Hongrie : le président du Jobbik, Gábor Vona, souhaite renouveler l’image de son parti

À la quasi-unanimité des suffrages (98,8% des voix des congressistes), un congrès exceptionnel du Jobbik a fêté les 10 ans de la fondation du parti nationaliste et désigné son président Gábor Vona comme candidat au poste de Premier ministre pour les élections législatives à venir du printemps 2014.

Invité par la chaîne de télévision Hír TV, Gábor Vona a notamment été interrogé sur l’évolution de l’image qu’il souhaitait donner de lui-même, mettant en avant des visages plus « présentables » que les habituels clichés sur la Garde Hongroise. Le président du Jobbik a répondu que ces visages avaient toujours existé au sein du Jobbik, qui est devenu le parti le plus populaire au sein de la jeunesse hongroise, et reconnu que c’était peut-être une erreur de n’avoir mis en avant que le visage « radical » du parti, précisant toutefois que ces deux « visages » du parti avaient toujours coexisté et continuent de le faire en harmonie au sein du parti, et qu’en revanche les lignes fondamentales du programme du Jobbik (rendre la Hongrie aux Hongrois, résoudre le problème de la coexistence des Hongrois et des Roms, ne plus accepter la domination de la Hongrie par l’Union européenne) n’avaient pas changé et ne changeraient pas.

Voici le dernier clip de campagne du Jobbik : A jövőt nem lehet megállítani ! (Il n’est pas possible d’arrêter l’avenir !).

Autres articles

2 Commentaires

  • Diex Aïe ! , 29 Oct 2013 à 13:11 @ 13 h 11 min

    J’espère qu’il (le Jobbik) n’en perdra pas son âme…

  • xtemps , 30 Oct 2013 à 11:46 @ 11 h 46 min

    L’identité des peuples ont toujours été les vrais richesses et liberté des peuples,c’est quand nous la perdons que nous savons ce que nous avions,avec une vraie démocratie qui protège les peuples par les peuples avec des vrais représentants qui nous représente,préservent nos richesses,dit moi ce que tu mange et je dirai d’où tu vient,est notre manière de vivre,qui doit rester notre liberté,doit être encore un sens,c’est les peuples qui doit être au pouvoir pas les dictatures.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen