A 30 ans, combien tu gagnes ? Cyrille, prêtre, 1.111 euros par mois

A 30 ans, combien tu gagnes ? Cyrille, prêtre, 1.111 euros par mois

Quand il était plus jeune, Cyrille Janssen avait déjà envisagé d’endosser l’habit de prêtre. Ayant grandi dans une famille chrétienne et pratiquante, cette voie lui paraissait plutôt séduisante.

Puis, comme tous les enfants, d’autres plans se sont glissés dans son esprit. Il a eu une vague envie de devenir architecte, médecin ou de travailler dans les relations franco-allemandes, mais il a fini par suivre le modèle familial :

“Dans une fratrie de quatre enfants, nous sommes trois à avoir fait une école de commerce. A l’époque, même si je ne savais pas trop ce que je voulais faire de ma vie, je n’étais pas insensible à l’idée de choisir un métier qui rapporte de l’argent.”

L’homme de 33 ans se souvient :

“J’ai grandi avec l’idée que l’argent ne tombe pas du ciel. Je voulais avoir les moyens qui allaient avec mes envies. J’ai d’ailleurs rapidement cumulé les petits boulots, notamment en donnant des cours de soutien scolaire.”

“En école de commerce, je n’étais pas à ma place”

Son bac ES en poche, Cyrille poursuit son parcours en classe préparatoire à Franklin, à Paris. “C’était plus par orgueil et par challenge que par vocation”, analyse-t-il. A 20 ans, il intègre l’Edhec à Lille et profite de sa liberté étudiante. Pendant six mois, le jeune homme joue “à fond” la carte de l’école, mais s’interroge :

“Nos profs n’arrêtaient pas de nous répéter que lorsqu’on sortirait de l’école, on aurait un CDI et un bon salaire.

Moi, je me posais beaucoup de questions. J’étais tiraillé entre cette pression sociale qui nous pousse à la réussite et cette vocation religieuse, synonyme aussi de pauvreté, qui mûrissait au fond de moi. Je ne me sentais pas vraiment à ma place.”

A la fin de sa première année d’école, à force d’en discuter autour de lui, Cyrille comprend que Dieu a autre chose en tête pour lui. Lire la suite sur Rue89 !

Autres articles

3 Commentaires

  • Benoit RAMETS , 26 Juil 2018 à 13:55 @ 13 h 55 min

    C’est la question qui n’est pas bien posée. L’indemnité, mensuelle généralement, perçue par le prêtre n’est pas un salaire, pas une paie. Curé n’est pas une profession mais une vocation. Pas de représentation salariale. Cela dit, le bac plus 7 à 10 qu’est mon curé est probablement le plus mal loti, plus mal encore que celui de votre exemple et il n’y a aucune notion d’ancienneté ou de hiérarchie. Mon Evêque est sur la même base. Attention, il est logé chauffé, souvent nourri par un service organisé paroissial et ses déplacement sont indemnisés, heureusement en ruralité d’ailleurs. Attention, il est très souvent sollicité comme étant bien habillé et donc sûrement riche.

  • hermeneias , 28 Juil 2018 à 9:37 @ 9 h 37 min

    Pas une “profession” la prêtrise ? Certes mais le prêtre n’en est pas moins un être humain qui doit vivre au jour le jour et dont l’église hiérarchique ferait bien de se préoccuper un peu plus ….
    Mais on en vient à croire que le politiquement correct , un dogme non formulé , qui a envahi une Eglise sous controle et surveillance veut faire disparaitre le prêtre qui parait comme une “anomalie” dans une société matérialiste totalitaire

  • Charles , 28 Juil 2018 à 11:45 @ 11 h 45 min

    Dans le réel, la dimension matérielle a autant d’importance que la dimension immatérielle.
    Ni plus, ni moins, car il ne peut exister/subsister l’une sans l’autre.
    Ne prendre en considération que l’une des deux dimensions est une escroquerie.
    La dimension matérielle donne à minima l’accès aux soins médicaux et hospitaliers.
    Je ferai 2 remarques:
    REMARQUE 1.
    Les dons des paroissiens croyants accumulés depuis 2000 ans ont permis de constituer en France un magnifique et sidérant patrimoine immobilier et foncier pour servir de base logistique à la transmission de la foi chrétienne.
    (Hôpitaux, Ecoles, maisons de retraite, etc)
    Il se trouve que ces espaces, par définition “non marchands”, ont attisé et attisent
    la convoitise des élites athées infiltrées dans les institutions dites “catholiques”.
    Ces accumulations fruits visibles de la croyance chrétienne sont uniques
    en comparaison des fruits matériels des faibles dons venant des autres religions….

    REMARQUE 2:
    Il serait très facile et logique pour la conférence des évêques d’initier la mise en place d’un service internet selon un format ( squelette et skin) pratique pour les quelques 90 évêchés de France afin d’offrir une information claire et continue.
    Cette base d’information de chaque évêché rendant compte des rapports financiers année
    après année, y compris du montant des collectes et de la valeur du patrimoine sous gestion.
    Egalement une information sur les différents dons et legs importants
    Elle comprendrait une information de base sur chaque paroisse…

    On constate que ceci n’est toujours pas en place, ce qui est la preuve
    de l’indigence et/ou de la mauvaise foi de nos évêques….

Les commentaires sont fermés.