Jean-Claude Martinez, candidat à la présidentielle!

Jean-Claude Martinez, candidat à la présidentielle!

https://www.youtube.com/watch?v=Jgi_DpP24o8

 

La France de Dunkerque à la Terre Adélie! C’est une première pour l’ex vice-président du Front national et ancien député FN de l’Hérault, Jean-Claude Martinez se lance dans la bataille de la présidentielle 2017. Son slogan : 2017, le monde a besoin de la France, avec pour sous-titre,: La France, le monde, la vie !

L’universitaire veut une France de Dunkerque à la Terre Adélie et de Clipperton à Nouméa. Il propose des solutions pour “changer de planète et pas d’hommes politiques”.Sa priorité est donc de définir une politique porté par un désir de France libre, consciente de son destin dans le concert des nations et se redonnant, par le travail soutenu et l’intelligence des réalités, tous les moyens concrets, de l’école refondée à une armée creuset national reconstituée, en passant par une économie fiscalement libérée, de revenir à l’avant-garde du monde et d’éclairer la route commune des nations” écrit Jean-Claude Martinez.

Concernant les prisons, il déclare ne vouloir emprisonner que les auteurs de crimes de sang, pour les autres, les 2/3 des détenus selon lui, il propose de les transférer sur l’une des 500 îles de la France d’outre-mer, pour travailler au bien public. “On peut s’amuser à construire toujours plus de place de prisons, c’est une course stupide et sans fin”, affirme-t-il.

Autre proposition, supprimer la formation professionnelle, qui coûte 16 milliards d’euros à la France en vain. Lui, la remplace par une forme de service civique des jeunes

Dans son livre “Ma république des maires”, paru en juin, Jean-Claude Martinez fait le bilan de près de 60 ans de régime présidentiel. “Voilà le bilan : dix élections au suffrage universel direct ont donné un président qui a tous les pouvoirs, mais aucun résultat. Omnipotent et en même temps impuissant”.

Il dénonce des candidats et d’anciens présidents “Doliprane”, “des hommes politiques qui traitent les effets et non les causes des problèmes”.

 

Articles liés