Gil Rivière-Wekstein en guerre contre « les fausses promesses » du bio

Invité dans le “Quart d’heure de célébrité” d’Enquête & Débat présenté par Jean Robin, l’animateur de la lettre d’information Agriculture & Environnement Gil Rivière-Wekstein dénonce les “fausses promesses de l’agriculture biologique”.

“Il y aurait deux mondes dans l’agriculture, le monde de l’agriculture conventionnelle et des pesticides, mauvais pour la santé et puis de l’autre côté, le monde du “bio”, naturel, sans pesticide, tout propre. Et bien c’est faux. L’agriculture biologique utilise de très nombreux pesticides. La seule différence entre ces produits utilisés en “bio” par rapport à ceux qui sont utilisés par leurs collègues en conventionnel, c’est que dans le premier cas, ils sont naturels, donc leur toxicité est naturelle. Ils tuent naturellement les ravageurs. Alors que dans le cas de l’agriculture conventionnelle, on se permet d’utiliser des produits de synthèse, donc des produits qui fonctionnent avec la même toxicologie mais simplement, qui ont été synthétisés par l’industrie de la chimie. Et donc, en réalité, ces produits-là sont souvent plus contrôlés. Il est plus facile de savoir la dose exacte de toxique que vous mettez dans le champ quand ce sont des produits qui sont sont synthétisés. Alors que quand ce sont des produits issus de plantes naturelles, ne fut-ce que la quantité de toxique que vous déversez n’est pas connue” explique-t-il.

L’auteur de Bio, fausses promesses, vrai marketing continue : “Par exemple, la roténone (…) est un produit qui a été utilisé par les agriculteurs biologiques depuis de nombreuses années. L’Europe (l’Union européenne, ndlr) a estimé aujourd’hui que ce produit doit être retiré totalement et ne plus être utilisé par qui que ce soit parce qu’on a trouvé des liens avérés avec la maladie de Parkinson donc c’est un produit dangereux pour la santé donc il a été retiré de l’utilisation en Europe il y a maintenant un an ou deux ans, je ne me rappelle plus. Et les agriculteurs biologiques français ont obtenu une dérogation pour continuer à l’utiliser pendant encore deux ans sachant que c’est un produit toxique pour l’homme. C’est un exemple, il y en a d’autres.”

Autres articles

1 Commentaire

  • Durand Monique , 7 Juin 2011 à 18:45 @ 18 h 45 min

    Il est faux de dire que l’agriculture bio utilise de trés nombreux pesticides. au contraire leur nombre est très restreint, ils ne sont pas des produits de synthèse et sont de ce fait dégradables facilement ce qui n’est pas le cas des pesticides de l’agri conventionnelle. D’autre part le sol est enrichi avec du fumier ou mieux du compost ou autres extraits complexes bio pouvant être dégradé dans le sol et fournir les éléments nutritifs en fonction des besoins de la plante, alors qu’en agri conventionnelle les substances nutritives ajoutées dans le sol le sont sous forme de sels (nitrates , phosphates etc…) que la plante absorbe en trop grande quantité , certes sa croissance en est accrue mais sa fragilité aussi d’où la moindre résistance des plantes aux agressions externes et la nécessité de traitements beaucoup plus fréquents qu’en agri bio. Pour ceux qui ne sont pas convaincus des dégats provoqués par les pesticides de synthèse sur la santé il faut aller sur le site du professeur Sultan , endocrinologue au CHU de Montpellier qui montre entre autres les malformations d’enfants au niveau sexuel.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France