Couple : le vouvoiement revient chez les jeunes urbains diplômés

Les soixante-huitards vont (encore) avaler de travers. Figurez-vous que le vouvoiement, c’est la dernière tendance en vogue chez des couples “souvent trentenaires, plutôt urbains et CSP+, qui n’ont pas reçu le vouvoiement en héritage” ! Notre confrère Rue89 l’affirme et cite à l’appui Dominique Picard, auteur de Politesse, savoir-vivre et relations sociales (aux éditions Que sais-je ?), pour expliquer un “phénomène” qui “se développe” : celle-ci y voit, en vrac, la “volonté de retrouver des valeurs de respect que l’on pense perdues”, l'”identification à une certaine classe sociale – l’aristocratie – qui aurait maintenu ces valeurs”, “une volonté de repousser l’usage du “tu” à outrance vécu par certains comme une intrusion violente dans leur vie”, “une volonté de se démarquer des autres et de singulariser sa relation”, mais aussi la volonté de canaliser la violence qui existe nécessairement dans une relation amoureuse ou même le souhait de (re)donner “une dimension ludique, voire érotique à la relation”, le vouvoiement se révélant “des plus sensuels”.

Articles liés

9Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • jejomau , 30 décembre 2013 @ 8 h 16 min

    le vouvoiement, c’est la volonté de manifester son appartenance à la civilisation Française.

  • Vautrin , 30 décembre 2013 @ 10 h 33 min

    Alors pourquoi la deuxième personne existe dans la conjugaison ?

    “Tu”, c’est l’intimité; “Vous” c’est la politesse. Il est vrai que nos mœurs dissolues confondent les deux, ou plutôt refusent le politesse, et que la Révolution, dans son aveuglement enragé, voulait imposer le tutoiement. Personnellement je ne supporte pas qu’un inconnu ou qu’un quidam qui n’est pas de ma sphère me tutoie : “nous n’avons pas gardé le Goulag ensemble”, lui dis-je.

    Mais enfin, au sein du foyer, le vouvoiement me semble être une ostentation puérile de petit marquis. C’est bobo tout plein ! “Tu” marque l’appartenance à la famille, si l’on s’y vouvoie, alors c’est que la famille n’est plus qu’un conglomérat. Au fond, c’est bien dans la ligne de nos idéologues gauchistes.

  • mariedefrance , 30 décembre 2013 @ 11 h 04 min

    Le “vous” est un signe charmant, certes un peu désuet mais pourquoi pas !.
    Il dénote un certain raffinement.
    Cela me rappelle de très heureux souvenirs.

    Je trouve ce virage très intéressant et plutôt positif.
    oui, désuet mais non rebutant.
    Au contraire, frappé d’un certain respect.

    Enfin !

  • garzouille , 30 décembre 2013 @ 11 h 44 min

    Erreur (légère) 😉

    «Vous», c’est la distance, «tu», l’absence de distance (ou sa réduction) .

  • xrayzoulou , 30 décembre 2013 @ 11 h 45 min

    Il est vrai que le vouvoiement est une marque de respect, mais on peut avoir beaucoup de respect pour les gens et tutoyer. J’ai eu l’occasion de vivre dans des pays où le vouvoiement n’existait pas est j’avoue qu’il m’est difficile de dire vous, que je dois faire attention. En ce qui me concerne je vouvoie quelqu’un quand je veux tenir à distance la personne qui et en face de moi. C’est une façon de lui faire savoir que je ne l’estime pas.

  • Sacha , 30 décembre 2013 @ 14 h 31 min

    Manière de voir les choses. Certes, “vous” marque une distance, mais également une reconnaissance de l’autre. “tu” affaiblit la distance, mais sans jamais l’abolir. Car l’altérité est fondatrice, et tout le reste ne vise qu’à jeter des passerelles. Provisoirement, car il ne saurait jamais y avoir fusion, sauf pathologie.

Les commentaires sont clôturés.