Japon : les forçats du travail

Japon : les forçats du travail

C’est la NHK qui le révèle, 4 ans après les faits, une de ses journalistes est bien morte d’une crise cardiaque due au surmenage après 159 heures supplémentaires en un mois :

Autres articles