Pourquoi la croissance ne reviendra jamais en France ?

Une leçon d’économie pour les nuls sur le thème “d’où vient la croissance ?” dispensée par le Pr Jean-Louis Caccomo, docteur en finances internationales de l’université d’Aix-Marseille, maître de conférences à l’IAE de Perpignan et consultant (Organisation Mondiale du Tourisme – Nations-Unies) :

Articles liés

8Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Gisèle , 28 janvier 2016 @ 20 h 43 min

    Croissance et soumission, ne vont pas de paire …

  • Marquais , 29 janvier 2016 @ 7 h 37 min

    Merci M. Caccomo, vous avez développé ce que je rabâche autour de moi depuis des lustres.
    Les gens ne veulent pas comprendre que pour avoir des consommateurs il faut d’abord des investisseurs donc des capitaux donc des épargnants donc des “riches’ ( ces derniers épargnent de gré ou de force car, heureusement, ils ne peuvent pas consommer tous leurs revenus ajoutés à leurs capitaux)
    Par ailleurs l’allusion au IIIéme Reich est riche d’enseignements . On n’a pas assez étudié les clés du relèvement de l’Allemagne en 7 ans, de 1932 à 1939, pour en séparer le bon et le mauvais sur le plan économique .

  • lilou 35 , 29 janvier 2016 @ 8 h 32 min

    Consommer ou épargner ? consommer et épargner ? Pour parvenir à l’un de ces deux critères il faut d’abord libérer le travail, aujourd’hui travailler devient répréhensible, les progrès techniques vont plus vite que les progrès intellectuels. Le travail et le non travail sont rémunérés ! Comment dans ces conditions relancer la machine ? Le peuple n’est plus souverain, il n’est plus écouté, nos gouvernants et même le peuple en perdent les pédales ! Pour être écouté il doit descendre dans la rue, et pour descendre dans la rue il faut un motif et un certain consensus il n’a plus qu’un moyen pour se défendre, c’est la consommation, pour mettre nos dirigeants en difficulté ! le peuple fait la grève de la consommation et ça marche.
    Nous ne manquons pourtant pas d’intellectuels, de conseilleurs d’économistes de tous poils, des législateurs qui freinent des deux pieds au lieu d’accélérer ! Les parties politiques pour tirer leurs épingles du jeu et ne pas en sortir, proposent, se contredisent, se confrontent, proposent tout et n’importe quoi avec l’espoir que le temps leur donne raison, mais le temps passe et les idées restent sur le bords de la route faute d’exécutant, et pour avancer on crée des associations pour ne pas gonfler le secteur public déjà obèse ! Le cercle est bouclé la dette explose le bateau prend l’eau, et malgré cela d’autres embarquent et accélèrent le naufrage, seul ceux qui savent nager seront sauvés

  • floderé , 29 janvier 2016 @ 10 h 15 min

    manque de pot on annonce 1,1 de croissance pour 2015!

  • Marino , 29 janvier 2016 @ 10 h 56 min

    * Le ministre des Finances Michel Sapin s’est félicité vendredi du niveau de la croissance, ajoutant que la reprise devait « s’amplifier en 2016 »…pour « permettre d’avoir plus d’emplois », ce qui constitue la « priorité » du gouvernement, dans une réaction transmise à l’AFP.

    * Les Ministres de ce gouvernement ont tous lu et relu : le manuel ” La maîtrise de soi-même par autosuggestion consciente “, publiée en 1926 : C’est la fameuse “méthode Coué”. (le fait de répéter des phrases positives pour améliorer le quotidien)

  • sitonia83 , 29 janvier 2016 @ 15 h 46 min

    Quelle croissance, cher Monsieur!

  • Jeanne E , 29 janvier 2016 @ 16 h 43 min

    Très bien, M. Caccomo.
    Mais il faudrait peut-être distinguer finance spéculative et finance productive dans l’économie.
    Comme on doit distinguer capitaliste financier “international” et capitaliste industriel national…

    D’autre part, au sujet de Hitler et de ses idées sur le banquier Rothschild, il faudrait rappeler que la crise en Allemagne a commencé par la faillite d’une des succursales du groupe.
    https://www.youtube.com/watch?v=WlRNiOBGYV0
    Je ne sache pas que la famille Rothschild ait été affectée par les effets de ses spéculations sur les populations.
    Par ailleurs, M. Caccomo aurait profit à lire les ouvrages de MM. Mullins et Sutton, sur les agissements des financiers au début du XXème s, et Jovanovic, sur la fin. (ex : Blythe Masters, qui spéculait sur les prix des denrées de première nécessité).

    On peut ajouter que ce n’est pas parce que Hitler a chassé les banquiers que la crise a commencé, mais qu’il est venu au pouvoir parce que les banquiers ont causé la crise.
    Tout à fait d’accord au sujet des notions de cause et de conséquence… si la population y réfléchissait mieux, bien des problèmes seraient évités, bien des bobards seraient éventés.

    De plus, il faudrait signaler qu’Hitler a réussi à redresser l’économie en procédant à une sorte de troc, qui lui permettait d’éviter les circuits bancaires.
    C’est un grave crime de lèse banques.

Les commentaires sont clôturés.