François Bayrou tente de reprendre la main face à l’UDI de Jean-Louis Borloo

« J’ai toujours été un militant de l’unité du Centre qui est la condition indispensable pour que le Centre existe dans la vie politique française. Alors, je dis à Jean-Louis Borloo : si c’est vraiment l’unité qui est le but à atteindre, faisons-la ensemble. »Voilà ce que François Bayrou a déclaré sur Europe 1, ce dimanche, reprenant d’autres de ses propos allant dans le même sens ces derniers jours. Pourquoi une telle déclaration de la part de celui qui estimait il y a encore peu être le seul vrai leader centriste légitime, que le Centre était au centre et non pas au centre-droit où se positionne Jean-Louis Borloo et qui n’a pas pardonné à la plupart des élus de l’UDI (Union des démocrates et indépendants) ce qu’il estime avoir été une trahison envers lui, eux qui le quittèrent entre 2002 et 2010.

La réponse est duale : François Bayrou ne peut ignorer cette réunion centriste et ce, d’autant, qu’elle menace à terme l’existence même de son parti, le Mouvement démocrate, mais pour continuer à exister politiquement il doit, soit réduire l’importance de l’UDI, soit la phagocyter. Non seulement Jean-Louis Borloo a réussi à préempter l’espace centriste mais, en plus, de nombreux membres du MoDem quittent le navire bayrouiste pour s’encarter à l’UDI.

Afin d’éviter l’hémorragie qui se profile, Bayrou a envoyé une lettre à ses militants pour leur dire qu’il était pour la réunion du Centre et qu’il fallait que tous les sensibilités de ce dernier travaillent ensemble. Il a même expliqué que dans cette réunion « ceux qui sont plus à droite défendront leur position à l’intérieur d’un ensemble, ceux qui veulent un Centre indépendant le feront aussi…la ligne politique, nous la définirons ensemble » ce qui est un reniement de ses positions passées sur la définition de ce qu’est le Centre et de son indépendance. Il a également ajouté que la double-appartenance politique pourrait être autorisée au MoDem.

Bien sûr, quand François Bayrou dit à Jean-Louis Borloo, « faisons ensemble l’unité du Centre », cela veut aussi dire « chiche » et peut permettre ensuite au leader du Mouvement démocrate de démontrer que celui du Parti radical n’est pas un vrai rassembleur… Sans oublier que, au jour d’aujourd’hui, l’intégration du MoDem dans l’UDI poserait un problème de cohérence politique.

Jean-Louis Borloo a rappelé sans cesse que son nouveau parti serait « indépendant » mais il a aussi rappelé avec la même insistance que les seules alliances électorales et gouvernementales de l’UDI seraient avec l’UMP ce qui est en contradiction totale de la vision de François Bayrou qui souhaite laisser ouvertes toutes les possibilités d’alliances avec la Droite et la Gauche.

Accueillir le Mouvement démocrate dans l’Union des démocrates et indépendants serait peut-être, alors, introduire le ver dans le fruit pour Borloo et ses amis, ce qui est peut-être le but de Bayrou. Refuser cet accueil, à l’opposé, pourrait relativiser le nouveau parti en le cataloguant comme un simple appendice de la Droite, ce qui est peut-être, aussi, le but de Bayrou ! Et puis, si cette intégration se faisait, comment éviter, à court et moyen terme, des clashs entre les visions antagonistes et entre des hommes qui ont encore bien des différends à régler?

Autre question d’importance, quelle place peut revendiquer aujourd’hui François Bayrou dans un Centre réunifié après sa défaite aux présidentielles et la déroute de ses troupes aux législatives ? La première ? La deuxième ? Une place parmi les chefs sans plus de précision ?

Connaissant l’homme, il est peu probable qu’il souhaite devenir un militant comme les autres. D’ailleurs, il a déjà signifié qu’il n’y avait que deux leaders au centre, Jean-Louis Borloo et lui-même. Mais on voit mal Borloo s’effacer devant Bayrou, ni même partager la première place avec lui. N’oublions tout de même pas que la proposition de François Bayrou peut consister en une simple alliance entre l’UDI et le Mouvement démocrate (notamment lors des élections). Du coup, il pourrait tenter de remplumer son parti en terme d’élus par ce biais et lui permettre de peser beaucoup plus qu’actuellement, ce qui se ferait grâce à Jean-Louis Borloo…

Est-ce donc une partie de poker-menteur qui est en train de se mettre en place ou sont-ce les prémisses d’une vraie union du Centre ? L’histoire des centristes sous la V° République montre qu’il n’y a pas de pronostics fiables en la matière !

*Alexandre Vatimbella est journaliste et directeur du CREC (Centre d’étude & de recherche du Centrisme).

> Cet article est produit en partenariat avec le Centre d’étude & de recherche du Centrisme.

Autres articles

8 Commentaires

  • B Meyer , 27 Sep 2012 à 16:56 @ 16 h 56 min

    On voit mal l’ego de Bayrou s’accomoder de partager.

    Il y en a un qu’un m’amuse beaucoup, c’est Alain Dolium. Encore socialiste il y a peu, il est instantanément devenu tête de liste du Modem quand celui ci avait le vent en poupe et maintenant, hop il se retrouve à l’état major de Borloo. Tout cela en quelques très courtes années; Voilà un cadre de parti sur qui on peut compter…

  • Goupille , 28 Sep 2012 à 1:01 @ 1 h 01 min

    François qui ?… Jean-Louis qui ?… Marigot ? Caïmans. Nausée.

    Les politologues savent que les élections se gagnent au centre, ce qu’ils appellent le marécage, qui vote pour on ne sait qui, au dernier moment, sur on ne sait quoi, une couleur de cravate ou l’humeur de l’instant.
    Ils ne se portent même pas sur le Centre. Le centre ? Centre-mou ? Cul-entre-deux-chaises ? Programme minimum pour clientélisme flou…

    Et cette bouillie face à la mort annoncée d’une nation et d’un peuple !
    Nausée.

  • Marie Genko , 28 Sep 2012 à 8:54 @ 8 h 54 min

    Merci Goupille, je vous lis avec plaisir!

    Amicalement, Marie

  • Goupille , 28 Sep 2012 à 11:10 @ 11 h 10 min

    Merci Marie : cela fait plaisir de se sentir comprise.
    Et puis dites-vous bien Marie, en supposant que vous soyez vraiment une Marie et non un Alphonse crypté, ce sont les femmes qui sauveront ce pays et sa civilisation car, elles, savent ce qu’elles ont a perdre.
    Eux se voient bien en possesseurs de harem.
    Courage, Marie.

  • Lach-Comte , 28 Sep 2012 à 16:55 @ 16 h 55 min

    voilà, j’appréciais votre commentaire et patatras, vos 2 dernières phrases à la limite du grotesque ! Je me disais : “enfin une femme intelligente qui sait écrire sans fautes et qui ne s’attache pas à la cravate, la mèche de cheveux ou l’humeur du jour quand elle vote”. Eh bien, non, il a fallu que vous nous ressortiez le sempiternelle couplet des femmes qui sauveront …. ! C’est un drame quand on voit Ségolène Royal et Trierweiler, c’est à rire quand on regarde NKM ou guigou ! une mauvaise plaisanterie si je reste sur Bachelot-Narquin (façon de parler). Vous plaisantez, plus il y a de femmes en politique, plus il y a de femmes qui votent, et plus la catastrophe se précise. Alors, s’il vous plaît, rengoupiller vos problèmes de genre et essayer, une bonne fois pour toutes, de nous prouver la réalité de vos discours sexistes par des actes.

  • Goupille , 28 Sep 2012 à 20:45 @ 20 h 45 min

    Cela n’a rien de sexiste et de gender… Je n’ai pas dit que c’étaient TOUTES les femmes, je n’ai pas dit que c’étaient TOUS les hommes.

    Par contre « enfin une femme intelligente qui sait écrire sans fautes et qui ne s’attache pas à la cravate, la mèche de cheveux ou l’humeur du jour quand elle vote ». vaut son pesant de cacahouètes…

    Si ce n’est pas insultant et sexiste, alors, qu’est-ce que c’est ?

    Over.

  • François2 , 28 Sep 2012 à 21:12 @ 21 h 12 min

    Querelles de nains, qui après l’UMPS vont discuter du sexe des anges, pendant que l’invasion de la France continue. Nous sommes bien en route vers un génécocide par substitution de population (et de religion). C’est d’ailleurs commencé : nous avons cette année la preuve statitisque qu’un premier département français ne sera plus français (cette année 50 % des moins de 18 ans sont d’origine étrangère dans le département 93).

Les commentaires sont fermés.