Neuvième jour de grève de la faim devant le parlement polonais pour le Français Michel Marbot !

Depuis le trottoir en face du bâtiment de la Diète (la chambre basse du parlement polonais), on aperçoit le bâtiment de l’ambassade de France juste derrière le drapeau polonais.

Notre compatriote recommence à faire parler de lui après sa grève de la faim de juillet. Hier, c’est le tabloïde Fakt, le quotidien le plus vendu en Pologne, qui a consacré deux tiers de page pour un article sur la faillite de l’entreprise de Michel Marbot, le fabricant des pâtes alimentaires polonaises Malma, causée par une banque peu scrupuleuse (voir notre interview exclusive du 3 septembre dernier). J’ai rendu visite hier à Michel Marbot en était à son huitième jour de cette deuxième grève de la faim, après celle de juillet. Un peu pâle et affaibli, il conserve toute sa pugnacité. Fort du soutien, au moins verbal, de plusieurs députés de la majorité et de l’opposition, mais aussi de l’actuel ministre de la Justice et du médiateur des droits civiques, Michel Marbot arrivera-t-il à faire reculer l’administrateur judiciaire qui agit pour le compte de la banque Pekao, filiale de l’Italienne Unicredit, en violation totale du droit du travail d’après ce qu’en disent non seulement l’entrepreneur français, mais aussi le ministère de la Justice et le célèbre syndicat Solidarité, et également un nombre grandissant de juristes et de médias mobilisés par l’action de notre compatriote.

Tout ceci sur fond de scandale impliquant le tribunal de Gdansk sous l’autorité duquel l’administrateur judiciaire indélicat agit. Une provocation organisée par le journal d’opposition Gazeta Polska a montré combien son président était au service de la chancellerie du premier ministre Donald Tusk, dont le premier conseiller aux affaires économiques n’est autre que Jan Krzysztof Bielecki, ancien Premier ministre lui-même et Président de la banque Pekao lorsque celle-ci aurait volontairement acculé Malma à la faillite pour le compte de la banque Unicredit, de la société immobilière Pirelli SE et du concurrent de Malma Barilla, tous italiens. Dernier rebondissement, alors que Donald Tusk avait assuré devant les caméras de télévision n’avoir aucune relation à caractère personnel avec le président du tribunal de Gdansk aujourd’hui limogé, la chaîne d’informations en continu TVN 24 a diffusé hier une séquence filmée lors d’un match de ligue il y a deux ans où on le voit ainsi que le président du tribunal de Gdansk Ryszard Milewski assis l’un derrière l’autre et qui se font une accolade après un but de leur équipe.

Que fait la France pour son ressortissant ?

Dans ces conditions, on peut se demander si la France ne devrait pas intervenir pour exiger que les droits fondamentaux de notre compatriote soient respectés par la justice polonaise. Il est vrai que le consul assiste désormais à toutes les audiences de justice où Michel Marbot est attaqué par la banque Pekao et qu’il lui rend visite tous les jours depuis le début de sa grève de la faim, l’ambassade de France à Varsovie étant presque en face du parlement polonais, mais c’est bien peu en comparaison de la détermination de notre entrepreneur et du soutien ouvert que lui apportent tant de Polonais, y compris parmi les élites du pays.

Depuis 9 jours, Michel Marbot ne consomme qu’un bouillon de légumes sous forme liquide le soir et des jus de fruit en journée. Il dort dans sa voiture garée sur le parking en face du parlement, et il se réveille toutes les une ou deux heures pour mettre un peu le chauffage car les nuits sont fraîches à Varsovie en ce moment, les températures descendant généralement en dessous de 10°C. Le ministre de la Justice et le médiateur des droits civiques lui ont promis d’agir, mais après les promesses de juillet qui n’ont pas été suivies d’effets (voir à ce sujet notre article du 27 septembre), Michel Marbot reste prudent et poursuit son mouvement en attendant des actes concrets en faveur des travailleurs de son entreprise dont les arriérés de salaires et les indemnités de licenciement sont retenus depuis maintenant plus d’un an par l’administrateur judiciaire.

Ryszard Czarniecki, député au Parlement européen du PiS (le parti conservateur de Kaczyński, dans l’opposition depuis 2007), soutient activement Michel Marbot dans son action.
Kazimierz Ujazdowski, député à la Diète du PiS pour la ville de Wrocław, où Malma a une de ses deux usines, croit toujours que les pâtes Malma reviendront un jour dans les rayons des magasins. Il s’est personnellement engagé aux côtés de Michel Marbot et intervient régulièrement depuis le mois de juillet auprès du gouvernement et du médiateur des droits civiques.
Le président du tribunal de Gdansk, Ryszard Milewski (écharpe verte et blanche), avec, juste derrière lui, le premier ministre Donald Tusk (photo circulant sur Internet, tirée du film diffusé hier par la télévision TVN 24).

De notre correspondant permanent en Pologne.

Autres articles

3 Commentaires

  • Goupille , 4 Oct 2012 à 22:33 @ 22 h 33 min

    Et cela continue…
    Homos : 62 / Marbot : 1
    Chacun ses priorités.

  • Corbeyran , 4 Oct 2012 à 23:31 @ 23 h 31 min

    Pour une fois on est d’accord, la ligne éditoriale de Nouvelles Gay de France est un peu obsessionnelle.

  • hegerie , 5 Oct 2012 à 13:17 @ 13 h 17 min

    Non, c’est vous qui êtes obsessionnel de trainailler ici. Allez plutôt fréquenter les forums de tatu, vous y croiserez là une vraie obsession 😉 Et qui ne date pas d’aujourd’hui. De plus ka question du prétendu “mariage” gayiste est d’actualité et n’a quasi pas été débattue, il n’est donc pas mauvais de le faire. Pour un peu, on croirait presque que vous voudriez qu’il ne soit pas débattu et jeté aux orties.

Les commentaires sont fermés.