Mélenchon fait l’apologie de Robespierre

Rares sont ceux qui se permettent encore de défendre Maximilien de Robespierre, symbole de la Terreur pendant la Révolution française. Jean-Luc Mélenchon fait néanmoins partie de ceux-là. Dans une lettre écrite au président de France Télévisions Rémy Pflimlin, il proteste contre le contenu d’une émission diffusée sur France 3 intitulée « Robespierre, bourreau de Vendée ? ».

Le leader du Front de Gauche déclare notamment que « le contenu de cet épisode est un offensant et grossier plaidoyer à charge contre la Révolution de 1789, truffé d’erreurs et dangereusement orienté vers une banalisation de l’idée de génocide ». Il conteste également l’utilisation « dans n’importe quels contextes et conditions historiques » du terme « génocide ».

Maximilien de Robespierre est entré le 27 juillet 1793 au Comité de salut public, où il participe à l’instauration d’un gouvernement révolutionnaire et devient le symbole de la Terreur, durant laquelle le génocide vendéen s’est déroulé. Il meurt guillotiné le 28 juillet 1794 à Paris, après avoir été arrêté par la Convention qui l’avait déclaré hors-la-loi.

Selon les historiens Reynald Secher et Pierre Chaunu, on peut effectivement parler de « génocide » en Vendée, tant la volonté du pouvoir central d’exterminer ce foyer de contre-révolution s’est traduit en mesures législatives et militaires qui ont conduit au massacre d’environ 500 000 personnes.

Ce courrier a été envoyé alors qu’un vif débat a eu lieu récemment au Parlement suite à une proposition de loi de membres du groupe UMP demandant la reconnaissance du génocide vendéen.

Lire aussi :

Philippe de Villiers souhaite que François Hollande demande pardon au nom de la République pour le génocide vendéen

L’hebdomadaire le plus lu en Pologne fait sa une sur le génocide de… Vendée !

Reynald Secher explique le génocide vendéen et le « mémoricide » sur Europe 1

Autres articles

30 Commentaires

  • Cecilia , 2 Fév 2013 à 11:26 @ 11 h 26 min

    Que d’erreurs dans ces commentaires. La vision que vous avez de Robespierre est polluée par deux siècles d historiographie contre-révolutionnaire et thermidorienne. De nombreux ouvrages scientifiques sont parus qui démontent ces contre-vérités.
    De plus, c est un affront à tous ceux qui ont été les victimes d un génocide que définir l affreuse guerre civile française entre 1793-1794.
    Et pour qualifier la Terreur, je me permettrais de reprendre les termes d un grand homme “la révolution française a eu ses raisons. Sa colère sera absoute par l’avenir. Son résultat, c’est le monde meilleur. De ses coups les plus terribles, il sort une caresse pour le genre humain. J’abrège.” Victor Hugo excusez moi du peu.

  • Lach-Comte , 2 Fév 2013 à 12:17 @ 12 h 17 min

    c’est vous qui semblez avoir été polluée par deux siècles de contre-vérités, mensonges et mystifications. Quant à vos “nombreux ouvrages scientifiques” (que vient faire “scientifiques” là dedans?) vous n’en nommez aucun et justement l’Histoire récente et moderne nous montre l’ineptie de ce que vous dites. Pensez-vous vraiment ce que vous écrivez lorsque vous affirmez que c’est faire un affront aux “vrais” génocidés que de confondre avec une guerre civile ? Mais n’y-a-t-il pas eu guerre civile ET génocide, par exemple au Cambodge. Ainsi, en France ce serait deux choses incompatibles … vous méprisez vous même les victimes vendéennes d’un vrai génocide et vous continuez à vous montrer coupable de ce que Seycher appelle un mémoricide en ne le reconnaissant pas. En cela vous continuez à être méprisable, comme vos nombreux prédécesseurs et accompagnateurs du style mélenchon. Quant à votre dernière citation, désolé, mais il y a eu une période où Hugo était royaliste et quand bien même la phrase serait “jolie” et de Monsieur, ça ne prouverait rien, à commencer par la véracité de ce qui est dit (ensuite ce n’est pas très “moderne” et “scientifique”). S’il vous plaît, pour clore, relisez l’extrait du testament de Robespierre (“on ne peut mentir…”) que j’ai mis en commentaire et revenez ici me répéter ce que vous dites de ce sanguinaire malade.

  • Cecilia , 2 Fév 2013 à 13:01 @ 13 h 01 min

    Je peux vous citer des ouvrages scientifiques (ce qui veut dire issu du milieu universitaire avec un travail de fond s’appuyant sur des fonds d archives nationales et départementales : sous la direction de Michel BIARD et Philippe BOURDIN, Robespierre portraits croisés (octobre 2012), Michael CHRISTOFFERSON, Les intellectuels contre la gauche (2009), Albert MATHIEZ, La réaction thermidorienne (2010), Bronislaw BACZKO, Comment sortir de la Terreur (Thermidor et la Révolution), sous la direction de Michel BIARD, La révolution française, une histoire toujours vivante (2010), Jean-Luc CHAPPEY, Bernard GAINOT, Guillaume MAZEAU, Frederic REGENT, Pierre SERNA, Pourquoi faire la Révolution, sous la direction de Jean-MArc SCHIAPPA, Pour la défense de la Révolution française. Je vous conseille aussi la biographie certes un peu datée de Gérard Walter sur Robespierre et de relire l intégralité des textes de RObespierre et de Saint-Just qui ne contient l un comme l autre que très peu évocation sur la Vendée. Bien que ma propre étude ne soit pas grand chose en rapport avec les autres études sérieuses que je viens de vous donner (vous y trouverais à la fois des références récentes et plus anciennes et aussi des références étrangères) je me permets de vous signaler que j ai étudié sérieusement pendant deux ans l historiographie de Saint-Just au XIXe siècle donc je sais un minimum de quoi je parle.
    Pour ce qui est du génocide, je ne nie en aucun cas les morts violentes qui ont eu lieu pendant les années 1793-1794, les erreurs et atrocités commises pendant la Convention nationale (mais qui suis-je pour juger des hommes (tous) qui ont eu à répondre à des situations inédites). Je me permet de vous rediriger vers la cours internationale des droits de l Homme (héritage de la Révolution, en passant) et sa définition de génocide, je vous mets au défi de trouver un texte de la Convention (encore plus de Robespierre) qui y répond.

  • Lach-Comte , 2 Fév 2013 à 13:20 @ 13 h 20 min

    Alors, définitivement, lisez le livre de Seycher, lui aussi universitaire mais interdit du sérail, à la différence de tous ceux que vous me citez qui ne font que se reprendre les uns les autres sans autres références que les leurs propres (comme ça on reste entre soi et on se donne raison sans risque d’être contredit tout en interdisant et excluant tout trublion qui aurait la mauvaise idée de dire autre chose) “du génocide au mémoricide”, où vous avez tout ce que vous cherchez comme preuves, parmi lesquelles les “petits billets” de vos héros et comme application de la définition de la Cour (sans S) internationale. Vous n’êtes que des imposteurs de l’université et de l’école françaises qui ne voyez toujours qu’à travers votre éducation marxiste et révolutionnaire et de toutes les façons, on pourrait même vous mettre le nez dedans que vous ne le verriez pas. Fourbes, sectaires et imposteurs, voilà ce que vous êtes. Pour finir, encore une fois, qui dois-je croire : vous ou Robespierre lui-même ? Son testament me suffit largement pour savoir à qui j’ai à faire. Et ce n’est pas votre suffisance “scientifique” (c’est comme ça que les totalitarismes fonctionnent) qui y changeront quoi que ce soit.

  • Lach-Comte , 2 Fév 2013 à 13:21 @ 13 h 21 min

    changera, pardon

  • Lach-Comte , 2 Fév 2013 à 13:34 @ 13 h 34 min

    vous remarquerez d’ailleurs que de vos références tout ou presque tourne autour de Michel Biard qui s’en est fait une spécialité et est président de la société des amis (!) de Robespierre et que ce monsieur fait justement partie du verrouillage universitaire à ce propos. Vous l’avez en plus plus souvent cité dans le journal l’Humanité qui comme chacun sait est une référence historique que dans les PUF … Il a même récemment invité Laurent (PCF) et Mélenchon à venir participé à un petit raout au Panthéon ! ça tombe bien votre Saint Robespierre voulait y aller … à d’autres.

  • Tarantik , 3 Fév 2013 à 12:31 @ 12 h 31 min

    Cécilia
    Même les grands hommes, et il en fut, ne sont pas à l’abri de prononcer de temps à autre une connerie… si “Napoléon le petit” l’avait fait Ministre, il eut parlé tout autrement… soyez-en sûre.

Les commentaires sont fermés.