Ouverture du sommet sur le climat à Varsovie le lundi 11 novembre : s’agit-il d’une provocation ?

Pourquoi avoir choisi la date du 11 novembre pour ouvrir un sommet qui attire immanquablement les manifestants altermondialistes, écologistes et autres militants d’extrême-gauche souvent violents ? Et pourquoi avoir choisi Varsovie, ville où tous les 11 novembre se déroule une « Marche de l’Indépendance » organisée par une coalition de mouvements nationalistes et conservateurs, une marche qui est régulièrement attaquée par l’extrême-gauche locale déjà aidée en 2011 par les milices « antifa » allemandes ? Le gouvernement polonais aurait très bien pu fixer une autre date pour l’ouverture du sommet ou bien choisir une autre ville, mais n’est-ce pas l’affrontement qu’il recherche avec les manifestants qui expriment leur patriotisme ce jour-là, comme il l’a déjà fait les années précédentes dans le but de discréditer l’opposition conservatrice ? Si c’est le cas, comment se fait-il que la communauté internationale ait accepté cette date et cette ville pour l’ouverture du sommet sur le changement climatique ? On peut se demander s’il ne s’agit pas, au moins pour les pays de l’Union européenne, de venir au secours du gouvernement de Donald Tusk en berne dans les sondages et ne disposant plus que d’une seule voix de majorité à la Diète. La montée du parti Droit et Justice de Jarosław Kaczyński fait en effet craindre à la gauche libertaire qui domine en Europe l’arrivée au pouvoir d’un deuxième Viktor Orbán dans l’UE et le spectre d’une Pologne s’engageant sur la voie des réformes du gouvernement conservateur et chrétien-démocrate hongrois suscite déjà des réactions préventives.

Déjà pour la Hongrie, un fonctionnaire italien de la Commission européenne présent à une rencontre du Groupe Bilderberg les 6-9 juin à Hertfordshire en Grande-Bretagne avait dénoncé au quotidien hongrois « Magyar Nemzet » la déclaration de la vice-présidente de la Commission européenne à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté, Viviane Reding, qui aurait dit qu’elle n’hésiterait pas à remettre en cause le résultat des prochaines élections législatives en Hongrie et qu’elle allait s’appuyer sur les mouvements d’opposition de gauche pour cela (voir l’article). On peut tout à fait s’imaginer dans ces conditions que l’Europe accepte de prendre le risque d’affrontements violents pour permettre au gouvernement libéral (et de plus en plus libertaire) de Donald Tusk de compromettre son opposition conservatrice. Le parti de Kaczyński est en tout cas tellement persuadé qu’il s’agit bien d’une provocation qu’il a choisi cette année d’organiser sa propre Marche de l’Indépendance du 11 novembre à Cracovie. Ce qui semble avoir mis en rage le ministre polonais de l’Intérieur accusant dans une interview le PiS de fuir la confrontation des chiffres, d’avoir peur d’être dépassé en nombre de manifestants par les nationalistes : « Ils s’enfuient à Cracovie en utilisant un argument qui est pour moi à la fois douloureux et humoristique. Un argument selon lequel ils auraient peur d’une provocation de l’État policier à l’encontre de la manifestation du PiS. (…) Kaczyński ne veut pas se trouver au même endroit au même moment de peur des comparaisons. »
Des affirmations plutôt infantiles surtout quand on sait que les plus grosses manifestations de ces dernières années en Pologne ont toutes été organisées avec l’appui du parti de Kaczyński et qu’aucun autre parti politique, y compris les groupes nationalistes peu populaires en Pologne, n’a jamais pu attirer seul un nombre important de manifestants.

Le gouvernement polonais nie bien entendu toute provocation de sa part. Après avoir bagatellisé pendant plusieurs mois les risques d’attaques de l’extrême-gauche violente contre la Marche de l’Indépendance du 11 novembre, le premier ministre polonais semble avoir curieusement changé d’avis lorsqu’il a signé un décret permettant à l’armée d’intervenir si nécessaire en appui des forces de police : « Il est à prévoir que ce jour-là à Varsovie il peut y avoir des tentatives visant à troubler la sécurité et l’ordre public. En outre, vu l’ampleur de l’événement et le thème de la conférence, il faut s’attendre à une possible détérioration de la situation du fait de l’organisation à Varsovie de manifestations et d’actions de protestation pouvant générer une menace. » Le gouvernement polonais a aussi fait venir plusieurs milliers de policiers en renfort et a provisoirement rétabli les contrôles aux frontières pour la durée du sommet qui se tiendra du 11 au 22 novembre.

Articles liés

31Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • C.B. , 9 novembre 2013 @ 9 h 34 min

    “Le parti de Kaczyński est en tout cas tellement persuadé qu’il s’agit bien d’une provocation qu’il a choisi cette année d’organiser sa propre Marche de l’Indépendance du 11 novembre à Cracovie.”
    Excellente réaction:
    1) cela permettra de donner une belle visibilité à cette Marche, dont on peut penser qu’elle va rassembler un très grand ombre de manifestants
    2) cela oblige les opposants à cette manifestation à diviser leurs propres troupes, s’ils veulent à la fois se faire voir au sommet sur le climat et en contre-manifestation de la “marche de l’indépendance”
    3) cela alourdit fortement la note des “manifestants étrangers”, qui auront soit à modifier leur itinéraire soit à tenter de paraître successivement aux deux endroits; pour les Polonais, cela ne change pas grand’chose, Cracovie [“c’est une des villes les plus anciennes et les plus importantes de Pologne” Wikipedia] est une ville au moins aussi symbolique que Varsovie.
    -Cracovie est la deuxième plus grande ville de Pologne, le centre culturel et scientifique du pays, le siège de l’Université Jagellonne, la deuxième plus ancienne université d’Europe centrale (source wikipedia)
    -Cracovie est l’ancienne capitale de la Pologne, la ville dont Karol Wojtyła (Jean-Paul II) a été évêque puis archevêque
    -Cracovie [sera] l’hôte des JMJ en 2016, du Championnat d’Europe de handball 2016 et des Championnats du monde masculin de volley-ball en 2014

  • Antoine , 9 novembre 2013 @ 10 h 21 min

    Je porte mon soutien aux conservateurs polonais.

  • xrayzoulou , 9 novembre 2013 @ 10 h 49 min

    Merci C.B. pour tous ces renseignements très instructifs. Et, comme Antoine, je soutiens les conservateurs polonais;
    Je prie pour eux.

  • Sacha , 9 novembre 2013 @ 11 h 11 min

    Un sommet sur le climat…!!! Certes une provocation quant à la date, mais aussi, une fois de plus, de délirantes pétitions de principes fondées sur les délires informatiques de quelques stipendiés du GIEC. On pourrait en rire, si ces délires n’étaient traduits en décisions politiques qui, au bout du compte, coûtent fort cher aux contribuables de pays assez idiots pour appliquer des mesures éco-fiscales. Enfin… Cela donne l’occasion d’un Woodstock de la racaille écolo-gauchiste, il faut bien s’amuser, isn’t it ?

  • scaletrans , 9 novembre 2013 @ 11 h 35 min

    Viviane Reding est l’ennemie des peuples européens. J’ai eu l’occasion de lui écrire mon désagrément sur ses déclarations qui font litière de son devoir de réserve, et j’engage chacun à en faire autant.
    Cependant, son comportement est révélateur des intentions des véritables manipulateurs qui sont derrière cette Europe.

  • Gisèle , 9 novembre 2013 @ 11 h 51 min

    Cracovie , c’est là où Jean Paul II , en2002 dit lors de la dédicace du Sanctuaire de la Miséricorde :
    * Dans la Miséricorde de Dieu , le monde trouvera la Paix , et l’homme trouvera le bonheur *
    Et c’est là que sa chère Faustine a reçu le beau message de la Divine Miséricorde , de Jésus lui même .

  • Gisèle , 9 novembre 2013 @ 13 h 04 min

    PFFFF !!!
    Nous avons mille milliards d années lumière d’avance sur eux !
    Nous savons déjà QUI sera vainqueur !
    Quant à la planète , ils ont l’illusion d’en avoir la maîtrise . Ils devraient se méfier !

Les commentaires sont clôturés.