Technostalgie

Technostalgie

Par Isabel Orpy

Vous souvient-il d’un petit boîtier gris au clavier bruyant et à l’écran bombé ?

En 1995, il avait de 20 millions de fans auxquels il donnait accès à à 25 000 services via 6,5 millions de terminaux. Il permettait de réserver un billet de train, de vérifier ses relevés de compte, servait d’annuaire et même de messagerie rose… faisant la fortune de Xavier Niel, le papa de Free.

Et juin 2012 inhuma officiellement le Minitel.

Chaque année, la course frénétique aux nouvelles technologies, la quête de gadgets plus “funs” et autres modes diversifiées jettent aux oubliettes maints objets considérés comme dépassés.

Combien d’objets qui, hier encore, habitaient notre quotidien, pour certains l’avaient révolutionné… sont ainsi tombés en désuétude, jetés aux rencards de l’oubli par des technologies plus performantes : machine à écrire, walkman, tourne-disque, etc.

Et pourtant, ils ont ponctué la vie de nos aïeux, les joies notre enfance, égayé ou facilité notre vie…

Jung Von Matt, une agence de pub allemande, leur a construit un petit mausolée sur le web : le Museum of Obsolete Objects (Musée des objets obsolètes).

Classés chronologiquement, selon leur année de disparition, on peut les retrouver dans une video sur YouTube. C’est aussi l’opportunité de visiter ce musée en famille pour les faire découvrir à ceux qui ne les ont pas connus et leur raconter d’autres technologies.

À l’ère de l’obsolescence programmée, il est agréable de revoir certains de ces objets et de se souvenir qu’il n’y pas très longtemps encore, un téléviseur pouvait durer 20 ans…

Si 2012 célébra le 25e anniversaire du développement durable… 2013 aurait dû  enfin s’inspirer du slogan de Brandt dans les années 80 : “Conçu pour durer” !

Quant à 2014…

 

Articles liés