La Tasmanie rejette le « mariage » gay

Le Conseil législatif, la chambre haute de l’État de Tasmanie, a rejeté jeudi soir par 8 voix contre 6 un projet de loi instaurant un “mariage” entre personnes du même sexe voté par la chambre basse le mois dernier.

Pour autant, Rodney Croome, le porte-parole du lobby Australian Marriage Equality, ne cachait pas sa joie de constater que les élus s’étaient davantage préoccupés de la constitutionnalité des dispositions de la loi que du “mariage” lui-même. “Nous avons perdu sur ce coup-là mais nous avons remporté le débat” se vantait-il jeudi soir auprès des médias, “cette question a un bel avenir”. “Quant à ceux qui s’imaginent que la question vient d’être enterrée, ils se trompent complètement”, a-t-il continué.

Le Conseil législatif de Tasmanie présente cette particularité qu’il est dominé par les indépendants (13 élus), les deux grands partis australiens (libéral et travailliste) n’ayant chacun qu’un parlementaire.

Pressions. Le chef des Verts et ministre Nick McKim, originaire de Tasmanie a jugé que les membres du Conseil législatif qui ont voté contre le projet de loi avaient manqué de courage, les accusant dans la foulée d’avoir choisi “la peur plutôt que l’amour, la division plutôt que l’unité et le 19e siècle plutôt que le 21e siècle”.

L’élu indépendant Mike Gaffney s’est déclaré “honteux” du vote de la chambre haute et a lâché : “Peut-être sommes-nous des dinosaures”. Il a présenté ses excuses à la communauté gay tandis que certains experts assuraient que la légalisation du “mariage” gay aurait donné un coup de pouce de 100 millions de dollars à l’économie en difficulté de Tasmanie.

L’indépendant Ivan Dean, qui s’est opposé au projet de loi, a confié “[avoir] été sous une pression énorme” ces derniers jours. Mais « [sa] position fondamentale est que le mariage peut avoir lieu entre un homme et une femme à l’exclusion de tous les autres, et est volontairement conclu pour la vie », a-t-il expliqué.

Autres articles

1 Commentaire

  • Aaron , 29 Sep 2012 à 22:20 @ 22 h 20 min

    Un petit état du bout du monde qui prend le contre-pied du politiquement correct et de la bien pensance formatée.BRAVO!!!

Les commentaires sont fermés.