, des passages à l’ennemi; sur la nécessité de l’expulsion des indésirables, espions et semeurs de troubles; sur la nécessité d’interdire tout rapport à nos sujets soumis avec les ennemis, insoumis, dissidents, etc… Sur la nécessité de s’abstenir de négociations avec les indigènes ennemis, sauf le seul cas où ils viennent demander l’aman, en faisant pleinement soumission…
    Ne pas réprimer sévèrement, c’est enhardir les criminels et encourager les autres à les suivre; c’est perdre l’estime de tous, soumis et insoumis, qui, dans cette conduite, ne voient que faiblesse, timidité, crainte; c’est décourager les fidèles qui voient que le même, ou presque le même, traitement attend les fidèles et les déserteurs, les soumis et les rebelles… Ne pas chasser les indésirables, c’est laisser des ferments de troubles, faibles dans le début, se développer et produire leur plein effet, qui peut être très grave et atteindre la pleine rébellion… Traiter de puissance à puissance avec des chefs ennemis ou rebelles, c’est les grandir infiniment et se diminuer d’autant… »

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen