VIDÉO | Jean-François Kahn tente de surfer sur la vague anti-merdias, sans le talent de Jean-Yves Le Gallou

À ce petit jeu-là, le fondateur de L’Événement du Jeudi et de Marianne n’est pas le plus crédible. “Les journalistes sont devenus fous”, estime-t-il désormais. Selon nous, ils l’étaient déjà quand ils comparaient le viol d’une femme noir par un riche pervers intouchable à “un troussage de domestique”. À la copie (L’horreur médiatique de Jean-François Kahn), préférez l’original (La tyrannie médiatique de Jean-Yves Le Gallou) !

Autres articles

8 Commentaires

  • flammande , 1 Mar 2014 à 16:20 @ 16 h 20 min

    Le microcosme médiatique est aussi clos et autiste que le microcosme politique : défense de leurs propres privilèges, aucune opinion que celle de la pensée unique, aucune vergogne ni aucune conviction… Que de la complaisance pour relayer des dépêches soigneusement choisie (par le pouvoir ?)… Toutes les infos sont les mêmes et exploitées de la même façon ! Ils sont très complices de la manipulation des politiques… Car, si les politiques avaient une vraie presse d’opposition, les vérités se feraient jour et notre démocratie se porterait mieux. Sans porte-voix, la voix n’est plus audible !
    Comment imaginer la liberté de la presse quand celle-ci est tellement subventionnée ??? Comment imaginer des journalistes indépendants du pouvoir quand ils ont tant d’avantages qu’ils veulent garder ???
    La vérité est que l’immense majorité des journalistes est ultra-complaisante avec ce pouvoir et qu’elle ment évidemment éhontément pour le soutenir…
    Enfin, juste pour le plaisir, quand les journalistes cesseront d’écrire “Vladimir (*) ou Pierre (*) prénom modifié” peut-être auront-ils reconquis un peu de dignité, de légitimité et de crédibilité…
    On ne peut que se détourner de ces medias médiocrissimes pour se tourner vers la réinformation. Au passage, saluons J.Y. Le Gallou, son excellent “Polemia” et ses “Bobards” qui épinglent les pires traitrises (le choix est toujours cornelien !).

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen