Après la réécriture de l’histoire, la réécriture féministe des classiques : Carmen tue son amant violent

Après la réécriture de l’histoire, la réécriture féministe des classiques : Carmen tue son amant violent

À Florence, en Italie, l’Opéra Carmen a été réécrit à la demande du directeur de l’opéra : Carmen, qui meurt dans le texte original, finit par tuer son amant violent…

Autres articles

2 Commentaires

  • Tonio , 7 Jan 2018 à 19:19 @ 19 h 19 min

    Si on s’attaque sous cet angle à toutes les œuvres et aux chefs-d’œuvres, on aura du travail pour trois siècles encore et les auteurs n’auront plus qu’à réécrire les ouvrages déjà parus en les réorientant, ça donne des idées ça..
    A commencer par Ève qui mange la pomme.

    A quand de “Nouvelles lettre de mon moulin” où c’est la chèvre qui mange le loup ?
    Qand on est c.. comme ce metteur en scène, c’est pour la vie, hélas!

  • Tonio , 7 Jan 2018 à 19:26 @ 19 h 26 min

    Le politiquement correct et le féminisme les deux mamelles de la c..nnerie: ce sont les ultimes “valeurs” d’une société sur sa fin.
    Encore bravo, la mise en scène est très réussie!

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen