Delhi : l’avortement en chute libre depuis 2008, les décès accidentels de femmes qui avortent aussi

1 lakh = 100 000

Pour rappel, Delhi (Inde) compte environ 17 millions d’habitants. L’avortement y est autorisé pour des raisons médicales, y compris des anomalies chez le fœtus, en cas d’échec de la contraception et de risques pour la santé physique et/ou mentale de la mère. L’avortement sélectif (en fonction du sexe de l’enfant) est théoriquement interdit.

Autres articles