Cahuzac… Cahuzac… Où est le problème ? À gauche

Tribune libre de Pierre-François Ghisoni*

Jérôme Cahuzac est passé aux aveux. La belle affaire !

Reprenons-la sans émotivité et avec un peu de logique, en l’état actuel de ce qui est connu :

D’abord 600 000 euros. Épouvantable ? Non, simplement l’équivalent d’un appartement de 60 m², chic sans excès à Paris.

Et quels métiers faisait Jérôme Cahuzac avant ses fonctions de ministre ? Il naviguait dans les courants fortunés et « fortunants » de la médecine à fric. Ce n’est ni le premier, ni le dernier, ni le seul. C’est dommage, bien, mal, méprisable, normal, tout ce que l’on veut, mais c’est ainsi. Alors, faut-il vraiment s’étonner ? Aucun médecin honnête (la majorité) ayant ouvert les yeux ne sera surpris. Seuls les hommes politiques qui sont censés mener le pays « tombent de l’armoire ». Laquelle ? L’armoire forte ? Celle aux petits papiers gênants peut-être ?

Enfin 600 000 euros, c’est du niveau du crédit d’impôts de Chaban, de la plaquette de diamants de Giscard, et de combien d’autres valises discrètement « oubliées » dans certains bureaux. Mais l’amusant dans ces affaires, est que les meilleurs amis sont parfois les meilleurs délateurs. Et comme on disait dans les cours d’école : « C’est celui qui dit qui y est. » Et Jérôme Cahuzac commençait à ennuyer (euphémisme) ses petits copains ministériels.

Peut-être n’avait-il pas assez de papiers cachés à utiliser pour se défendre « entre amis » ? Peut-être était-il naïf, finalement ? L’histoire dira.

Alors, en toute objectivité, la gravité est ailleurs.

“Être de gauche, socialiste ou autre, n’est pas, n’a jamais été, ne sera jamais un brevet de moralité.”

Elle est dans le mensonge, « les yeux dans les yeux » et autres tours de com’ qui pourrissent les relations humaines à tout niveau, faisant passer l’émotivité avant la logique, le faux pour le vrai, le mensonge pour le juste. La communication par l’émotion dirigée n’est que de la désinformation. Il y en a assez ! C’est ainsi qu’un discours d’opposition raisonnée est traité de « facho ». Et cela, c’est la gauche qui l’a lancé, qui l’utilise chaque jour, qui le soutient de haut en bas de l’appareil politique, en adaptant juste quelques expressions : « les heures les plus sombres… la bête… péril brun… etc. »

La gravité est que Jérôme Cahuzac, au lieu de s’enferrer dans l’insoutenable, n’avait qu’une porte de sortie : déclarer son compte à l’étranger, payer ses amendes (on lui aurait trouvé des arrangements pour bonne conduite, comme au plus minable des  malfrats) et expliquer ses raisons : « Il y a en France une fiscalité confiscatoire qui explique les départs de biens, de personnes, de cerveaux, d’énergie. J’y ai cédé, comme beaucoup. »

C’est cela qui aurait eu « de la gueule ». C’est cela qui lui aurait valu l’estime des Français.

Mais ses remords fabriqués par le même spécialiste en com’ que DSK… poubelle ! Quelle qu’en soit la suite. Car on commence même à nous faire le coup du risque de suicide. Ils n’ont aucune honte, aucune morale. Ah ! Qu’ils seraient contents, soulagés, d’une belle sortie comme ça. Personnellement je les considérerais comme des criminels.

Mais plus grave encore : les larmes de Gérard Filoche du PS. Tellement émouvantes… toujours l’émotion… qu’il faut revenir sur ses paroles : « On avait un ministre du budget qui devait chasser la fraude fiscale et qui ne le faisait pas […] Je suis socialiste, mais je ne peux pas tolérer ça ! ».

Il oublie simplement que Jérôme Cahuzac devait obliger les différents ministères à des économies. Ce sont les autres qui sont coupables.. pas nous !

Il oublie fondamentalement qu’être de gauche, socialiste ou autre, n’est pas, n’a jamais été, ne sera jamais un brevet de moralité.

La gravité est aussi dans le délire de gauche : pensée irréaliste ne prenant pas en compte la réalité humaine, se payant de mots, accaparant les valeurs unanimement reconnues pour façonner un homme nouveau à sa convenance robotisée. La liberté est ailleurs, pas à gauche. Cela mérite explication. Nous y reviendrons.

*Pierre-François Ghisoni (blog) est écrivain et éditeur.

Autres articles

50 Commentaires

  • Gisèle , 3 Avr 2013 à 11:13 @ 11 h 13 min

    Un pseudo scandale qui vient à point nommé juste au moment où le mariage pour tous est sur la table !
    600000€ ???? vous êtes soit modestes , soit naïf !
    Enfin … serait il le seul ??? et n’y aurait il qu un seul compte ???
    PFFF !! Un pour tous ! Tous p ….. !!!!!!

  • Komdab , 3 Avr 2013 à 11:23 @ 11 h 23 min

    Pas d’accord sur le coup de gueule de Gérard Filoche, je suis certain qu’il est sincère et réellement écœuré. Oui c’est vrai que sa phrase “Je suis socialiste, mais je ne peux pas tolérer ça !” est maladroite car être de gauche n’est pas un gage de moralité mais son coup de gueule est parfaitement improvisé et sincère.

    Enfin le titre n’est pas juste, j’aurais plutôt choisi : “Cahuzac… Cahuzac… Où est le problème ? A droite comme à gauche.

  • Diex aie ! , 3 Avr 2013 à 11:30 @ 11 h 30 min
  • Paul-Emic , 3 Avr 2013 à 11:40 @ 11 h 40 min

    on peut noter qu’en parfaite connaissance de cause des risques encourus, il a privilégié une carrière de ministre, à celle d’un député-conseiller général-maire plus modeste mais moins exposée.
    Il ne doit s’en prendre qu’à lui même.

  • Théophil , 3 Avr 2013 à 11:52 @ 11 h 52 min

    Rien n’est surprenant avec cette gauche caviar qui veut donner des leçons à tout le monde. CAHUZAC est pourri HOLLANDE le savait mais il ne pouvait se passer de celui qui avait réussi à le faire devenir président.
    Cette gauche est abjecte, idem pour Moscovici qui ne pouvait ne pas etre au courant sans compter AYRAULT une vraie c…… molle hier soir sur antenne 2 qui ferait mieux de reprendre ses activités de professeur d allemand………

  • Sergio , 3 Avr 2013 à 12:03 @ 12 h 03 min

    La ” gôche morale ” en prend un sacré coup dans la tronche !…
    Mais , à l’ instar des chats , elle retombe toujours sur ses pattes ….

  • jejomau , 3 Avr 2013 à 12:16 @ 12 h 16 min

Les commentaires sont fermés.