Jean-Jacques Urvoas n’a jamais autant reçu de «courriers spontanés» que sur la dénaturation du mariage

Dénaturation du mariage. Confidence de Jean-Jacques Urvoas, député PS, dans sa lettre aux habitants de la 1ère circonscription du Finistère : “Je crois bien que, depuis 2007 (année de son élection, ndlr), sur aucun autre dossier législatif je n’ai reçu autant de courriers spontanés.”

L’élu en déduit-il qu’il doit voter “contre” ou militer pour que les Français se prononcent par référendum ? Non. “Autant dire qu’il faut être d’une singulière mauvaise foi pour prétendre que la question du mariage pour tous n’a pas fait l’objet d’un véritable débat…” réagit-il.

Car ce n’est pas de la mauvaise foi, ça ?

Autres articles

14 Commentaires

  • Thierry Zureck , 31 Jan 2013 à 10:58 @ 10 h 58 min

    Bébés ? vous avez dit bébés ?… Sans commentaires

    SVP : faire circuler sans modération

    Jeudi 3 janvier 2013
    Réseau d’homosexuels pédophiles : Un démon LGBT à l’oeuvre en Angleterre !

    Source

    Le leader d’une association LGBT militante condamné pour pédophilie aggravée

    Son nom est James Rennie. S’il avait été prêtre catholique, le monde entier se souviendrait encore des actes abjects auxquels il se prêtait avant d’être arrêté par la police avec plusieurs dizaines d’autres membres de son réseau d’homosexuels pédophiles.

    Comme il s’agissait d’un militant pour la cause du « mariage » entre personnes du même sexe et du droit à l’adoption pour ces couples, cette information n’a été publiée en France que sur quelques blogs, comme par exemple ici sur Riposte Catholique.

    Avant son arrestation, James Rennie, 38 ans, était le directeur de l’association LGBT Youth Scotland.
    En tant que tel, par ses contacts avec les parlementaires écossais et avec l’ancien Premier ministre Tony Blair, mais aussi en sa qualité de conseiller du gouvernement écossais pour les questions homosexuelles en rapport avec les enfants, il a eu une influence sur l’évolution du droit anglais et écossais vers l’autorisation de l’adoption pour les couples de personnes du même sexe.

    En 2009 James Rennie et ses complices ont été arrêtés puis condamnés pour faits de pédophilie aggravée, entre autres sur le nourrisson que James Rennie gardait régulièrement pour des gens qui se considéraient comme ses amis depuis quinze ans.

    Ceux-ci ont appris la chose lorsque la police, dans le cadre de son enquête, leur a fait visionner une vidéo que James Rennie avait fait circuler auprès des autres membres de son réseau, une vidéo où on le voyait violer le petit garçon en plusieurs occasions, pendant plusieurs années, le premier viol s’étant produit alors que le garçon n’était encore qu’un bébé de 3 mois…

    L’enquête de la police a été lancée sur dénonciation d’un réparateur informatique à qui un des membres du réseau d’homosexuels pédophiles avait confié son ordinateur sur lequel se trouvaient des photos compromettantes.

    Au moment de son arrestation, James Rennie avait un partenaire fixe mais se servait d’Internet pour d’autres rencontres entre gays. Il se servait aussi d’Internet pour des rencontres entre pédophiles, y compris celle de Neil Strachan, un autre homosexuel pédophile de 41 ans qui avait été condamné à 3 ans de prison en 1997 pour des actes sexuels sur un garçon entre 5 et 7 ans.

    Neil Strachan avait eu des séances de sexe avec le petit garçon confié à la garde de James Rennie alors que ce garçon avait entre 1 et 3 ans. Neil Strachan a aussi été accusé d’avoir essayé de sodomiser un enfant de 18 mois en 2005 dans son appartement d’Édimbourg.

    La liste des crimes de James Rennie et des dizaines d’autres membres du réseau, et notamment de ses sept complices condamnés en même temps que lui en octobre 2009, dépasse de loin, par leur caractère, tout ce qui a pu être révélé jusqu’ici sur les prêtes catholiques pédophiles (qui sont le plus souvent, vous l’aurez sans doute remarqué même si ce n’est jamais dit, à la fois prêtres et homosexuels puisque dans la majorité des cas les victimes des prêtres pédophiles sont des enfants ou des adolescents de sexe masculin).

    C’était il y a trois ans, mais contrairement aux affaires concernant des membres du clergé catholique, les médias français n’ont pas jugé bon d’en parler alors que l’affaire a fait la une de journaux britanniques connus, comme le Daily Mail qui a le premier révélé l’affaire (voir l’article en anglais ici). Était-ce de l’autocensure ?

  • lapotre , 31 Jan 2013 à 11:28 @ 11 h 28 min

    Il faut que l’affaire James Rennie devienne publique, envoyez les informations à Jacques
    Bompard, Marion le Pen ou Maître Collard pour être sûrs de sa publication au Parlement et de là au public.

  • jejomau , 31 Jan 2013 à 11:42 @ 11 h 42 min

    Signez la pétition concernant le Conseil Eco et Social (CESE) sans jamais plus vous arrêter et faites les circuler : si on obtient 500 000 signatures alors tout s’arrêtera, la Constitution obligeant Hollande l’usurpateur à lancer un REFERENDUM : http://www.lamanifpourtous.fr/-Soutenir-les-petitions-

    Ecrivez à vos sénateurs MASSIVEMENT. Après l’Assemblée nationale, le projet de loi devra être présenté et approuvé au Sénat. En septembre 2014, par le fait de la réforme des élections sénatoriales, la moitié du Sénat (et non plus le tiers) sera renouvelé.

    On trouvera la liste de ces sénateurs ici : http://www.senat.fr/senateurs/serie_2.html
    Les sénateurs sont élus par les grands électeurs, c’est à dire les élus locaux : conseillers régionaux, généraux, maires et délégués des conseils municipaux. Ces derniers vont être en première ligne si malheureusement ce projet de loi devait être voté. Ces maires, adjoints et conseillers municipaux sont nombreux à être hostiles au « mariage » homosexuel. Ils doivent dès maintenant faire savoir à leurs sénateurs que leur vote de 2014 dépendra de l’attitude que ces parlementaires auront lorsque le projet sera présenté devant la haute assemblée !

    On peut utiliser les exemples de lettres adressées aux élus ici : http://www.tous-pour-le-mariage.fr/ecrivez_deputes afin que par des copier-coller, on puisse leur écrire à tous massivement et rapidement en rajoutant notre touche personnelle indiquant bien que leur siège est devenu éjectable

    On peut faire de même encore avec les Députés et les maires : http://www.lamanifpourtous.fr/-Ecrire-aux-elus-

    Cette fois ça suffit! Ils sont en train de tomber les masques et veulent égorger nos tout-petits et les enfants de France !

  • Thierry Zureck , 31 Jan 2013 à 11:48 @ 11 h 48 min

    Sauf qu’on ne le re-redira jamais assez. En effet, sous la mascarade du mariage dénaturé, cette forme d’adoption n’occulte-t-elle pas des arrière-pensées on ne peut moins reluisantes. Comme, par exemple, la constitution de réserves de chairs fraîches pour de futurs lupanars : légalement enregistrés dans les bureaux d’état-civil d’une France en perdition ?

  • Thierry , 31 Jan 2013 à 12:01 @ 12 h 01 min

    Je confirme que les députés ont l’air surpris par la réaction des électeurs,

    J’avais félicité avant hier par email le député PS Jérome Lambert pour son intention de voter contre le projet de loi. : “Bravo pour votre courage politique. Vous êtes un homme libre vous !”

    Ce matin, il me répondait :
    “Merci !! (…) J’ai plus de 500 messages aujourd’hui !! (…)

    C’est peut-être une bonne stratégie que de harceler courtoisement par email les élus socialistes afin d’infléchir leur décision.

    Qu’en pensez-vous ?

  • Goupille , 31 Jan 2013 à 12:05 @ 12 h 05 min

    Nous autres, êtres normaux qui avons une sexualité normale et des rapports normaux avec des enfants normaux sommes trop naïfs et virginaux. De vraies oies blanches. De purs zozos.

    Quand des horreurs nous étaient rapportées, nous commencions par hésiter, tergiverser, n’en pas croire nos oreilles, au nom de notre conception de l’homme. Normal et solaire.

    Nous allons faire sortir ces pourritures de leur trou.
    Nous allons pulvériser leurs complicités trans-opposition de façade.

    Un matin, on se dit que cela suffit.
    Simplement.
    Normalement.

Les commentaires sont fermés.