Décès de Jacques Rivette à 87 ans

Décès de Jacques Rivette à 87 ans

Jacques Rivette aborde le cinéma par le biais de la cinéphilie et de la critique, comme la plupart des futurs réalisateurs de la Nouvelle Vague.
Il croise régulièrement François Truffaut, Jean-Luc Godard et Eric Rohmer à la Cinémathèque. Il fonde La Gazette du cinéma en 1950 avec Eric Rohmer.
Critique aux Cahiers du Cinéma, il en est le rédacteur en chef de 1963 à 1965. Assistant de Jacques Becker et de Jean Renoir, il réalise en 1958 son premier long métrage, Paris nous appartient.
Il aborde des thèmes qu’il affectionne : le complot et les répétitions théâtrales. Avec ses comédiens, Jacques Rivette utilise une méthode qu’il a conservée tout au long de sa carrière : pas de scénario, juste quelques pages de synopsis. Le texte est donné la veille ou parfois le jour du tournage.

rivette11

Son second long métrage, La Religieuse, réalisé en 1966 d’après le roman de Diderot, est interdit provisoirement par la censure française. Anna Karina y interprète Suzanne, une jeune fille mise de force dans un couvent mais qui refuse de prononcer ses voeux. Avec L’ Amour fou et Out 1: Spectre (version courte d’un film qui dure 12 heures 40), il approfondit ses recherches sur l’improvisation et le mélange entre fiction et documentaire.

Avec Céline et Julie vont en bateau, il touche au fantastique mais revient à un certain réalisme dans Le Pont du Nord. Emmanuelle Béart pose pour La Belle noiseuse en 1991 avec Michel Piccoli, et Sandrine Bonnaire est Jeanne d’Arc dans un film en deux épisodes Jeanne la Pucelle.
En 2000, Jacques Rivette réalise Va savoir, une comédie librement inspirée du Carrosse d’or de Jean Renoir, cinéaste auquel il avait consacré en 1966 un documentaire intitulé Jean Renoir, le patron. Jacques Rivette est fidèle à ses comédiens, puisqu’il refait tourner Sandrine Bonnaire et Emmanuelle Béart, la première dans Secret Défense (1997), la seconde dans Histoire de Marie et Julien (2003), deux films qui voient le cinéaste renouer avec sa veine sombre.

Jacques Rivette n’est pas un homme de provocation, malgré le choc provoqué par La Religieuse. Ses films sont fondés sur l’idée que le cinéma est une expérience, voire une expérimentation. Il explose ainsi sans regret et toujours avec plaisir les normes habituelles.
Par exemple, la durée de ses films dépasse souvent les 2, voire 3 heures. Le rythme de ses films est très lent, laissant au spectateur une certaine liberté pour découvrir les personnages.

Filmographie :

1950 : Aux quatre coins
1950 : Le Quadrille
1952 : Le Divertissement
1956 : Le Coup du berger avec François Truffaut, Jean-Claude Brialy
1958 : Paris nous appartient, co-réalisé par Jean Gruault avec Betty Schneider, Gianni Esposito
1966 : La Religieuse (Suzanne Simonin, la religieuse de Denis Diderot), scénario de Jean Gruault avec Anna Karina, Liselotte Pulver
1969 : L’Amour fou
1971 : Out one : Noli me tangere, scénario de Suzanne Schiffman avec Bulle Ogier, Michael Lonsdale, Juliet Berto, Bernadette Lafont
1972 : Out one : Spectre
1974 : Céline et Julie vont en bateau, avec Juliet Berto, Bulle Ogier
1976 : Duelle avec Juliet Berto, Bulle Ogier
1976 : Noroît avec Bernadette Lafont, Géraldine Chaplin
1978 : Merry-Go-Round avec Maria Schneider, Joe Dalessandro
1981 : Le Pont du Nord avec Jean-Francois Stévenin, Pierre Clémenti
1982 : Paris s’en va
1984 : L’Amour par terre avec Géraldine Chaplin, Jane Birkin
1986 : Hurlevent avec Fabienne Babe, Lucas Belvaux
1988 : La Bande des quatre avec Bulle Ogier, Benoit Regent
1991 : La belle Noiseuse avec Michel Piccoli, Emmanuelle Béart
1994 : Jeanne la Pucelle/ Les batailles, avec Sandrine Bonnaire, Jean-Marie Richier
1994 : Jeanne la Pucelle/ Les prisons, avec Sandrine Bonnaire, André Marcon
1995 : Haut bas fragile
1995 : Lumière et compagnie ( partie Une aventure de Ninon )
1997 : Secret Défense, avec Sandrine Bonnaire, Grégoire Colin
2001 : Va savoir, avec Jeanne Balibar, Sergio Castellito
2003 : Histoire de Marie et Julien avec Jerzy Radziwilowicz, Emmanuelle Béart
2007 : Ne touchez pas la hache avec Jeanne Balibar, Guilaume Depardieu

2009 : 36 rue du pic Saint-Loup

Source

Articles liés