Des milliers de travailleurs sans logement ! Et toujours plus de logements pour les clandestins…

Des milliers de travailleurs sans logement ! Et toujours plus de logements pour les clandestins…

https://www.youtube.com/watch?v=Fd5bCqJbp3A

En France, les pouvoirs publics mobilisent des moyens financiers et le patrimoine national pour héberger les migrants. Pendant ce temps, de nombreux travailleurs, même aisés, ne peuvent accéder au logement.
Toujours plus de logements pour les clandestins, toujours plus de difficultés pour se loger pour les travailleurs français ! Alors que le gouvernement, épaulé d’associations de gauche, s’évertue à loger des clandestins, les français rencontrent de plus en plus de difficulté à trouver un logement. Fait paradoxal, certains travailleurs français indépendants gagnent très bien leur vie et n’arrivent pas à séduire les propriétaires et les agences. Le marché de l’immobilier et plus précisément le marché locatif connaît en effet un décalage avec un marché du travail changeant.

Aujourd’hui une partie des jeunes actifs détient le statut d’indépendant et gagne bien sa vie, jusqu’à 3 à 5 000 € mensuel, mais n’arrive pas à se loger. En effet, les propriétaires et les agences, très exigeants sur les conditions de locations demandent aux postulants pour un appartement d’être en CDI, Contrat à Durée Indéterminée, une assurance pour eux d’être payés même en cas de licenciement du locataire puisque ce dernier percevra généralement le chômage.

La situation est particulièrement difficile à Paris où les prix sont très élevés et où le parc immobilier a subi l’assaut d’investisseurs étrangers : russes et qataris notamment. Les jeunes travailleurs français sont bien souvent contraints de vivre chez leurs parents, de loger chez des amis quand ce n’est pas dans leur propre véhicule. Les travailleurs sont certes délaissés par les pouvoirs publics mais ce n’est pas tout.

Le problème relève également du conflit générationnel opposant les baby-boomers, qui ont largement profité des avantages sociaux de la France d’après les 30 Glorieuses notamment en terme de rémunérations et d’accès à la propriété, à une nouvelle génération à qui l’on demande toujours plus d’effort et de travail. Une génération qui passe deux fois à la caisse : une fois pour payer le loyer du propriétaire et une fois pour payer sa retraite via les impôts…

Articles liés