La dette publique pour les nuls

Vous avez depuis longtemps renoncé à comprendre la création monétaire par le crédit, le système des réserves fractionnaires, et l’article 123 du Traité de Lisbonne… sans lesquels il est impossible d’appréhender l’origine des dettes publiques qui sinistrent les pays développés dont la France ? Offrez-vous dès maintenant une petite, très accessible et passionnante séance de rattrapage :

[media id=216 width=630 height=390]

Autres articles

5 Commentaires

  • marc desbuts , 1 Oct 2011 à 17:48 @ 17 h 48 min

    Passionnante cette vidéo! Qui l’a faite?

  • Eric Martin , 1 Oct 2011 à 17:57 @ 17 h 57 min

    Le bien nommé MrQuelquesMinutes.

  • Antoine , 2 Oct 2011 à 8:55 @ 8 h 55 min

    La source de ces difficultés financières résident donc dans la situation qui mit fin à l’utilisation des banques centrales pour financer l’économie…C’est à dire l’utilisation électorale des moyens de financer d’Etat.
    Il suffit de pénaliser ces élus qui l’utilisent, comme n’importe quel criminel en col blanc… Mais pouvons-le faire avec nos institutions clientélistes?

  • ovni92 , 2 Oct 2011 à 9:46 @ 9 h 46 min

    La réforme de la Banque de France a eu lieu en janvier 1973. Si l’on regarde l’évolution du déficit public entre 1973 et 1981 (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Solde-budgetaire-France.png par exemple), on constate que, malgré le premier choc pétrolier de fin 1973, l’équilibre du budget a été rétabli dans les 3 ans qui ont suivi. Il en aurait sans doute été de même pour le deuxième choc pétrolier de 1980 si l’arrivée des socialistes et leur imbécile relance par la consommation n’avaient pas détruit irrémédiablement l’équilibre. Les scandales du Crédit lyonnais, de France Telecom et autres exploits du socialisme, qu’il soit socialo-communiste ou chiraquien ou sarkozyste, font aprtie de la dette publique. Ce n’est donc pas la réforme de 1973 qui est la source de nos ennuis mais les dépenses inconsidérées d’un état socialiste mauvais gestionnaire (pléonasme !) à partir de 1981.

    N’importe quel ménage un peu sensé ne dilapide pas l’argent quand il voit croître son endettement. Or depuis 1981, c’est à qui jettera le plus possible d’argent par les fenêtres. Accueille-t-on toute la misère du monde, accorde-t-on des prêts sans intérêt à des familles insolvables, donne-t-on encore plus de privilèges au secteur public, instaure-ton les 35 heures … ?

    C’est avant tout la mauvaise gestion de nos finances publiques qui est à l’origine du désastre. Désastre dont on se demande s’il n’est pas délibéré.

  • Mitjavile Bernard , 2 Oct 2011 à 18:56 @ 18 h 56 min

    D’accord avec Ovni92. Vouloir nier les responsabilités des dirigeants politiques dans l’évolution de la dette et dire que ce n’est qu’une question de banques centrales me semble simpliste. Quelque soit le système, Mitterrand aurait été obligé de prendre le tournant de la rigueur en 1983. Avec l’ancien système, l’explosion de la dette sous Sarkozy se serait traduit par une succession de dévaluations du franc. On peut discuter des mérites des deux systèmes mais l’un comme l’autre n’est pas la panacée. Tout finit par se payer et rien ne tombe du ciel comme a l’air de le croire l’auteur de cette vidéo. Comme dit la Bible, on récolte ce que l’on sème.

Les commentaires sont fermés.