Le monde à l’envers selon l’AFP

Dans une dépêche ayant pour thème le refus d’un juge californien de permettre la tenue d’un référendum sur le circoncision, l’AFP démontre, une nouvelle fois, son parti pris sémantique. La tenue de référendum est chose courante en Californie, on se souvient qu’en 2008, l’un de ceux-ci avait permis de maintenir légale l’interdiction du mariage entre homosexuels. A ce sujet, l’AFP déclare : “le système californien permet de soumettre à référendum quasiment toute proposition de loi, tant que le nombre de signatures requis a été rassemblé. Beaucoup de législations controversées ont été adoptées par ce biais, notamment une loi interdisant le mariage homosexuel.” Désormais, ce sont les lois interdisant le “mariage” homosexuel qui sont “controversées”. Comme si la controverse n’était pas plutôt provoquée par le “mariage” homosexuel lui-même. La sémantique de l’Agence France-Presse fait des unions homosexuels la norme et de son interdiction une controverse. Curieuse manière d’appréhender le problème.

Autres articles

1 Commentaire

  • SAINT MARTIN Louis , 30 Juil 2011 à 9:46 @ 9 h 46 min

    Comme je le faisais remarquer dans un billet précédent, toute subversion, toute révolution commencent par le langage. Et par l’image
    Pour l’image, je vais donner un exemple. Nous avons tous appris à l’école que le Tiers-état qui représentait “le peuple de France” était fort maltraité par la Noblesse et le Clergé qui ne représentaient, eux que 4% environ de la population.
    Et nous avons tous en tête l’image d’un pauvre paysan portant sur ses épaules un noble et un clerc.
    Or, rien n’est plus faux (comme l’a démontré A.A Upinski) : le Tiers-Etat ne représentait que la bourgeoisie (notamment celle qui s’agite dans les prétoires) soit 2% de la population française – et le reste du peuple de France – 96% de la population – essentiellement paysan n’était pas représenté aux Etats Généraux puis à la Constituante. Si bien qu’il aurait fallu, pour que l’image fût équitable, représenter 96 paysans portant sur leurs épaules un noble et un clerc..et même un robin.

    Quant aux mots, c’est la même chose, à chaque fois qu’on utilise le langage de l’adversaire pour le dénoncer, on l’installe plus profondément dans les esprits.

    Quand vous évoquez le “mariage homosexuel” à longueur d’articles pour le vilipender, ou en dénoncer l’aberration, vous l’installez dans le vocabulaire puis dans l’esprit des gens qui, s’accoutument au mot, finiront pas accepter la chose.
    .
    Et pourtant les mots qui décrivent la chose réelle ne manquent pas : vous pourriez parler de “d’union contre nature légalisée” par exemple ou de “paires stériles légalisées” mais n”utilisez jamais le mot “mariage” pour désigner cette aberration.
    Quels que soient le respect et même l’affection qu’on puisse porter aux personnes qui prennent leurs délires pour des réalités, nous devons sans cesse défendre le réel de la condition humaine en n’employant que les mots adéquats.

    Un autre exemple. L’utilisation abusive du mot “citoyen” en adjectif.
    La démarche citoyenne, l’entreprise citoyenne, l’esprit citoyen etc….
    Ces expressions ont toutes une connotation politique à caractère gauchisant. A chaque fois que vous les utilisez vous légitimez la pensée et l’action de toutes sortes de trotskystes et gauchistes qui veulent vous obliger à penser et à réagir comme eux.
    Parler de “civisme” d’esprit civique, de comportement civique, du rôle civique de l’entreprise n’est pas plus difficile et ramène à une autre vision politique de la cité, beaucoup plus traditionnelle me semble-t-il.

    LSM

Les commentaires sont fermés.