Politique migratoire : ces villes allemandes qui disent stop

Politique migratoire : ces villes allemandes qui disent stop

Une manifestation contre la politique migratoire allemande a été organisée le 3 février dans la ville de Cottbus au sud de Berlin. La ville a annoncé qu’elle ne pouvait plus recevoir de migrants. Les équipes de RT étaient sur place :

Autres articles

2 Commentaires

  • Tonio , 7 Fév 2018 à 16:51 @ 16 h 51 min

    Comme on les comprend tous ces Allemands !
    Car finalement ce ne sont pas les politiques qui se frottent aux Immigrants clandestins et les entretiennent, c’est bel et bien la population: trop facile d’être généreux avec l’argent de l’impôt des autres.
    Vous imaginez Schultz, Lafontaine et consorts accueillir dans leur belle villa, (Merkel dans son petit app. pour n’avoir pas à en accueillir).

    D’ailleurs il y a un point qui me chiffonne : comment se peut-il que l’Afrique, qui est le continent le plus riche, prétende ne pas utiliser ses richesses pour secourir ses propres populations mais, qu’une fois de plus, après les milliers d’autres fois, elle prétende demander aux sales blancs de venir la secourir fissa-fissa ? Où en serait l’Afrique sans les Blancs?

    Guerres tribales, massacres entre villageois, entre voisins, incendies de récoltes, surpopulation incontrôlable, etc.
    C’est une simple question de bon sens: tu as des richesses, tu paies toi-même ce dont tu as besoin, point à la ligne.
    Que faisaient les Africains, quand les Portugais faisaient le tour du continent?
    Où sont les millions d’Africains qui bossent comme les millions d’Allemands pour subvenir à leurs besoins ?
    Nulle part, comme d’habitude, ils attendent que les sales blancs fassent leur travail à leur place… pas belle la vie ?

  • maginet , 8 Fév 2018 à 13:57 @ 13 h 57 min

    bjr

    quand je vois les têtes des pro-migrants on a tout compris, des marginaux qui profitent du système a mon avis, les femmes un laisser aller aucune classe, le bas de gamme de la société

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen