La BBC ne veut pas stigmatiser l’islamiste Abou Qatada !

Les journalistes de la BBC ne doivent pas qualifier Abou Qatada al-Filistini d’“extrémiste”. En effet, ce serait là un « jugement de valeur », estime la direction du groupe qui préconise également de “ne pas faire usage d’images qui suggèrent que le prédicateur est en surpoids”. En effet, Abou Qatada “a perdu beaucoup de poids” en prison. Ces instructions surréalistes ont été données mardi matin, lors d’une réunion en salle de presse présidée par un cadre de l’entreprise publique, Andrew Roy, a constaté The Daily Telegraph, qui a eu accès à des notes prises par des participants.

Maajid Nawaz, du think-tank “contre-extrémiste” Quilliam, a immédiatement dénoncé la “paralysie” de la BBC sur la question de l’islamisme. « Un radical est quelqu’un qui diffère de la norme. Un extrémiste est une personne qui opte pour des points de vue et des actions extrêmes, comme tuer des innocents” a-t-il expliqué. Le député conservateur James Clappison, un membre de la Commission des affaires intérieures, s’est quant à lui interrogé : “étant donnée les preuves de la dangerosité de cet homme, on se demande ce qu’il faut commettre pour être qualifié par la BBC d’extrémiste”.

Beeeeeeeeeb. Après les attentats du 7 juillet en 2005, la BBC avait demandé à ses journalistes d’éviter d’utiliser le mot « terroriste ». En effet, disait la note envoyée à chacun d’entre eux, « terroriste” est politiquement connoté et doit être utilisé uniquement “avec parcimonie ».

Abou Qatada, de son vrai nom Omar Othman, est jugé “extrêmement dangereux” par l’ancien ministre de l’Intérieur, David Blunkett.

Ayant payé sa caution, il quittera la prison de Long Lartin (Worcestershire) lundi 13 février et doit être placé en liberté conditionnelle. Assigné à résidence, Abou Qatada est soumis à un contrôle de ses visites et a le droit d’accompagner un de ses enfants à l’école. Risqué au vu du “risque posé pour la sécurité du Royaume-Uni”juge le ministre de l’Intérieur Theresa May pour qui “la place d’un terroriste étranger [est] derrière les barreaux d’une prison étrangère”. Pour le député travailliste Geraint Davies, Abou Qatada est “un homme vraiment dangereux” : il “errera dans les rues de Londres avec son téléphone mobile et l’accès à Internet”, ce « juste avant les Jeux olympiques”, s’alarme-t-il. « Nous faisons tout notre possible pour le faire sortir du pays” et le renvoyer en Jordanie où il est accusé d’être impliqué dans les attentats perpétrés en 1998 à Amman, a tenté de rassurer le Premier ministre David Cameron. La Cour européenne des droits de l’homme a estimé le 17 janvier dernier que l’extradition de celui que l’on surnomme parfois l’“ambassadeur d’Oussama Ben Laden en Europe” violait ses droits à un procès équitable car des preuves obtenues sous la torture pourraient être retenues contre lui. Et si aucune garantie sur son extradition n’est obtenue dans les trois mois, il ne sera “plus possible de justifier les restrictions actuelles à sa liberté”, a déjà prévenu la justice anglaise.

Autres articles

5 Commentaires

  • Robert , 9 Fév 2012 à 23:10 @ 23 h 10 min

    Les Droits de l’Homme sont une idéologie masochiste. Nulle part ailleurs, dans aucun continent, on ne se tire des balles dans le pied avec autant de motivation.
    C’est une attitude de décadence de ceux qui ne veulent plus vivre.
    Ce genre de terroriste potentiel que les américains plomberaient sans complexe, nous leur laissons le droit de nous envahir ouvertement.
    Dhimmi, c’est devenu la vocation des européens.

  • Robert , 12 Fév 2012 à 13:52 @ 13 h 52 min

    En tout cas, sans stigmatiser ni exclure bien sûr, il faut reconnaître une chose.
    Le lascar a une bonne tête de psychopathe.
    Je dis ça sans me mosquer.

  • Paul-Emic , 14 Fév 2012 à 18:50 @ 18 h 50 min

    la justice européenne est une catastrophe.
    Une des premières choses à réformer si par bonheur les choses venaient à changer.
    Une certitude il faut quitter au plus tôt toutes ces institutions européennes.

  • Cedric J , 14 Fév 2012 à 21:03 @ 21 h 03 min

    Un pays, une région, une communauté DOIT pouvoir se défendre quand elle est attaquée. Cela vaut par rapport à des forces qui minent de l’intérieur (partis extrémistes/indépendantistes, …), et pour des ennemis ‘extérieurs’ (terroristes, …). Les droits de l’homme, c’est bien, mais ils passent après les droits de l’ensemble de la communauté !

    Abou Qatada incite au combat contre le pays qui l’accueille –> comment peut-on ne fut-ce que envisager d’invoquer les droits de l’homme ??? Il est, de par ses actes, personna non gratta, et doit être renvoyé dans son pays d’origine dès qu’il met un pied hors de prison. Un système judiciaire qui permet une autre façon de fonctionner met toute la communauté en péril !

  • Pol2B , 15 Fév 2012 à 13:49 @ 13 h 49 min

    Nourrir un serpent en son sein… Ce genre de vermine devrait purement et simplement être éliminé : il ne recommencerait plus et cela ferait réfléchir les autres, car les droits de l’homme, quand s’en est un vrai, ne sont pas compatibles avec ces sauvages assassins d’un autre siècle !

Les commentaires sont fermés.