Viols, implants contraceptifs et avortements dès 13 ans, ou les succès de l’éducation sexuelle en Grande-Bretagne

C’est après un cours d’éducation sexuelle qu’un garçon de 13 ans a violé sa camarade dans un collège de Gwynedd, au Pays de Galles (Royaume-Uni), parce qu’il voulait « essayer le sexe ». Après l’avoir entraînée dans un recoin isolé de leur école, et malgré les refus répété de la préadolescente, le collégien gallois l’a violée puis lui a dit : « Tu peux t’en aller, maintenant. ». C’était il y a deux ans, mais l’affaire a été révélée par la presse britannique les 24-25 novembre dernier, comme ici dans le South Wales Evening Post ou encore ici dans le Telegraph. Le journal gallois signale aussi que les responsables de l’Éducation au Pays de Galles ont lancé une enquête sur l’éducation sexuelle à l’école après ce viol.

 

En réalité, c’est tout le système d’éducation sexuelle au Royaume-Uni qui est un échec patent. Sans doute devrait-on parler d’ailleurs de sexualisation précoce ou d’incitation à la débauche et à la dépendance sexuelle plutôt que d’éducation sexuelle. Ainsi, en 2009, une brochure de la Sécurité sociale britannique, le NHS, expliquait aux parents, aux enseignants et aux personnes travaillant avec des jeunes qu’il fallait exposer aux élèves le plaisir du sexe plutôt que de mener campagne sur les rapports sexuels protégés (l’article du Telegraph ici). « Un orgasme par jour, en bonne santé toujours » pourrait-on traduire le slogan de la brochure (« An orgasm a day keeps the doctor away »). Une brochure qui prétendait que pour rester en bonne santé, les jeunes et les moins jeunes doivent manger 5 fruits et légumes et avoir 30 minutes d’activité par jour, mais aussi avoir un rapport sexuel ou se masturber 2 fois par semaine. Une organisation de défense de la famille, le Family Education Trust, dénonçait récemment un outil de support éducatif qui expliquait qu’il était normal d’avoir des relations sexuelles et de s’intéresser à la pornographie quand on a 13 ans (ici dans The Independant).

 

En 2012, on apprenait que certaines écoles au Royaume-Uni inséraient des implants contraceptifs à des filles de 13 ans à l’insu des parents. Dans la ville de Southampton, 33 préadolescentes avaient ainsi obtenu un implant contraceptif dans le cadre d’un programme gouvernemental visant à réduire le nombre des grossesses précoces qui sont un véritable fléau chez les Britanniques (ici dans le Daily Mail).

 

En fait de réduction du nombre de grossesses précoces, notre voisin d’outre-Manche nous offre un cas d’école de l’échec patent des politiques d’éducation sexuelle outrancièrement libertaires que nous propose aujourd’hui l’OMS en Europe (voir l’article ici). Sauf que l’OMS propose de commencer dès la maternelle et aussi de promouvoir sur un pied d’égalité les relations sexuelles normales et déviantes (voir les « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe » traduits ici en français par nos voisins suisses). Le bureau européen de l’OMS voudrait en fait, comme le prône l’idéologie du genre, que nos enfants soient incités à l’école à choisir librement leur(s) sexualité(s) préféré(es) et leur « identité de genre ».

 

Et que les élites politico-médiatiques bienfaisantes et humanistes se rassurent chez nous : l’éducation sexuelle ne met pas du tout en danger la pratique des avortements, ce nouveau « droit fondamental » franchouillard. L’OMS propose d’ailleurs dans ses standards pour l’éducation sexuelle en Europe de promouvoir le recours à l’avortement dès l’âge de 12 ans. Selon les données du ministère de la Santé britannique, grâce à l’éducation sexuelle des enfants, près de 2925 adolescentes de moins de 16 ans ont eu leur enfant assassiné en 2012 et 2538 en 2013. En trois ans, plus de 200 adolescentes de moins de 16 ans avaient déjà eu plusieurs avortements. Une élève avait même subi quatre avortements avant d’avoir 16 ans ! (Voir ici dans le Daily Mail). Des pratiques meurtrières qui se perpétuent par la suite : en 2013, 185 331 femmes britanniques ont eu un avortement dont 50 qui en était à leur neuvième avortement ou plus. La même année, une collégienne de 13 ans a été autorisée par la justice britannique à décider elle-même de son avortement. La décision de justice a été rendue alors qu’elle était à sa 21e semaine de grossesse. Aucun problème en Grande-Bretagne, l’avortement étant autorisé jusqu’à la 24e semaine de grossesse, un stade où l’on arrive à sauver des bébés nés prématurément.

 

Il y en a que l’on sauve et d’autres que l’on assassine, y compris en raison du sexe (fille ou garçon, mais les victimes sont généralement des filles), ce qui est tout à fait légal chez les Britanniques (voir l’article ici). Bienvenue dans le Meilleur des Mondes !

 

Impression d’écran de l’article du Daily Mail “Schoolgirl had FOUR abortions before her 16th birthday, shocking new figures reveal”

Articles liés

11Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • charles-de , 1 décembre 2014 @ 10 h 34 min

    Je dis depuis longtemps qu’après les cours théoriques, certains voudraient passer plus vite aux travaux pratiques !

    On n’arrête pas le progrès, VERS LA DECADENCE !

  • fleurdenavet , 1 décembre 2014 @ 10 h 58 min

    le royaume de Sodome et Gomorrhe est en marche

  • MCT. , 1 décembre 2014 @ 11 h 02 min

    On y est déjà. Quand va t’on en sortir ? le chemin est long et on n’en voit même pas le début.

  • jejomau , 1 décembre 2014 @ 11 h 38 min

    Ces Britanniques sont aussi c…s que les Belges . Il ne restera rien de ces pays : l’Islam se chargera de les “terminer” !

  • Goupille , 1 décembre 2014 @ 13 h 42 min

    Et ils s’étonnent que UKIP fasse un tabac…
    Comme les zozos qui ont voté UMP ce week-end s’indignent des scores du FN.

    Mêmes causes, mêmes effets.
    Ravageurs sur les acteurs et complices de cette déchéance.
    Et sur les zozos qui choisissent “d’avoir des peaux d’cervelas dans les yeux”, comme disent les Suisses.

  • punta , 2 décembre 2014 @ 8 h 13 min

    Si vous voulez savoir comment nous en sommes arrivés là http://www.amazon.fr/-/e/B00PSOV23M très surprenant

  • Marie Genko , 2 décembre 2014 @ 8 h 56 min

    Il n’y a pas si longtemps l’école était un lieu sûr, où les Mamans déposaient en toute confiance leurs enfants….
    Aujourd’hui des enfants de 13 ans sont les victimes d’un système éducatif moralement destructeur!

    Comment en sommes-nous arrivés là?

    Seigneur, prends en pitié tes enfants, et aide nous!
    Sans Toi nous ne pouvons rien….

Les commentaires sont clôturés.