Le retour en grâce du service militaire dans les programmes des politiques et dans le coeur des Français

Le retour en grâce du service militaire dans les programmes des politiques et dans le coeur des Français

Disparu en 1997, le service militaire obligatoire fait son retour dans les propositions de campagne de plusieurs candidats à la présidentielle, d’Arnaud Montebourg à Nicolas Sarkozy. Du côté des Français, 70% d’entre-eux y sont favorables, selon un sondage réalisé en début d’année :

Autres articles

8 Commentaires

  • Marcus , 31 Août 2016 à 13:01 @ 13 h 01 min

    C’est Chirac qui l’a fait supprimer, ne l’oublions pas…
    Chirac, comme Sarkozy, n’étaient que des pantins qui ont continué la politique de gauche initiée par Mitterand, tout en arborant une étiquette de droite de façade, pour le petit peuple crédule et lobotomisé par les médias…

  • charles-de , 31 Août 2016 à 15:22 @ 15 h 22 min

    Il paraît que ça formait des hommes ! Moi, je n’y ai vu qu’un bazar, pour ne pas dire plus. A certains moments, pendant quatre mois, j’ai dû “squatter” la caserne car je n’étais plus dans les effectifs. J’y ai vu aussi l’esprit “larbin” de celui qui était moins gradé qu’un autre. Moi, simple soldat, mais soldat pas simple, je leur précisais : “Vous êtes supérieur EN GRADE. Pour le reste ….” Ca m’a valu des semaines de consigne et de prison, et des menaces de m’envoyer en Algérie, (fin juin 1962 !) alors qu’une loi m’en exemptait (pupille de la Nation)! Et dire que j’ai épousé la soeur d’un futur général !!!

  • Gisèle , 31 Août 2016 à 15:30 @ 15 h 30 min

    Très efficace pour faire baisser les chiffres du chômage …
    Et à mon avis, une foi formés au maniement des armes, certains ne se serviront pas de leur savoir faire pour défendre leur ” patrie ” .

  • Blanchard , 31 Août 2016 à 17:33 @ 17 h 33 min

    Ne mettez pas une photo de soldats américains pour illustrer une brève sur le Service Militaire en France.

    De Grâce.

  • Cassandre , 31 Août 2016 à 22:49 @ 22 h 49 min

    Je n’ai pas aimé faire le service “national” pour les raisons citées par Marcus. Bien que ce soit 20 ans après.
    Peut-être parce que je n’ai pas non plus vu les petits sous-offs et officiers minables de caserne promouvoir et mettre en pratique les principes et concepts, le sentiment de citoyenneté, que j’avais été éduqué à rechercher et respecter: la compétence, le dévouement loyal, l’obéissance aux institutions et toutes autres choses que, justement, le service national était censé développer, ou affermir.
    Et qu’en réalité, déjà à cette époque, il aurait dû CREER, tant c’était tombé en désuétude dans l’éducation par les familles (oups, pas seulement: parce que “l’instruction civique” inventée à l’époque foirait déjà complètement : Quel enseignement stupide de concepts si importants…).
    Alors, évidemment, vu de maintenant, de ce manque criard et grave de sentiment de citoyenneté, de devoir, et même de “vivre ensemble” au sens noble du terme (ce pour quoi on envoyait les Ardéchois en Bretagne et les Bretons dans les Alpes !) on se dit qu’il faudrait peut-être réessayer les “vieilles recettes”. Et ça, en soi, ce n’est pas une mauvaise idée, hein?
    Le problème est que le succès d’une recette, quelle qu’elle soit, dépend des ingrédients… et du contexte.
    Une choucroute le 15 août à St Trop’, ça a des chances de ne pas être un succès. Et ne parlons pas des convives, ces ingrédients d’une société…
    Ou plutôt, parlons-en: on voudrait confusément que le service enseigne, à la place des familles et de l’école, des valeurs “républicaines” (et même françaises!) à des jeunes qui ne les ont pas apprises avant, ni dans leurs familles (déracinées ou désireuses de garder leur propre culture… voire aucune culture).
    Mais quelles chances avons-nous, quand des jeunes similaires, engagés volontaires, donc militaires professionnels refusent les ordres, sur le Charles de Gaulle en face du Yemen, “parce qu’ils ne veulent pas tuer leurs frères de religion? Ceci n’est qu’un exemple, hein…???
    Et qu’on connait la réponse faite par l’Etat Major: en gros, “ok. Pas de vagues. Messieurs les gradés, faites attention à qui vous envoyez dans ces cas-là”.
    Vous croyez VRAIMENT que dans ce contexte pourri (çà, c’est mon avis…) le service national pourrait servir de révélateur, de lumière, de clé simple et radieuse au problème sociétal de la France ?!!
    Ou, froidement être utilisé par les mêmes politiciens pour, comme dit par Gisèle, pour faire baisser le chômage… ou faire les basses oeuvres ? Quand on sait qu’il est déjà prévu que les volontaires de la “Garde Nationale” de réservistes, etc… serviront notamment derrière les radars de vitesse…!

  • mal de mer , 1 Sep 2016 à 3:19 @ 3 h 19 min

    Alors ?
    Bien sûr ! Vendons les casernes(bon nombre le sont déjà …) et construisons des prisons (bon nombre manque déjà !!) Privilégions l’emprisonnement c’est tellement mieux par paquets de dix dans un réduit, conscients que nous sommes que cette promiscuité sans hygiène est avilissante et inhumaine ?
    Laissons-la donc livrée à elle-même cette jeunesse, errer dans les rues, dealer, en proie à tout ce qui peut se présenter à elle parfois si facilement influençable, partir pour faire le jihad !

    Vous êtes très ou trop prolixe pour développer des arguments d’une telle pauvreté !

  • Paul-Emic , 1 Sep 2016 à 9:11 @ 9 h 11 min

    Le supprimer a été une grave erreur, le rétablir dans l’ancienne forme le serait tout autant.
    La différence entre avant et maintenant, c’est l’islamisation de la population.
    Si on veut s’en servir comme d’un moyen d’assimilation ou d’intégration, mais qu’il survient après toute une scolarité allant exactement a contrario, autant s’épargner quelques milliards par an. S’il s’agit s’apporter une formation militaire à une population dont une partie va se radicaliser ou virer dans le banditisme, autant ne pas leur faire faire leurs classes .
    En fait la conscription généralisée a été créée par la République pour fournir de la chair à canon aux guerres de l’ère industrielle, ça relève maintenant de l’incantation du style “c’était mieux avant”. Si l’école ne fait pas son travail d’assimilation sous la poussée des hommes politiques de tous bords, il faut réformer l’une et virer les autres et laisser l’armée hors de tout ça.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France