Record d’abstention par ras-le-bol des politiciens

Les Français sont de plus en plus nombreux à ne pas aller voter par ras-le-bol des politiciens et par défiance. L’abstention est devenue le premier parti politique en France.

Autres articles

6 Commentaires

  • ranguin , 27 Mar 2014 à 15:36 @ 15 h 36 min

    Alors la gauche se serait trompée elle même.
    Elle déçoit l’ouvrier et l’électorat immigré d’origine ne voterait pas ?
    Quelle claque !!!!

  • Eric , 27 Mar 2014 à 16:12 @ 16 h 12 min

    Il a d’autres candidats que ceux de l”UMPS. L’abstentionnisme est une erreur au 1er tour.
    Au 2eme, je comprends cette position si le choix se résume à un UMPS contre un UMPS.

  • Luc Ruy , 27 Mar 2014 à 20:29 @ 20 h 29 min

    Clash à Bobigny : Un communiste scandalisé de voir une femme voilée sur une affiche UDI-UMP (vidéo)

    http://www.fdesouche.com/437593-bobigny-un-militant-communiste-scandalise-de-voir-une-fille-voilee-sur-une-affiche-electorale-udi-video

    PS : La héroïne de la vidéo parle aussi dans le reportage de Rance 2.

  • Gisèle , 27 Mar 2014 à 21:47 @ 21 h 47 min

    Il y a aussi une majorité de j’m’enfoutistes qui vivent sans trop se poser de questions et qui pensent que c’est pas leur problème .

  • Gisèle , 27 Mar 2014 à 22:13 @ 22 h 13 min

    L’abstention au premier tour est une stratégie bien rôdée de la part de la gauche . Chaque fois que le FN est sur la sellette , le mot d’ordre est le même . C’est ce qui s’est passé aux présidentielles aussi .
    Il y a aussi ceux qui ** vont voir **et qui attendent ….

  • xtemps , 28 Mar 2014 à 14:28 @ 14 h 28 min

    Je les comprend, je suis passé par là, c’est une marque de désespoir et l’impuissance face au dogme totalitaire, un mur, qui n’est que le rejet du système, qui a déjà tant fait du mal à nos peuples, mais après réflexions, le vote blanc est un laisser faire, un chèque en blanc aux pouvoirs qui sert notre propre misère accepté sans réagir.
    Qui n’empêche pas le mal le favoris qui disait Cicéron.

Les commentaires sont fermés.