VIDÉO | Jean-Baptiste Say redécouvert

Damien Theillier, professeur de philosophie et Président de l’Institut Coppet, présente Jean-Baptiste Say en 10 minutes. Celui que Frédéric Bastiat considère comme son maître fut un résistant à Napoléon Bonaparte et aussi l’un des premiers à mettre l’accent sur l’action humaine comme clé de la science économique, anticipant ainsi les travaux de l’École autrichienne d’économie.

Autres articles

2 Commentaires

  • Isidore , 28 Oct 2012 à 15:15 @ 15 h 15 min

    Si j’ai à peu près bien retenu,
    1°) la valeur “sur le marché”bien sûr,d’un produit,n’est pas proportionnelle au travail demandé par sa fabrication. Il est évident qu’elle est en rapport avec son “utilité” pour des acheteurs potentiels.
    Et fonctionne donc selon le rapport entre l’offre et la demande.
    Suivant J.B. Say, le second principe de détermination de la valeur d’un produit serait,dites-vous,la prospérité.Je suppose qu’il faut comprendre la prospérité qu’il apporte réellement à la société.Mais,cela se rapproche en somme de l’utilité toute simple.
    2°)Si on veut voir là un principe second et complémentaire de l’utilité simple,par rapprochement avec ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de l’offre,cette notion de prospérité pourrait correspondre à la demande d’adéquation de la production et de l’attente.
    Ce que je rapprocherais alors du principe universel désigné dans la constitution américaine du droit à la recherche du bonheur.L’expression étant entendue ici du strict point de vue économique des relations dans la société,bien que correspondant,au niveau supérieurement philosophique qui est sans doute de la dite constitution.(Ce qui est en bas etc…)
    Il est donc évident qu’il n’y a pas de “science économique” à proprement parler,dans l’absolu,mais que l’économie est une branche de la philosophie,ce que les Evangiles disent déjà.

  • Isidore , 28 Oct 2012 à 15:19 @ 15 h 19 min

    Et que Marx n’a décidément pas inventé le thème de la lutte des classes qu’il a trouvé chez Guizot,alors qu’il est déjà chez J.B.Say.

Les commentaires sont fermés.