La garantie des dépôts de moins de 100 000 euros est un mythe

par Philippe Herlin*

Une actualité chasse l’autre et déjà on parle beaucoup moins de Chypre dans les médias. On cherche même à nous faire croire que le gros de la crise est passé parce qu’il n’y a pas eu de bank run lors de la réouverture des banques. Évidemment, puisque les restrictions sont maintenues ! Pas la peine de courir à sa banque si les retraits restent de toute façon limités à 300 euros par jour et par personne ! Le bank run est simplement remis à plus tard, car bien sûr, de nombreux investisseurs veulent quitter définitivement l’île.

La confusion ne fait même que s’accroître sur place puisque la taxe sur les comptes de plus de 100 000 euros pourrait atteindre 60% ! En fait on ne sait même pas, il faut attendre, la banque centrale ayant indiqué que la décision finale serait prise “dans pas plus de 90 jours après la fin de l’évaluation”… Et le solde ne sera pas à la disposition de l’épargnant, il sera placé sur un compte bloqué pendant six mois pour les empêcher de retirer leur argent. Mais en fait on ne sait pas vraiment car de nombreuses entreprises locales ne survivraient pas à de telles dispositions.

Dans le même temps on apprend que de nombreux Chypriotes bien informés ont sorti leur argent dans les jours qui ont précédé la crise (mais le Président de la république garantit une enquête exemplaire, on est rassuré), et que les clients de la filiale britannique de la banque chypriote Laïki, dont les comptes ont été transférés chez sa concurrente Bank of Cyprus, ne seront pas touchés. Les Russes sont tous des évadés fiscaux, les Anglais sont tous d’honnêtes retraités, bien sûr.

Mais il y a surtout une idée que les autorités européennes et les médias ont instillé dans l’esprit des Européens et à laquelle il faut faire un sort, c’est la garantie des dépôts inférieurs à 100 000 euros. A Chypre, effectivement, ceux-ci ne seront pas touchés. Pour quelle raison ? Parce que l’Europe et le FMI ont apporté 10 milliards d’euros ! Les besoins de l’île se montent à 17 milliards, il lui faut donc trouver 7 milliards, d’où la taxe sur les “gros” comptes, mais sans ces 10 milliards, tous les comptes auraient subi une ponction.

Si une crise bancaire d’une ampleur équivalente se produisait, par exemple, en Espagne, ce ne sont pas 10 milliards qu’il faudrait mettre sur la table mais plusieurs centaines. Autrement dit, une somme impossible à réunir. Le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a parlé de “modèle” à propos de la restructuration de Chypre. Le “modèle”, en l’occurrence, c’est le financement des pertes bancaires par les déposants, pas la garantie des dépôts de moins de 100 000 euros ! D’ailleurs, on le rappelle, dans la première version du plan de restructuration, ceux-ci subissait une ponction de 6,75%.

Ce serait une lourde erreur, pour l’épargnant, de s’accrocher à ce chiffre de 100 000 euros et de se croire à l’abri.

*Philippe Herlin est chercheur en finance. Il est l’auteur de France, la faillite ? Les scénarios de crise de la dette.

[Cette tribune a initialement été publiée par Goldbroker.com]

Du même auteur :
> Chypre en situation de suicide assisté

Autres articles

13 Commentaires

  • vivi , 11 Avr 2013 à 13:12 @ 13 h 12 min

    Enfin !
    Oui les 100 000 € sont un mythe en cas de crise systémique, les fonds de garantie n’ont absolument pas les moyens de garantir ce montant sur des gros établissements bancaires, là ou 95% des français ont déposé leur argent.

  • Brisset Claude , 11 Avr 2013 à 13:47 @ 13 h 47 min

    alors il faut les sortir ses quelques économies ou il est encore trop tôt ?

  • jejomau , 11 Avr 2013 à 13:57 @ 13 h 57 min

    Vous voulez que notre classe politique nous respecte et qu’elle travaille à NOS INTERETS plutôt qu à ceux des lobbies ?

    SIMPLE comme bonjour.

    Vous êtes citoyen, vous connaissez quelque chose sur votre voisin qui se trouve être ministre ou député ou .. Hollande lui-même.

    Prenez votre plus belle plume, écrivez ce que vous savez , ce qui a été frauduleusement détourné, et informez vous-mêmes les services fiscaux du lieu de résidence. Signez. Envoyez la lette : celà ne vous coûte que le timbre.

    Par ailleurs la Loi vous fait le devoir d informer l Administration de tout comportement délictueux envers l Etat

    Ne croyez pas que leurs « hautes autorités » bidon feront quoique ce soit… Ne croyez pas qu ils feront le ménage…

    PRENEZ VOUS EN MAINS !

  • eljojo , 11 Avr 2013 à 13:58 @ 13 h 58 min

    Le vrai problème de Chypre, en dehors de la corruption, c’est la taille de son secteur financier.

    Ensuite, ponctionner les déposants, ce nest pas si bête : le déposant choisit sa banque, et il y a toujours un risque. Plus encore, quand on choisit de déposer dans un paradis fiscal, on sait que le risque est plus élevé, mais en contre partie on évite limpôt.

    Par ailleurs, laisser les banques faire faillite est une très mauvaise idée, à cause du risque systémique : les banque se prêtent entre elles, et si une trop grosse ne peut plus rembourser, toutes tombent. En clair, laisser une (grosse) banque faire faillite revient à raréfier massivement le crédit. Autrement dit on condamne beaucoup dentreprises à la faillite.

    Enfin, tout garantir par lEtat nest pas non plus la solution, car lEtat aussi doit rembourser ses dettes. La dernière fois que la France a fait faillite, cela a pris de décennies avant quelle puisse réemprunter à des taux décents…

    La règle dont il faut se souvenir est simple : tout sachète, tout se paye, rien nest gratuit.

  • vivi , 11 Avr 2013 à 14:21 @ 14 h 21 min

    Bonne question, si une crise se déclenche : ou vous faites partie des 0,1% d’initiés et vous pourrez sortir votre cash à temps, ou vous faites partie de la plèbe et vous serez tondu….

    En cas de crise majeure en France, 2 cas de figure
    1) On reste dans l’€ à tout prix et vous pourrez ainsi oublier : les sommes importantes sur votre compte courant (voir Chypre), votre Livret (qui sera bloqué) et surtout votre assurance-vie dont les retrait seront au mieux hyper-fiscalisés ou interdits (c’est un risque MAJEUR en France vu les niveaux investis dans ces contrats)
    2) On quitte l’€ et vous constaterez une dévaluation immédiate de 20 à 40% de vos avoirs en € par rapport aux autres devises (donc un blocage des comptes technique durant quelques jours pour éviter les fuites de capitaux). Et pour des raisons techniques, la capitalisation de vos contrats d’assurance vie en € “capital garanti” risqueront probablement de fondre également (en plus de la perte liée à l’inflation).

    A savoir = en cas de retrait massif le système bancaire ne peux pas fournir assez de billets pour tout le monde, donc de toutes façons vous arriverez trop tard.

    Plusieurs solutions

    1) Avoir des comptes… à l’étranger et en devises
    Si vous les déclarez, c’est légal, mais pas très à la mode si vous envisagez une carrière politique. Profitez-en pour être sur d’autres devises et évitez les paradis fiscaux. L’Australie est très à la mode (monnaie solide, pays stable), regardez aussi le Canada et tous les pays avec des matières premières en abondance et un système politique stable. Vous pouvez en plus avoir une carte bancaire de retrait qui vous permet de disposer de votre épargne partout dans le monde.

    2) Avoir de l’or physique
    5% à 10% de votre épargne selon votre niveau de stress, en cas de crise majeure US ou Européenne vous récupérerez ainsi une partie du capital avec la hausse de l’or.
    Attention aux margoulins de toutes espèces sur ce marché, N’ACHETEZ JAMAIS ENTRE PARTICULIERS (vous n’y avez aucun intérêt) le plus simple est d’acheter auprès de votre… banque (en insistant) qui peut vous fournir lingots et pièces (facture indispensable pour ne pas payer une taxe forfaitaire à le revente), charge à vous de le planquer correctement (ou louer un coffre). D’autres solutions d'”Or en coffre” existent (en Suisse notamment) c’est légal mais pas toujours très sérieux, parfois limite escroquerie… (vérifier soigneusement le capital de la boîte et les conditions d’achat et de revente qui doivent être ceux du fixing de Londres, ou en France de la cote CPOR)

    3) Des placements très diversifiés
    Actions, obligations dans plusieurs pays et sur plusieurs devises, si vous cherchez un certain rendement, mais les risques de spoliations resteront élevés si l’Etat s’intéresse aussi à votre portefeuille mobilier

    4) Achetez votre résidence principale ou remboursez vos prêts immo et vos dettes
    Si vous n’y comprenez rien à la finance, au moins vous aurez un toit sur la tête et moins de dettes (en cas de crise type Chypriote vos avoirs sont confisqués mais vos dettes restent….). Le marché immo n’est pas à la fête donc à réserver à sa résidence principale uniquement (en ce moment).

    5) D’autres investissement antiques ne sont pas stupides : terres agricoles, forêts. Mais il faut s’y connaitre a minima.

    Bonne chance, et méfiez-vous des escrocs !

  • Tintin , 11 Avr 2013 à 19:11 @ 19 h 11 min

    Tout cela est géré comme les centrales nucléaires.

    Est-ce qu’on perdra 6.5% des vies humaines sur le continent européen ?

    Personne ne sait encore, il faut attendre.

    La décision prise sera peut-être d’engendrer la perte de 60% des vies humaines agées de moins de 10 ans sur le continent européen.

  • MTO , 11 Avr 2013 à 23:13 @ 23 h 13 min

    Chypre malgré les restrictions que son gouvernement a mis en place est perdue

    Des sommes considérables vont quitter l’île dès que les échanges seront rétablis c’est une question de jours ou de semaines

    Ensuite il pourrait y avoir une révolution que l’Europe ne pourra pas éteindre !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen