Espagne – Après avoir renoncé à limiter l’accès à l’avortement, le PP coule à pic

Un sondage publié le 4 octobre dernier par le quotidien espagnol El País ne donne plus que 15,9 % des intentions de vote au Partido Popular du premier ministre Mariano Rajoy, soit deux fois moins que son résultat aux élections parlementaires de 2011 (31,6 %) et 10 % de moins qu’aux élections européennes de mai (26,1 %).

Ce sondage confirme donc les enquêtes publiées en 2013 et à nouveau en septembre dernier qui montraient que près de la moitié des électeurs du PP ne revoteraient pas pour ce parti si celui-ci renonçait à restreindre l’accès à l’avortement.

Pour le moment la démobilisation de l’électorat de droite bénéficie à la gauche et surtout au parti Podemos (14,3 %, contre 8 % aux élections européennes de mai) apparu récemment sur l’aile gauche du parti socialiste PSOE qui est, lui, crédité de 20,7 % des intentions de vote (23 % aux européennes). El País, un journal positionné clairement à gauche, ne donne pas les intentions de vote pour le parti Vox surgi à la droite du PP et qui n’avait obtenu que 1,6 % des voix aux élections européennes (avec seulement 44 % de votants)  mais qui pourrait logiquement bénéficier de la chute libre du PP. Alors que le journal précise que 72 % des électeurs expriment leur intention de voter, il ne donne les intentions que de 61 % environ.

Ainsi, le Parti populaire est parvenu en cédant à toutes les révolutions sociétales socialistes (« mariage gay », avortement…) à descendre presque aussi bas que le PS français alors qu’il fait nettement mieux sur le terrain économique : réduction des déficits publics, légère baisse du chômage (qui reste malgré tout très élevé), retour à une croissance modérée après plusieurs années de récession… Tout ceci après avoir hérité d’une situation catastrophique causée par plusieurs années de gestion socialiste calamiteuse (immigration de masse, bulle immobilière gigantesque…).

La rhétorique mise en œuvre par le gouvernement de Mariano Rajoy qui affirme vouloir une réforme consensuelle de l’avortement plutôt qu’une loi qui sera changée par la prochaine majorité (les socialistes n’avaient pas ces scrupules, eux) et qui parle uniquement désormais de supprimer dans la loi actuelle la possibilité pour les mineures de se faire avorter sans le consentement de leurs parents, n’aura donc pas réussi à convaincre les électeurs espagnols attachés à la protection de la vie humaine ni même une partie des membres du PP qui préfèrent aujourd’hui quitter ce parti que plus grand chose ne distingue du PSOE. L’abandon du projet de loi sur l’avortement avait suspendu l’examen de la constitutionnalité de la loi espagnole de 2010 autorisant les avortements sur simple demande jusqu’à la 14e semaine. Le Tribunal constitutionnel va donc à nouveau se saisir de la plainte déposée par les députés du PP de la législature précédente.

De leur côté, les associations pro-vie appellent les Espagnols à ne plus voter pour le PP et à venir manifester massivement contre l’avortement le 22 novembre prochain. Cet appel a été lancé par une quarantaine d’associations qui représentent plus de 4 millions de familles espagnoles. La bataille contre la barbarie abortive n’est donc pas terminée de l’autre côté des Pyrénées.

 

 

Du même auteur :

Après trois ans de reports successifs, le premier ministre espagnol annonce le retrait du projet de loi limitant l’accès à l’avortement

 

Autres articles

7 Commentaires

  • eric-p , 13 Oct 2014 à 12:38 @ 12 h 38 min

    Ils en ont rien à cirer des sondages !
    Ila savent qu’ils sont là pour 4 ans et après ils seront soit réelus…ou ils se trouveront une planque avec la complicité du PSOE !
    Voilà comment fonctionne la “démocratie” en Espagne…et dans les aurtres pays d’Europe…

    Le retrait de la loi sur l’interdiction de l’IVG a eu au moins le mérite de mettre en évidence
    l’opacité du fonctionnement du guouvernement car AUCUNE explication n’a été fournie pour expliquer ce retrait ! C’est incroyable…

    Le pays est en situation de faillite sur le plan de sa natalité, on pratique une politique du
    “grand remplacement” (comme en France ) et personne ne dit rien…

  • Cap2006 , 13 Oct 2014 à 13:41 @ 13 h 41 min

    le PP avait le choix de perdre ses supporters les plus à droite… ou perdre ses supporters les plus progressistes.

    De plus correlation ne vaut pas lien de cause à effet.

  • Olivier Bault , 13 Oct 2014 à 15:07 @ 15 h 07 min

    Le PP a obtenu la majorité en 2011 avec un programme qui comprenait la limitation de l’accès à l’avortement. Il avait promis d’interdire les avortements à la demande et les 31 % d’Espagnols qui ont voté pour le PP en 2011 l’ont fait en connaissance de cause. Il n’y a donc pas de raison de penser que respecter sa promesse électorale aurait fait perdre au PP une partie conséquente de ses électeurs de 2011.
    En revanche, plusieurs sondages publiés en septembre et aussi l’année dernière montraient que près de la moitié des électeurs du PP de 2011 ne voteraient plus pour ce parti sans loi pour restreindre les avortements. Par contre, le pourcentage de ceux qui n’ont pas voté PP en 2011 et qui affirmaient vouloir voter pour le PP si celui-ci renonçait à restreindre l’accès à l’avortement était insignifiant dans ces sondages.

  • kanjo , 14 Oct 2014 à 15:56 @ 15 h 56 min

    comme vous dites : on pratique une politique du
    « grand remplacement ». Donc il faut encourager les Européennes à se faire avorter.

  • la sainte lance , 14 Oct 2014 à 16:39 @ 16 h 39 min

    Même cause même effet de part et d’autre des Pyrennées,

    Autrement dit c’est ce qui est en train de se produire pour la droite en France avec des positions ambigües sur la famille notamment.

  • toubib16 , 14 Oct 2014 à 17:59 @ 17 h 59 min

    Que les UMP et FN en prennent de la graine.
    Pas un vote pour eux s’ils ne s’engagent pas fermement.

  • dissident , 14 Oct 2014 à 19:31 @ 19 h 31 min

    Rajoy sera le Chirac espagnol sans aucun doute

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France