Kempele, Finlande – Une semaine après l’accueil des premiers «réfugiés», une mineure est violée

Cela s’est passé le lundi 23 novembre vers 22h30 dans la ville natale du premier ministre finlandais Juha Sipilä, là où se trouve sa maison de campagne dans laquelle il avait annoncé début septembre qu’il voulait héberger des « réfugiés » ! Les premiers demandeurs d’asile étaient arrivés une semaine avant dans un centre d’accueil aménagé pour accueillir des « réfugiés » de 20 ans et moins. Les violeurs présumés de la jeune Finlandaise de 14 ans, vus par deux témoins qui sont intervenus et ont appelé la police alors qu’ils s’enfuyaient, sont deux Afghans âgés de 15 et 17 ans.

Le premier ministre a organisé une réunion de crise de son gouvernement et a qualifié cet acte d’écœurant, sans s’interroger sur sa part de responsabilité alors que la Finlande a déjà accueilli près de 30 000 clandestins cette année (dix fois plus qu’en 2014), ce qui n’est pas peu pour un pays d’à peine 5,5 millions d’habitants.

« Je veux apporter ma pierre à l’édifice pour montrer que la Finlande est un pays multiculturel », avait déclaré Juha Sipilä en septembre.

Le lendemain du viol de Kempele, dans le nord-ouest, une autre adolescente de 14 ans était violée  à Raisio, près de Turku, dans le sud-ouest du pays, ce qui a conduit à l’arrestation d’un autre « réfugié » afghan, âgé lui de 19 ans. Le violeur présumé était en Finlande depuis environ un an et avait demandé l’asile.

Le directeur de la police nationale finlandaise a confirmé que les autorités étaient régulièrement informées de troubles, altercations, vols et attitudes inappropriées à l’égard de la gente féminine à l’intérieur et aux alentours des centres d’accueil de « réfugiés ». Mais le premier ministre finlandais s’inquiète avant tout des amalgames qui pourraient être faits avec l’ensemble des demandeurs d’asile, car certains habitants des villes où ont eu lieu ces viols ne cachent plus leur opposition à l’accueil des clandestins.

 

Sources : yle.fi, finlandtoday.fi, helsinkitimes.fi

 

Lire aussi :

Un coupeur de têtes irakien demande l’asile en Finlande ?

 

Autres articles

39 Commentaires

  • ras le bol , 2 Déc 2015 à 12:26 @ 12 h 26 min

    C’est inévitable. Malheureusement !

  • Catholique & Français , 2 Déc 2015 à 12:49 @ 12 h 49 min

    Les coui..ons viennent dire à ces gens qui vivent ainsi depuis des siècles et des siècles : “Bienvenue ! Faites comme chez vous !” et s’en vont ensuite pleurnicher des conséquences. Quand on crache en l’air, ça vous retombe sur le nez ! Je suis toujours sidéré de la bêtise humaine, insondable : on croit avoir touché le fond… mais non, il y a toujours pire !

  • Centulle , 2 Déc 2015 à 12:54 @ 12 h 54 min

    Qu’ils mettent du bromure dans la nourriture halal pour commencer. Si les statistiques baissent on maintient la mesure. Sinon castration chimique pour les violeurs. Nos filles et nos femmes n’ont pas à faire les frais de leur excès de testostérone.

  • ras le bol , 2 Déc 2015 à 13:07 @ 13 h 07 min

    A qui le dîtes-vous ! En plus dans les pays nordiques, les femmes, adolescentes ou moins jeunes, sont très souvent de jolies bondes aux yeux bleus !!

  • Christine Carrère (Lacanau) , 2 Déc 2015 à 13:24 @ 13 h 24 min

    il est évident que ces gamines ont provoqué ces adolescents avec des attitudes provocatives, mini jupes, seins a l’air et maquillage outrancier, c’est en partie de leur faute, il faut savoir se comporter quand on a des invités….!

  • Trahi , 2 Déc 2015 à 13:34 @ 13 h 34 min

    Il n’y a pas de danger que tu provoque physiquement, vu la couche morale que tes commentaires provoquent. Tu as largement ta dose de conneries pour être violée intellectuellement. Pauvre femme, que Dieu te pardonne tes dérives grossières et sans fondement.

  • Trahi , 2 Déc 2015 à 13:39 @ 13 h 39 min

    Et alors, tu préfèrerais que les femmes soient considérées comme des chiennes recouvertes d’une burka. Tu pourrais au moins défendre le respect de l’autre, mais c’est trop te demander le respect quand on ne sait pas ce que c’est soi même.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen