Lettre ouverte d’un père en colère au lobby des lesbiennes

Tribune libre d’Alexis Aguettant*

Le 3 octobre, la Cour européenne des Droits de l’homme va entendre une affaire mettant en cause l’impossibilité pour une femme d’adopter le fils de sa compagne en raison du refus du père de l’enfant (affaire X et autres c. Autriche). Ce refus faisant obstacle à l’adoption par la compagne de la mère, les deux femmes ont demandé à la justice de déchoir le père de ses droits parentaux et d’autoriser l’adoption de telle sorte que la femme adoptante se substitue au père de l’enfant. Il faut savoir que si l’enfant devait être adopté, le père perdrait tout contact avec son fils, il n’aurait plus le droit de le voir.

Cette affaire est portée par le lobby international LGBT. L’avocat des requérants est le directeur européen de l’International Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender & Intersex Law Association (ILGLaw) et conseiller juridique d’ILGA-Europe. Il est également membre d’ECSOL, un réseau européen de juristes militants LGBT dont fait partie la bien-connue Me Caroline Mécary. Ces organisations interviennent en outre dans la procédure.

“En demandant à la justice d’évincer le père pour prendre sa place, vous rendez-vous seulement compte de l’absurdité de votre demande dans l’affaire que vous avez eu l’audace (l’inconscience ?) de présenter devant la Cour européenne des Droits de l’homme après avoir été déboutées par la justice de votre pays ?

Allons droit au but : mesdames, que pensez-vous qu’un père fasse dans la vie d’un enfant ? Est-il à ce point relatif à vos yeux pour justifier vos actions militantes ? Les pères séparés qui se battent, à juste titre, et avec bravoure, et courage, tout du moins pour ceux qui ne se sont pas suicidés à ce jour (et il y en trop), pour que le lien entre leurs enfants et leurs deux parents soient réellement respectés par le parent obtenant la garde de l’enfant, s’offusquent (et le mot est faible) que vous fassiez aujourd’hui un procès absurde dont l’objectif final n’est autre que couper le lien entre un enfant et son père.

Mesdames, vous êtes les aiguillons d’une vision politique que les pères séparés ne partagent pas, car eux savent très bien le prix de la paternité, car ils se battent, répétons-le, depuis tant d’années pour être avec leurs enfants le plus naturellement du monde. Aussi découvrir aujourd’hui que vous tentez d’évincer juridiquement un père qui voit et s’occupe de son enfant, cela est inqualifiable : vous avez dépassé, avec les nombreux réseaux qui vous soutiennent, la ligne rouge. Vous prétendez être discriminées (ah le grand mot dont vous espérez peut-être qu’il vous fera gagner la combat de l’opinion encore une fois) parce que la justice de votre pays, l’Autriche, vous a simplement rappelé qu’il n’existe pas de droit à l’adoption d’un enfant qui a déjà père et mère.

Mesdames, vous faudra-t-il vous renvoyer faire un petit cours d’éducation sexuelle ? Rappelez-vous, c’était en biologie. D’accord, cela ne volait pas haut, mais au moins cela avait le mérite de nous rappeler (de nous apprendre pour certains) que les enfants ne naissent pas dans les choux, et que non, ce ne sont pas les cigognes qui délivrent par voie d’air les bébés. Allons Mesdames, un peu de bon sens et cessez votre militantisme de combat qui fait rire les pères séparés en colère dont je suis. Et de quel bois donc se chauffe un père en colère ? Je souris face à vos abus tellement vous avez dépassé la ligne de la décence.

Est-il nécessaire de vous rappeler l’article 9 de la Convention relative aux droits de l’enfant qui stipule dans son alinéa 3 que « les États parties respectent le droit de l’enfant séparé de ses deux parents ou de l’un d’eux d’entretenir régulièrement des relations personnelles et des contacts directs avec ses deux parents », reconnaissant de ce fait que l’intérêt premier de l’enfant est de garder des liens avec son père et sa mère ?

Vous voulez nous laisser penser que votre cause est inéluctable, parce que votre lobby des lesbiennes a su se bâtir une aura dans les milieux médiatiques, qui vous donnent, jusqu’à ce jour, et jusqu’à nouvel ordre, un porte-voix propice à diffuser, et distribuer, le qualificatif d’homophobe à toutes les personnes peu réceptives à votre verbiage militant. Mais nous savons, nous qui sommes des pères séparés, que pour nos enfants, nous ne laisserons pas s’enraciner vos projets farfelus et pour tout dire subversifs au regard des enjeux du genre. Pour éclairer les débats passionnants qui s’annoncent, citons l’un de vos alter-ego qui, dans un colloque à vocation juridique, en France, un certain 24 juin 2010, présente les choses on ne peut plus clairement : « Nous espérons que l’analyse en terme de genre jouera une fonction subversive… ». Combien vaut de personnes un père en colère bien informé à votre avis ? Une question que je laisse à votre vive sagacité, subversive, il va de soit.

Mesdames, vous n’avez pas eu le courage de dévoiler votre nom dans cette affaire, vous avez préféré demander l’anonymat. Vous y avez droit ; mais avez-vous informé le père de votre démarche auprès de la Cour de Strasbourg ? J’en doute. Et l’enfant, est-il d’accord ? La procédure à Strasbourg ne prévoit pas de recueillir sa volonté : étant mineur, sa mère agit en son nom et il n’a pas d’avocat personnel.

Face à votre anonymat, vous comprendrez donc que cette lettre soit « ouverte » afin que, peut-être, par les voies médiatiques qui vous sont tant familières, à vous et à votre lobby des tendres et si désirantes lesbiennes, vous aurez quelques échos de la présente lettre pour qu’un beau et grand débat se fasse sur l’enfant et ses intérêts les plus essentiels, mais aussi sur le genre, ce concept si subversif et si tendance parmi vous.

*Alexis Aguettant anime un blog consacré à l’idéologie du gender.

Lire aussi :
> À l’étranger, les problèmes inextricables causés par la dénaturation du mariage et/ou le droit à l’enfant

Autres articles

30 Commentaires

  • Neuville , 5 Fév 2013 à 13:28 @ 13 h 28 min

    Qu’il vienne vite le ROI que la France attend depuis si longtemps !
    Sil faut en passer par un général, alors oui , vive le général !

  • Neuville , 5 Fév 2013 à 13:29 @ 13 h 29 min

    Vive le CHRIST qui est ROI de France !

  • mag , 5 Fév 2013 à 15:08 @ 15 h 08 min

    ll nous aurait surtout fallu Philippe De Villiers en 2007 ! Avez-vous eu vent de ce que nous révèle cet excellent article ? http://www.surlering.com/article/article.php/article/cocorico-enroue-pour-le-puy-du-fou ? ! Je crois que Philippe De Villiers fait peur à tous ces politiques véreux ! C’est pourquoi ils ont essayé de le discréditer en le traitant de raçiste etc….! Un homme comme lui sauverait notre pays , en plein déclin et décadance !

  • Komdab , 5 Fév 2013 à 15:45 @ 15 h 45 min

    Non mag.. Philippe de Villiers dont les idées sont probablement celles qui se rapprochent le plus des miennes, n’est hélas qu’un pantin de l’UMP, il finit toujours par appeler à voter pour l’UMP sans contre-partie aucune. Un coup d’épée dans l’eau, à chaque fois.. (Et en plus il combat le FN en usant des même raccourcis grotesques et mensongers que le font les gauchistes bien-pensants, ce qui ne le rend pas très crédible car il n’en pense pas un mot évidemment).

  • kim , 5 Fév 2013 à 15:50 @ 15 h 50 min

    Déjà le terme droits de l’homme est ringard car hyper sexiste.
    La femme est un être à part entière.
    Elle n’est pas la femelle de l’homme !!!

    LES DROTS HUMAINS.

  • Anne Lys , 5 Fév 2013 à 20:39 @ 20 h 39 min

    Madame ou Monsieur, votre message témoigne d’une insigne ignorance : en français, le mot “homme” comme en latin le mot “homo” désigne l’être humain, homme et femme. Il est vrai que, alors que le latin distingue “vir” (l’être humain masculin) et “mulier” ou “femina” (l’être humain féminin), le français, nul ne sait pourquoi, emploie le mot “homme” pour désigner non seulement l’être humain en général, mais aussi l’être humain masculin, pour lequel le français n’a pas de terme particulier; Vous en inférez à tort que la femme n’est pas la femelle de l’homme (être humain), ce qu’elle est. Si vous étiez un homme “viril”, vous pourriez aussi bien vous indigner de ne pas avoir d’appellation propre et passer pour être seulement le mâle de la femme… Ce ne serait ni plus ni moins, comment dirais-je pour ne pas vous offenser ? ni plus ni moins signe d’ignorance…

  • kim , 5 Fév 2013 à 21:13 @ 21 h 13 min

    Je ne suis certainement pas ignorante de la volonté et du plaisir de rabaisser les femmes dans notre société.
    Amnesty International commence à corriger l’erreur en utilisant le terme droits humains.

    Désolée j’ai un Q.I. à 181 et suis linguiste.
    Le terme droits de l'(H)homme date de 1789 époque où les femmes n’étaient RIEN.

    Une femme.

Les commentaires sont fermés.