Harlem Désir veut purger… l’UMP

C’est sur le ton d’un maître d’école que Harlem Désir, secrétaire général du PS par intérim, demande jeudi à l’UMP une « clarification » afin de « mettre les choses au clair et donc de dissoudre ce groupe de la Droite populaire ». Rien que cela ! Les motifs invoqués ? Le groupe de députés UMP instaurerait « une véritable passerelle, un pont permanent entre l’UMP et l’extrême droite ». Harlem Désir a notamment très modérément apprécié l’apéritif « saucisson vin rouge dans l’enceinte même de l’Assemblée nationale ». Des élus de droite à l’UMP ? Mais que fait la police ?

Articles liés

4Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Doidy de Kerguelen , 28 juillet 2011 @ 17 h 47 min

    Pour une fois, je suis d’accord avec l’indésirable Harlem!

    Des députés de droite n’ont rien à faire à l’UMP. Ils le disent eux même, leur but est de faire réélire Sarkosy….. Pour qu’il nous fasse une nouvelle ouverture à gauche?
    Une fois c’est une erreur, perseverare diabolicum

  • Popof , 28 juillet 2011 @ 18 h 34 min

    Daidy a tout à fait raison. Quand est qu’en France le Bon-Sens , la “droite” osera se présenter sans complexes. Alors que le pays est sous l’emprise d’une secte crypto-Pol Pot KGB qui ne cache plus leurs idées nihilistes et leur perfidie destructrice. Ce triste personnage Harlem Désir ne souhaite que le chaos pour assouvir enfin son avidité de pouvoir. Encore un petit Pol Pot en puissance.
    Sarkosy a déjà trahi ceux qui ont cru en son programme et il est certain qu’il le fera de nouveau au cas où il serait élu. Le futur est sombre et puant quand il y a aussi la possibilité qu’Aubry puisse prendre le pouvoir.

  • Eviv Bulgroz , 28 juillet 2011 @ 23 h 56 min

    Je souscris intégralement aux propos du Marquis de KERGUELEN : ces gaullistes qui approuvent le retour dans l’OTAN, ces gens de droite qui approuvent la pseudo-droite maçonnique au pouvoir sont des jean-foutres.
    Je souscris aussi à l’opinion de Popof : l’avenir est sombre et puant, il dégage cette violente odeur de merde qui annonce la présence de la Secte Maçonnique.

  • SAINT MARTIN Louis , 29 juillet 2011 @ 10 h 30 min

    Pourquoi chercher à qualifier ou à situer ce groupe de droite d’un côté et Harlem Désir de l’autre ? Pour M. Désir, nous savons qu’il fut une créature fabriquée par Mitterrand. Connaissant l’insanité du personnage nous nous doutions qu’il laisserait des miasmes virulents après sa mort. M. Désir est un de ces miasmes. Mais il y en a plein d’autres.

    Pour les députés dits” de droite populiste” mais qui veulent faire réélire Sarkozy, le seul fait qu’ils se déclarent “gaullistes” suffit à éclairer la manœuvre.
    Retour arrière. Hier soir Arte rediffusait “Le grand Charles” un téléfilm consacré au parcours de “l’homme des tempêtes”. Film passionnant car il décrit parfaitement la manoeuvre (en fait le complot) qui ramena De Gaulle au pouvoir en utilisant les partisans les plus convaincus de l’Algérie française puis en les roulant dans la farine.
    Je résume : La 4ème république est à bout de souffle mais l’agonie s’éternise, Chaban envoie Delbecque en Algérie pour susciter agitation, excitation puis canalisation vers la solution De Gaulle. Ce Delbecque s’acquitte admirablement de sa tâche et arrive à circonvenir tout ce qui, de près ou de loin, s’agite là bas, depuis le petit peuple pied-noir jusqu’au généralissime Salan. Le 13 mai 58 l’insurrection éclate dans la rue, Salan lance officiellement le nom de De Gaulle pour sortir du pétrin. Coty accélère la crise de régime en nommant ce pauvre Pfimlin qui démissionne…. et il est obligé de rappeller De Gaulle de Colombey pour le nommer président du Conseil. Le tour est joué.
    Or De Gaulle a décidé que l’Empire est un poids trop lourd pour la France et ne veut surtout pas de l’Algérie française. Il a sans doute ses raisons mais il se garde bien de les dire et se présente comme un garant de l’Algérie française aux uns, le seul rempart contre un putsch militaire aux autres (notamment à Guy Mollet, le patron de socialistes).
    Revenu au pouvoir et renvoyant ce pauvre Coty sucrer les fraises, il remet au pas tous ceux qui ont contribué à le ramener au pouvoir, les remplace petit à petit, rappelle Salan d’Alger, casse l’armée (elle ne s’en est jamais remis et n’est plus que l’ombre d’elle même de nos jours), met les activistes Algérie française en prison et assoie le FLN sur le trône de l’ancien Dey d’Alger, livrant d’immenses populations au massacre et les Français d’Algérie à l’exil.
    Fin du flash back.

    Alors quand des députés se qualifient de “gaullistes”, parlent le langage du FN mais affirment vouloir faire réélire Sarkozy en tant que champion de la France française (comme hier De Gaulle, champion de l’Algérie française) je sais très bien à quoi m’en tenir : nous allons finir sous-préfecture d’une Europe libre-échangiste, mondialiste, mercantile, de plus en plus tyrannique, farouchement antichrétienne ouverte à la Turquie comme une hourie à un vigoureux musulman.
    En fait, il y a toujours eu des formations politiques qui étaient chargées de ramener vers le bercail UDR-RPR-UMP les votes de la droite véritable au 2ème tour de la présidentielle.
    Ce fut notamment le cas du MPF de ce pauvre Philippe de Villiers qui, a systématiquement fait voter Chirac au 2ème tour, après s’être présenté contre lui au premier tour.
    Moyennant quoi on lui laissait cette petite chaise de président du CG de Vendée qu’il aimait tant. Ce fut aussi le cas du CNIP dont certains responsables – farouchement anti fédéralistes dans les paroles – ont vu leur “fidélité” à Chirac récompensée, pour peu qu’ils se soient confortablement assis sur leurs idées.

    Après avoir lu certains de mes petits billets, mon député (je ne le nommerai pas) m’a écrit en citant Maurras – “la politique du pire est toujours le pire en politique” – pour demander à me rencontrer.
    Je lui ai répondu que, quelle que soit sa bonne volonté individuelle, son travail de député n’était que pure agitation verbale et que “discuter” serait une perte de temps pour lui et pour moi, sauf s’il était d’accord sur le fait qu’il fallait bazarder le système, changer de régime et rétablir les principes sur lesquels la France s’était édifiée et avait rayonné. A partir de là une discussion serait possible pour étudier sur les moyens à mettre en oeuvre pour restaurer notre pays dans son unité, son identité, son indépendance, sa santé morale, spirituelle et politique.
    J’attends sa réponse….mais sans illusion : on ne trahit pas la mamelle qui vous nourrit.

Les commentaires sont clôturés.