VIDÉO | Hervé Gourdel victime d’un guet-apens ?

Deux jours après la mort d’Hervé Gourdel, l’enquête se poursuit. Jeudi, cinq personnes ont été placées en garde à vue par l’armée algérienne. Selon notre correspondant à Alger, Khaled Drareni, qui cite des sources militaires, cette dernière estime qu’il est impossible qu’Hervé Gourdel soit venu dans le Djurdjura sans qu’il y ait complicité. L’un de ses accompagnateurs pourrait l’avoir piégé et l’avoir amené sciemment dans les montagnes de Kabylie :

Articles liés

16Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Guy Marquais , 27 septembre 2014 @ 8 h 31 min

    Nous avons , hélas, les mêmes assassinats trop fréquemment en France. Ceux qui seraient tentés d’en parler sont vite taxés de racisme ou autre abomination ( que rien que d’en parler ça me fait froid dans le dos ! )
    Alors pourquoi tant de bruit, officiel, journalistique, politique ….pourquoi drapeaux en berne et autres gémissements officiels largement orchestrés ?
    Je ne me pose que cette question  » pourquoi »
    Nous prépare-t-on à quelque chose ? alors qu’ils le disent au lieu de manipuler l’opinion !

  • Richard B , 27 septembre 2014 @ 9 h 54 min

    Si c’est vrai qu’il a été piégé, par ses accompagnateurs, c’est encore plus dégeulasse, et a qui peut on faire confiance?

  • zézé , 27 septembre 2014 @ 10 h 07 min

    Comme d’habitude le politiquement correct nous musèle n’est-ce-pas ? on nous harcèle en ce moment aux 20h avec les musulmans qui ne veulent pas être mis dans le même panier que les djihadistes, avec imams et tout et tout. Mais comme l’a dit une autre personne sur un sujet similaire : ils crient qu’ils ne veulent pas être assimilés non aux crimes mais aux djihadistes…. nuance !!!!

  • Melisenda , 27 septembre 2014 @ 11 h 06 min

    Ce qui m’intrigue, c’est que lors d’un journal télévisé, juste après les tristes événements que nous connaissons, des autochtones interrogés par un journaliste français ont affirmé que tous les habitants des villages aux alentours des montagnes où a été ravi Hervé Gourdel connaissaient la dangerosité de ces lieux. En effet, si tous ceux-là étaient au courant, comment cela fait-il que les amis de notre compatriote ne l’eussent pas été également, d’autant que, sauf erreur, ils avaient été hébergés dans un premier temps dans les environs par une connaissance commune forcément aux faits avant de partir en randonnée. Ce qui ajoute également au mystère, les djihadistes ont laissé partir les accompagnateurs sans les avoir au préalable délestés d’objets généralement recherchés comme ils le font d’habitude. Pour indication, la police algérienne aurait, depuis lors, conclu à la non complicité des accompagnateurs. Malgré cela, je demeure toujours perplexe au vu des informations recueillies ci-dessus.

  • mickeymaousse , 27 septembre 2014 @ 11 h 41 min

    Plusieurs de mes amis, randonneurs, sont persuadés que la « balade » hors des sentiers sécurisés a bien été un piège dont HG ne s’est pas rendu compte, faute de connaître le terrain

  • Gisèle , 27 septembre 2014 @ 12 h 21 min

    @Guy
    Je pense comme vous !

  • Gisèle , 27 septembre 2014 @ 12 h 25 min

    Et s’ ‘il avait été capturé dans le village ??? ou dans le chalet ???
    Qui ment ?????

Les commentaires sont clôturés.