Incidents au stade de France : un journaliste britannique s’insurge contre le ministre français des Sports (VIDÉO)

Incidents au stade de France : un journaliste britannique s’insurge contre le ministre français des Sports (VIDÉO)

La justification lui est restée en travers de la gorge. Ce lundi 30 mai, Rob Harris, journaliste du média Associated Press, a interpellé la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, pour lui demander d’éclaircir ses explications sur le traitement infligé au supporters britannique au stade de France, samedi 28 mai. Un échange tendu qui s’est déroulé lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, portant sur les nombreux dysfonctionnements qui sont intervenus lors de la finale de la Ligue des champions. « Combien de temps il faut arriver en avance en France maintenant ? », a questionné, furieux, le journaliste alors que la ministre des Sports évoquait la part de responsabilité des Britanniques « arrivés en retard » qui auraient contribué à l’engorgement de l’entrée du stade . « Il y avait de longues queues de fans une heure avant le coup d’envoi, voir plus », témoigne Rob Harris, présent sur place au moment des faits. « Nous ne voulons pas dire que nous avons tout bien fait, a répondu la ministre. Mais il y a d’autres circonstances qui expliquent la situation : la grève des transports, les arrivées tardives et aussi le fait que nous n’avons pas pu vraiment localiser les Britanniques quand ils sont arrivés. Il n’y avait pas de convoi clair de la fan-zone vers le stade, pas de convoi bus… De ce point de vue, c’était vraiment différent de la façon dont le Real Madrid a organisé les choses pour ses supporters », conclut-elle.

Articles liés

1Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Hollender , 6 juin 2022 @ 16 h 45 min

    Et si on rafraichissait la petite mémoire des Rosbiffs ?

    Il y a moins de 5 ans les sujets de sa majestée ( la vieille qui vit dans Fuckingham palace) achetaient des séjours en Espagne et prétextant des empoisonnements alimentaires se faisaient rembourser leurs séjours par les assurances des hôtels.
    Avant que les Espagnols comprennent, les escrocs d’outre Manche leur avaient piqué 60 millions d’euros !!

Les commentaires sont clôturés.