Les délais d’avortement mis en cause à la Chambre des communes

Royaume-Uni. Edward Leigh, député au Parlement Britannique, a récemment pris la parole à Westminster pour s’opposer au délai autorisé pour pratiquer un avortement jugé trop long. Il a ainsi tancé le fait que le Royaume-Uni autorise l’avortement jusqu’à 24 semaines.

« Seize des vingt-sept pays de l’Union européenne ont adopté une limite de douze semaines ou moins (…) ainsi, tenter de maintenir une limite aussi controversée est très peu pertinent lorsque l’on compare notre législation avec celle de nos voisin européens. »

Afin de soutenir son propos, le député du Parti conservateur a déclaré : « Le Collège royal des psychiatres a reconnu que l’avortement peut nuire à la santé mentale de la femme. Des études ont démontré que les femmes qui ont avorté sont presque deux fois plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé mentale, trois fois plus susceptibles de souffrir de dépression majeure, et six fois plus susceptibles de se suicider que les mères qui n’ont pas un avortement ».

Edward Leigh, ancien collaborateur de Margaret Thatcher, élu sans discontinuité depuis 1983, intervient régulièrement à la Chambre des communes, principalement sur les thèmes relatifs aux libertés constitutionnelles mais également sur les sujets religieux et économiques.

Lire aussi :
> Royaume-Uni : Deux ministres ouvertement «pro-vie»

Articles liés

3Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Frédérique , 13 novembre 2012 @ 18 h 39 min

    Et même sans parler de la santé mentale des femmes, que dire du meurtre du bébé formé de 6 mois que l’on peut tuer en Grande Bretagne en toute légalité. Avez vous déjà vu un foetus de 6 mois? C’est un bébé complet qui ne demande plus qu’à vivre et la loi anglaise autorise son élimination comme un vulgaire déchet. C’est à vomir.

  • Goupille , 13 novembre 2012 @ 20 h 22 min

    L’avortement est un assassinat.
    Les femmes qui avortent sont des infanticides.
    Point final.

    Tout le reste est folklore gluant.

  • Frédérique , 14 novembre 2012 @ 16 h 55 min

    Entrre l’avortement d »un foetus et’ l’avortemement d’un bébé viable il y a un monde qui s’apppelle, l’assasinat. STOP à l’assassinat des bébés, assassinats couverts par la loi.

Les commentaires sont clôturés.