Royaume-Uni : les banques d’investissement dégraissent, l’Etat voit ses rentrées diminuer

Royaume-Uni. Alors qu’HSBC (350 000 employés dans le monde) a annoncé lundi qu’elle se séparerait d’ici à 2013 de 30 000 personnes malgré des profits en hausse de 10% à 6,6 milliards de livres au premier semestre, qu’UBS pourrait virer à son tour 5 000 employés, que Crédit Suisse pense à mettre 2 000 personnes au chômage et Goldman Sachs 1 000 personnes, des experts anglais prévoient et craignent la disparition de 16 000 emplois d’ici fin 2011 dans le quartier d’affaire de la City où prospéraient autrefois les banques d’investissement, soit la disparition de 5% des emplois du quartier d’affaire londonien. A une moyenne de 150 000 livres de salaires annuels, cela signifierait 81 000 livres d’impôts divers en moins par emploi détruit pour l’Etat, soit un manque à gagner de 1,3 milliard de livres en 2011 !

Autres articles