David Cameron perd une partie importante de son électorat à cause du «mariage gay»

Les élections qui ont eu lieu jeudi dernier pour élire les conseillers de 40 % des conseils locaux en Grande-Bretagne confirment les craintes de nombreux membres du parti conservateur : le passage en force de David Cameron sur le « mariage » homosexuel a déjà fait perdre à son parti environ un quart de ses électeurs au profit du « parti pour l’indépendance du Royaume-Uni », l’UKIP de Nigel Farage. De ce fait, ce parti qui était jusqu’ici plutôt marginal, devient la troisième force politique au Royaume-Uni avec 23 % des voix à ces élections locales contre 29 % pour les Travaillistes, 25 % pour les Conservateurs et 14 % pour les Libéraux-Démocrates. L’autre grand perdant des élections locales, ce sont donc les Libéraux-Démocrates, membres de la coalition gouvernementale dirigée par Cameron et également fervents partisans du « mariage gay ».

Si aucun des trois partis présents à la Chambre des Communes britannique  (Travaillistes, Libéraux-Démocrates et Conservateurs) ne proposait le « mariage » pour les couples de même sexe dans son programme avant les dernières élections nationales, tous le soutiennent aujourd’hui officiellement.  Outre le fait qu’il se prononce pour la sortie de l’Union européenne, ce pour quoi il est connu à l’étranger, l’UKIP, qui s’oppose à la redéfinition du mariage, est donc devenu le seul véritable parti conservateur aux Royaume-Uni.

Comme en France, les élites politiques semblent de plus en plus coupées du peuple. L’année dernière, le gouvernement britannique a feint de mener une consultation populaire en permettant aux gens de voter anonymement sur Internet. Sur 228 000 personnes qui se sont exprimées, le gouvernement se vante d’avoir recueilli une légère majorité en faveur de son projet de redéfinition du mariage. Seulement dans le même temps les pétitions organisées par les partisans du « mariage » homosexuel et les opposants à ce projet ont recueilli 64 000 signatures en faveur et 500 000 signatures contre, mais la coalition des Conservateurs et des Libéraux-Démocrates n’en a pas tenu compte. Pire encore, la consultation officielle était ouverte aux citoyens étrangers et des groupes de pression auraient fait campagne aux États-Unis pour y faire participer des militants homosexuels américains.

Le parti conservateur est lui-même très divisé sur la question. Lorsque le projet de loi est passé à la Chambre des Communes en février, les Travaillistes et les Libéraux-Démocrates ont massivement voté en faveur, mais seuls 127 députés conservateurs ont voté pour contre 136 qui s’y s’ont opposé et 35 qui se sont abstenus. Les activistes sur le terrain alertent depuis plusieurs mois que leur parti est en train de subir une hémorragie de membres au profit de l’UKIP à cause de la question de la redéfinition du mariage.

 

Capture d’écran d’un film mis en ligne sur le site de la Coalition for Marriage (http://c4m.org.uk) qui montre plusieurs centaines de manifestants réunis dans la circonscription de David Cameron pour protester contre la redéfinition du mariage.

 

Lire aussi :

Grande-Bretagne : Quand le droit d’adopter des enfants pour les couples homosexuels restreint la liberté de conscience et les libertés religieuses

Autres articles

60 Commentaires

  • Joseph , 5 mai 2013 @ 8 h 47 min

    Mais la loi sur le mariage gay a quand même été adoptée par le parlement britannique. Quant à l’UKIP de Nigel Farage, il n’a aucun représentant à la Chambre des Communes pour peser sur les lois. Et les législatives au RU ne sont pas pour demain.
    Quant à la transposition sur la France, j’attends de voir. Taubira, ce matin, à la radio, a bien dit que le mouvement contre le mariage gay en France était entrain de s’essouffler. Il ne resterait, selon elle, que ceux qui veulent aller au “coup de force” (annonces sous-entendues de répressions).
    Que restera-t-il du mouvement en 2017 car il ne faut pas imaginer le moindre instant que Hollande ne promulgue pas sa loi, qu’il annoncera la dissolution de l’Assemblée nationale ou sa démission. C’est lui qui possède toutes les cartes y compris les moyens de répression. 2017 c’est loin.

  • Joseph , 5 mai 2013 @ 8 h 52 min

    Quelques mois avant les présidentielles, MLP disposait de très bons sondages. On connaît la suite.
    Le FN dispose de très bons sondages quand les échéances sont lointaines, c’est bien connu.
    Le FN fanfaronne et quand les échéances arrivent, on n’est plus dans la même configuration.

  • Ampelius , 5 mai 2013 @ 8 h 53 min

    Bon il suffit d’y croire! quant à lui donner sa chance c’est Jean-Marie Le Pen qui la lui ôta perdant par la même occasion un nombre de cadres compétents qui font encore défaut à Marine. Maintenant côté slalom il y a de sérieux doutes ne serait-ce que sur la participation à la manif pour tous, laquelle malgré les tentatives de récupération de l’UMP représente une force politique et un nombre de personnes qu’aucun parti , pas même le FN , n’aurait été capable de mobiliser. Au surplus le redressement du pays ne pourra se faire avec ce seul parti, toute proclamation dans ce sens relève de la croyance voire de la superstition!

  • Ampelius , 5 mai 2013 @ 8 h 56 min

    Finance transatlantique? Pouvez vous nous donner une définition? Ecoutez bien ce que dit N. Farage sur l’économie et l’Amérique!

  • A. , 5 mai 2013 @ 8 h 58 min

    Oui, justement, en dépit d’un matraquage médiatique massif, elle a fait 18%…
    et le nombre d’adhérents a doublé depuis un an.

  • A. , 5 mai 2013 @ 9 h 01 min

    Dixit: “Au surplus le redressement du pays ne pourra se faire avec ce seul parti, toute proclamation dans ce sens relève de la croyance voire de la superstition!”
    ***
    L’UMP et le PS sont des traîtres et des criminels coalisés.
    Le redressement se fera avec le FN ou ne se fera pas.

  • Creuxduloup , 5 mai 2013 @ 9 h 30 min

    Et les “Lebensborn”, ces usines à fabriquer des enfants “conformes”….
    On y arrive !

Les commentaires sont fermés.