Entretien avec Ludovic Greiling sur le thème : Monnaie et pouvoir, la monnaie, un enjeu géopolitique

Dans “Politique et éco” sur TV Libertés, Olivier Pichon et Jean-Christophe Mounicq reçoivent Ludovic Greiling, journaliste, pour son livre Monnaie et pouvoir, les dessous du système bancaire et des crises financières, aux éditions Apopsix :

Articles liés

2Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • ThinkOne , 31 janvier 2016 @ 11 h 17 min

    DETTE SOUVERAINE MONDIALE

    Historiquement et statistiquement :
    – Bulle de dette → crise récessive ou dépressive.

    Actuellement :
    Par rapport à 1930 ou 2008, le problème a changé de nature, de volume, de localisation, d’encadrement.
    1/- La dette n’est plus privée (particuliers, entreprises, banques) mais publique (pays, états).

    2/- Les volumes sont considérables, énormes, sans commune mesure avec l’endettement privé.

    3/- Le foyer n’est plus local (Etats Unis) mais mondial.

    4/- Les banque centrales sont désarmées (taux nuls, vanne de liquidité grande ouverte).
    Les gouvernements ne réagiront pas : trop de risque (austérité, appauvrissement, chômage, …).

    Une centaine de pays sont en indigestion : dette au niveau de la richesse produite annuellement.
    Une douzaine sont en état de “subprime souverain”.
    Deux ou trois sont sous perfusion.

    A terme.
    → Black Swan,
    → Peur, perte de confiance, repli sur soi,
    → Crise bancaire. Impossibilité de s’endetter (crédit-crunch, illiquidité, insolvabilité).
    → Crise financière,
    → Crise monétaire (change),
    → Effondrement de l’économie,
    → Chaos social et politique,
    → Désordre international.

    Solution possible.
    En 2008, un accord du G20 a réussi a éviter la dépression : nous n’avons qu’une récession déflationniste.
    La solidarité entre grandes nations peut retarder le déclanchement, amortir le processus, amoindrir le désastre.
    Mondialement la dette est énorme et “entrelacée”. La restructuration est dépassée.
    Dans un nouveau Bretton Woods élargi, les grandes nations peuvent décider d’une “destruction” de la dette et l’établissement de nouvelles structures et de nouvelles règles ; la mue sera pénible pour les particuliers et pour les créanciers, mais le pire peut-être être évité.

    ThinkOne janvier 2016

  • Marino , 31 janvier 2016 @ 11 h 49 min

    Monnaie et pouvoir – Les dessous du système bancaire et des crises financières : Ludovic Greiling Livre 22€

    (Ludovic Greiling est journaliste. Ancien collaborateur du Revenu Français, spécialisé dans l’économie et les grandes entreprises, il travaille aujourd’hui pour différents journaux français et internationaux.)

    Résumé :

    D’où vient l’argent que nous utilisons tous les jours ? Qui sert-il en premier ? C’est le sujet central de ce livre. La monnaie ne tombe pas du ciel. Elle est émise par des personnes ou des institutions. Elle est donc gérée de manière partiale et souvent régentée dans l’intérêt de ses émetteurs. Nous utilisons de la monnaie quotidiennement sans nous soucier de sa valeur ni de sa provenance. Comprendre son origine, comment fonctionne le système bancaire et qui en tire profit, c’est dévoiler les batailles de pouvoir et éclairer les enjeux passés et présents.
    L’argent est à la base de tout. Il permet d’acheter des biens et des entreprises, acquérir des terres, faire la guerre, rémunérer une police, distribuer ou non des allocations… Son contrôle est source d’une concentration fabuleuse de richesses. L’histoire monétaire et celle du pouvoir sont liées de manière indissociable. La monnaie et la dette sont également inséparables. Les crises financières s’enchaînent : les dettes privée et publique gonflent, inéluctablement.
    Comment cela est-il possible ? Ce livre dévoile l’origine de la monnaie et les guerres souterraines pour son contrôle

Les commentaires sont clôturés.